Google invente une nouvelle forme de philanthropie : le venture capitalisme social

, Partager

Google, le célèbre moteur de recherche a annoncé il y a quelques semaines qu’il honorerait la promesse faite à ses actionnaires en 2004 lors de son entrée en bourse : réserver 1% de ses revenus pour "contribuer à la construction d’un monde meilleur".

Google.org ou DotOrg est l’institution créée par Google destinée à financer des projets dont l’impact est d’intérêt social. La particularité de cette institution est qu’elle finance aussi bien des projets à caractère humanitaire sous forme de bourses que des entreprises sous forme d’investissements au capital. Elle agit ainsi à la fois comme un généreux donateur et comme un capital risqueur.

Google.org a cinq axes stratégiques d’action :
- "Predict and Prevent", finance des projets de santé publique destinés à détecter des sources de pandémies avant que celles-ci ne se déclarent.
- "The missing middle" est axé sur le développement économique des classes moyennes. Alors que le financement de micro crédits se développe de plus en plus, il existe assez peu de fonds destinés à l’étape suivante c’est à dire la croissance de la petite entreprise créée. Ce projet finance la croissance de petites entreprises dans des pays en développement.
- "Information for all" est destiné à aider les gouvernements de pays en développement à améliorer leurs services en finançant des campagnes de diffusion d’information.
- Le financement d’entreprises développant des projets d’énergie propre.
- En fin Google.org travaille sur l’accélération de la commercialisation des véhicules électriques.

Ces cinq axes sont ceux qui correspondent le mieux aux valeurs de Google. Le choix de financer aussi des projets à retour sur investissement est très important pour Google. Google a une très forte culture de l’entrepreneuriat et pense que mettre du cash sur la table n’est pas toujours la solution la plus appropriée. La notion d’investissement plutôt que de don permet selon Google de responsabiliser le porteur de projet ce qui peut le rendre plus efficace.

Mark Dowie, auteur du livre "American Foundations" défini Google.org comme une nouvelle forme de philanthropie plus proche du capital-risque que de la fondation au sens strict du terme. Ce mode de philanthropie même s’il s’adapte très bien aux valeurs de la société actuelle présente tout de même un risque pour des projets non quantifiables financièrement comme par exemple le financement de travaux artistiques.

Même si les budgets de la fondation Google (175 millions de dollars) sont encore très faibles comparés à ceux de la fondation Gates (70 milliards de dollars) l’ambition des créateurs de Google (Sergey Brin et Larry Page) est qu’un jour l’institution Google.org éclipse Google en terme d’impact mondial.

Source :

"Google’s searches now include ways to make a better world", Herriet Rubin - The New York Times, 18/01/08

Pour en savoir plus, contacts :

http://www.google.org/
Code brève
ADIT : 52872

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….