Imagerie moléculaire : un composé efficace pour localiser les cellules cancéreuses

, Partager

Des chercheurs du National Cancer Institute (NCI) ont publié un article dans Cancer Research dans lequel ils déclarent avoir créé un composé fluorescent spécifique de certaines cellules cancéreuses.

L’équipe d’Hisataka Kobayashi du programme d’imagerie moléculaire au " Center for Cancer Research " a mis au point un composé qui pour l’instant a été testé uniquement chez la souris. Cette molécule consiste en la fusion de la rhodamine X et de la protéine avidine. Cette dernière se lie à la lectine, protéine communément retrouvée à la surface des cellules. Ce composé qu’ils ont nommé Av-3ROX n’est pas fluorescent naturellement. Cependant, lorsque la molécule est internalisée et dégradée par les lysosomes, la rhodamine X est relarguée et peut fluorescer.

Au cours de cette étude, les chercheurs ont comparé cette molécule avec d’autres déjà existantes. Ainsi la protéine Av-0.5ROX est fluorescente de manière permanente et se fixe notamment sur les tumeurs péritonéales. Cette fluorescence est immédiatement détectable et plus intense que celle d’Av-3ROX. Cependant, Av-0.5ROX présente le désavantage de " contaminer " les tissus environnants rendant difficile la distinction des cellules cancéreuses.
Au contraire, la fluorescence de la molécule Av-3ROX nécessite trois heures d’attente pour être visible mais à l’avantage d’être plus " précise ".

Sur 507 métastases, 465 ont été détectées par cette nouvelle molécule soit 92% de spécificité. Au final avec les corrections de faux-positifs, les chercheurs estiment l’efficacité de leur méthode à 98%.

Bien que ces données apportent des pistes concluantes pour l’utilisation de cette technique d’imagerie moléculaire, la molécule Av-3ROX ne peut pas être utilisée chez l’homme car la présence de l’avidine entraînerait une réponse immunitaire. Actuellement, Kobayashi travaille sur une seconde génération de cette molécule qui, au lieu de l’avidine entière, présenterait le site de liaison aux cellules cancéreuses de l’avidine à l’albumine. Ce composé devrait être toléré par le système immunitaire puisqu’il se base sur une protéine humaine.

A long terme, les auteurs de cet article espèrent que cette approche moléculaire permettra d’améliorer les procédures chirurgicales et endoscopiques qui visent à éliminer les métastases.

Source :


- http://www.nih.gov/news/pr/mar2007/nci-15.htm
- "A Target Cell-Specific Activatable Fluorescence Probe for In vivo Molecular Imaging of Cancer Based on a Self-Quenched Avidin-Rhodamine Conjugate." 2007 Hama Y Cancer Res. 67(6):2791-9.

Rédacteur :

Brice Obadia deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org - Hedi Haddada attache-sdv.mst@ambafrance-us.org - Sophia Gray assistant-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….