Harvard se lance dans le clonage des cellules souches embryonnaires humaines

, Partager

Les scientifiques de Harvard ont présenté leurs projets de clonage des cellules souches embryonnaires humaines, le 6 juin lors d’une conférence de presse. George Daley du Children’s Hospital Boston qualifie cette avancée "d’effort herculéen" de part les écueils financiers, légaux, logistiques et éthiques qu’ils ont résolus.
Le clonage des cellules souches embryonnaires humaines est un sujet très controversé du point de vue éthique. Le doyen d’Harvard Steven Hyman qualifie ainsi cette étape de "plus importante réflexion éthique et scientifique" ; elle aura duré 2 ans.
Au niveau fédéral, il n’existe pas de loi sur l’utilisation des cellules souches embryonnaires humaines, ni sur le clonage thérapeutique ou reproductif. Néanmoins, une directive du gouvernement de George W. Bush interdit l’utilisation des fonds fédéraux pour la recherche sur les lignées créées après le 9 août 2001. Dans ce contexte, certains états, comme le Massachusetts et la Californie, ont clarifié la situation en autorisant ce type de recherche et des universités comme Harvard financent désormais ces recherches avec des fonds privés.
De plus, les chercheurs ont des difficultés à trouver des femmes donneuses d’ovocytes indispensables au clonage des cellules souches. En effet, ces dernières sont réticentes à donner leurs ovocytes car la procédure comporte certains risques. Selon l’ American Society for Reproductive Medicine, 1% des femmes qui subissent un traitement de stimulation de leurs ovaires, risquent d’avoir le syndrome d’hyperstimulation ovarien, mettant ainsi leur vie en danger. Le même traitement est utilisé pour les femmes donnant leurs ovocytes dans le but de permettre aux femmes stériles d’avoir des enfants. Cependant, elles sont rémunérées pour ce don -environ 5000$ dans le Massachusetts- alors que les femmes donneuses d’ovocytes pour la recherche sont seulement dédommagées pour leurs frais d’hospitalisation.
D’après le Dr. Williams Gibbons, Président de la Society for Assisted Reproductive Technology, ces risques d’hyperstimulation peuvent être cependant réduits de façon considérable dans le cadre de la recherche.

Harvard Medical School dispose principalement de deux équipes indépendantes de chercheurs de haut niveau pour cloner les cellules souches humaines :
- l’équipe du Dr. Doug Melton -Co-Directeur Scientifique du Harvard Stem Cell Institute- et du Dr. Kevin Eggan dans le campus principal de l’Université d’Harvard. Ils comptent développer, dans un premier temps, un modèle sur le diabète puis utiliser cette technique pour les maladies neurodégénératives.
- l’équipe du Dr. George Q. Daley au Children’s Hospital de Boston. Ils ont d’ores et déjà commencé le clonage de cellules souches embryonnaires humaines en utilisant des ovocytes utilisés au préalable pour la reproduction. Ils prévoient de créer des lignées de cellules de maladies sanguines comme la leucémie et la drépanocytose.

Harvard est désormais la seconde institution américaine après l’Université de Californie à San Francisco à se lancer dans la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines grâce à un financement par des fonds privés. D’autres équipes de recherche aux Etats-Unis prévoient également de cloner ces cellules mais aussi au Royaume-Uni, en Espagne, en Suède et en Chine.
Ce sujet est également d’actualité en France : dans le cadre de la préparation d’un rapport sur les cellules souches embryonnaires humaines, le député Alain Claeys s’est rendu aux Etats-Unis en mars 2006 pour connaître la position américaine dans ce domaine. Son rapport permettra au gouvernement français de faire évoluer la loi du 6 août 2004 concernant ce type de recherche.

Source :


- "Harvard launches effort to clone human stem cells" - Article paru dans le Boston Globe - 07/06/2006 - Auteur : Gareth Cook
- "Harvard’s stem cell care" - Editorial du Boston Globe, 08/06/2006 - Auteur : Renée Loth
- http://sciencenow.sciencemag.org/cgi/content/full/2006/606/1
- http://www.nature.com/news/2006/060605/full/060605-6.html

Rédacteur :

Adriana Georges, adriana.georges@consulfrance-boston.org
Brice Obadia, deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org
Hedi Haddada, attache-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….