"Fruition" : l’intégration de technologies innovantes pour piloter la maturation du fruit

, Partager

La qualité du vin dépend en grande partie de la qualité du raisin, l’agriculture de précision est de ce fait de plus en plus recherchée par les oenologues. L’augmentation de la productivité, les changements climatiques, une compétition internationale de plus en plus forte, ces éléments rappellent combien il devient impératif pour les viticulteurs de trouver de nouveaux éléments de différenciation. Les viticulteurs reconnaissent que l’amélioration du suivi des vignes est aujourd’hui nécessaire et que pour ce faire, l’utilisation de données physiologiques et physiques pourraient venir en réponse à ce besoin. Plusieurs problématiques se posent : comment garantir l’homogénéité de la gestion du vignoble (homogénéité spatiale et temporelle) ? Comment garantir un rendement optimal millésime après millésime ? Comment créer un contrôle de qualité qui permet d’améliorer la gestion de la vigne en temps réel et d’une année sur l’autre ?

Conscients de ces problématiques de part leur implication dans le milieu, Sébastien Payen et Thibaut Scholasch, deux jeunes chercheurs français étudiants aux Etats-Unis (Berkeley University)[1] ont développé une solution technologique remarquable. Il s’agit du déploiement de capteurs de flux de sèves dans la vigne. Ces capteurs mesurent en temps réel et de façon non destructive des paramètres physiologiques. Les informations récoltées sont rassemblées dans une base de données consultable via un site Internet. Le viticulteur peut alors visualiser en temps réel l’état de son vignoble et décider des décisions à prendre en termes d’irrigation et de gestion de la canopée. La solution clé en main proposée est un instrument d’aide à la décision mais aussi un outil pour le contrôle qualité et l’analyse de données. Il s’agit d’une solution innovante qui s’oriente autour de trois principaux axes de recherche : la technologie "stress hydrique", le développement d’un site Internet et logiciel, les technologies des capteurs physiques et chimiques.

L’ouverture de la recherche américaine pour l’exploration de nouveaux axes et l’environnement propice à l’entrepreneuriat dans lequel Sébastien et Thibaut évoluaient les conduirent à se lancer dans un projet de création d’entreprise. La richesse et la complexité de l’aventure humaine promise à travers ce projet, conditionnèrent aussi la motivation des deux associés. La première étape fut de participer à une compétition sur l’innovation technologique organisée par le Center for Entrepreneurship and Technology à Berkeley [2], la seconde fut de présenter leur projet au concours national du ministère de la Recherche pour l’aide à la création d’entreprises innovantes dans la catégorie émergence [3]. Promus lauréats 2007, ils ont obtenu une somme de 39.000 euros pour développer un prototype. Dans l’optique de lancer leur projet de création en France, en novembre 2007, ils présentent leur candidature au concours Jeunes Entrepreneurs (YEI)[4] pour lequel ils sont primés. Ce programme les aide à développer des collaborations fortes avec des partenaires Français (incubateurs, équipes de recherches, experts en Propriété Intellectuelle etc.)

Lancée sous le nom de "Fruition", la start-up développe déjà en grande partie de ses partenariats commerciaux aux Etats-Unis (pour l’accès au marché de la " Napa Valley " et la proximité avec de nombreux capitaux risqueurs), l’activité de recherche et développement se concentrera essentiellement en France. Plusieurs critères ont orienté leur choix pour une installation en France : l’excellence de la recherche française en viticulture, l’accès à une main d’oeuvre très qualifiée, la position centrale de la France en Europe, ainsi que les aides à la création d’entreprise innovantes (les concours du ministère de la Recherche, le statut JEI, le crédit impôt recherche) [5].

Pour accélérer son développement international (France et Amérique du Sud) et lancer son programme de recherche, l’équipe est à la recherche de financement et de nouveaux partenariats tant universitaires (pour améliorer les modèles en viticulture et développer des nouveaux capteurs non destructifs et en temps réel) que techniques (entreprises développant des capteurs et cherchant des applications verticales de technologies génériques). L’aventure continue, avec l’annonce de la création de la société en France d’ici la fin de l’année 2008.

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] Fruition website : http://www.fruitionsciences.com/vmms/login/home
- profil des porteur : http://www.fruitionsciences.com/vmms/login/about
- [2] Center for Entrepreneurship and Technology à Berkeley web site : http://cet.berkeley.edu/
- [3] L’aide à la création d’entreprises innovantes, concours Ministères de la Recherche : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20428/concours-national-d-aide-a-la-creation-d-entreprises-de-technologies-innovantes-2008.html
- [4] Programme YEI : http://www.france-science.org/innovation/yei/home.html
- [5] Aides à la création d’entreprises innovantes d’Oséo : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid20428/concours-national-d-aide-a-la-creation-d-entreprises-de-technologies-innovantes-2008.html
- Le crédit d’impôt recherche : http://www.recherche.gouv.fr/cid20358/le-credit-d-impot-recherche-cir.html
- "Guide 2008 de crédit d’impôt recherche" CIR (version pdf) : http://media.education.gouv.fr/file/13/6/7136.pdf
- Invest in France : http://www.invest-in-france.org/benelux/fr/
Code brève
ADIT : 55052

Rédacteur :

deputy2-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….