Georgia Tech lance le Green IT Initiative

, Partager

L’un des plus grands challenges en informatique à l’heure actuelle, est la gestion de la consommation d’énergie. En 2007, l’Environmental Protection Agency a prévu qu’en 2011, les centres de données seraient responsables de 2% de la consommation totale d’énergie, aux Etats-Unis, et certaines projections prévoient qu’elle pourrait atteindre 6% en 2020. Si l’augmentation de consommation énergétique pose un problème environnemental, elle induit également des problèmes de productivité et de sécurité. C’est pourquoi les centres de calcul à hautes performances et les grands centres de données vont devoir, s’ils veulent continuer à améliorer leur performance, baisser leur consommation énergétique.

Pour répondre à ce constat, le Georgia Institute of Technology a lancé le "Green IT" Initiative. Le but du programme, mené par par Sudhakar Yalamanchili, professeur au département électrique et informatique de Georgia Tech, est de mieux comprendre la consommation énergétique à travers l’ensemble des processus mis en jeu, dans les centres de données et les centres de calcul. Ceci allant de la consommation au coeur même des microprocesseurs à celle induite par les rangées entières de serveurs. Rassemblant les expertises de Georgia Tech’s College of Computing, College of Engineering et de l’Office of Information Technology, le consortium réalisera une étude multidisciplinaire afin de construire des systèmes à grande échelle, moins coûteux en énergie. Les recherches se concentreront sur la manière dont l’énergie est utilisée à travers l’ensemble des composants, et tentera de mettre en place des coopérations entre plusieurs modules comme le refroidissement ou l’infrastructure IT, permettant ainsi une meilleure optimisation des ressources.

Georgia Tech reste donc très présente dans la recherche sur la gestion et la production de l’énergie. Elle avait notamment annoncé récemment un nouveau type de cellules solaires qui combinent nanotechnologies, fibre optique et cellules à pigment photosensible (Dye-sensitized solar cells). Un mariage qui aboutit à la création d’unités solaires flexibles, mobiles et discrètes. Si le rendement annoncé, seulement 3,3%, reste très faible, à l’avenir ces cellules solaires à nanostructures pourraient être six fois plus efficientes que les cellules conventionnelles, à surface comparable.

Source :


- "Georgia Tech Launches Experimental Green IT Initiative" - David Terraso, 18/11/09 : http://www.gatech.edu/newsroom/release.html?nid=47396
- "Le mariage du solaire et de la fibre optique" : PLaurent - 23/11/09 : http://www.greenunivers.com/2009/11/le-mariage-du-solaire-et-de-la-fibre-optique-26901/#utm_source=mail&utm_medium=mail&utm_campaign=alertes

Rédacteur :

Arnaud Souill,deputy-stic.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….