Innovation aux Etats-Unis : l’Amérique se reposerait-elle sur ses lauriers ?

, Partager

Le récent rapport [1] de la Fondation pour l’Innovation et les Technologies de l’Information [2] a le mérite de frapper les esprits et de relancer la réflexion pré-électorale sur le recul (relatif) des Etats-Unis en matière d’innovation. Si l’on considère les progrès en termes d’innovation réalisés au cours des dix dernières années, les Etats-Unis arriveraient en effet derniers d’un classement de 40 pays !

On le sait, les capacités d’innovation et l’économie de la connaissance sont devenues les critères majeurs de concurrence entre les nations développées. Ces dernières cherchent par ce biais à attirer un maximum d’entreprises à forte valeur ajoutée. Le rapport de ITIF, évalue la compétitivité en termes d’innovation dans les différents pays du monde. Il fait suite à un autre rapport dont nous nous faisions l’écho récemment [3], et qui menait la même analyse mais pour les différents états des Etats-Unis.

Les mêmes indicateurs, seize au total, ont été utilisés pour évaluer la performance des 40 pays les plus développés technologiquement. Ils ont été regroupés en six catégories :
- entrepreneuriat,
- capital humain,
- politiques de soutien,
- infrastructures d’information et de communication,
- capacité d’innovation et
- performance économique.

Il est important de noter que ces mesures de performance sont en général rapportées au nombre d’habitant ou au PIB du pays. Par exemple, le nombre de chercheurs pour mille habitants, ou les investissements en capital-risque en pourcentage du PIB. Contrairement à bon nombre d’études réalisées précédemment, cette analyse récente ne place pas les Etats-Unis en tête de peloton pour la compétitivité et l’innovation. Avec un résultat de 64 sur 100, le pays arrive en fait sixième de ce classement, nettement en deçà de Singapour, premier avec 73,4 points. L’Europe des 15 se place en 18ième position avec un score de 52,5.

Au total, les Etats-Unis devance l’Europe dans 13 des 16 indicateurs utilisés. Ces résultats masquent cependant de larges différences au sein des différents états européens, la Suède et le Danemark devancent ainsi les Etats-Unis au classement final. Les trois points forts du vieux continent en termes de compétitivité et d’innovation sont : une plus faible imposition des entreprises, le commerce extérieur et des investissements étrangers (ici hors UE) plus importants. On notera cependant avec intérêt que le rapport souligne les progrès considérables réalisés par l’Europe en termes de soutien à la recherche et à l’innovation, tant par le biais des institutions européennes que par l’action de chacun des pays membres.

Par ailleurs, il est intéressant de remarquer que si l’Europe présente des performances très variables selon les pays, nous retrouvons également des écarts considérables entre les différents états des Etats-Unis. Ainsi, si l’on considère les chiffres du classement national publié l’année dernière par l’ITIF [4] qui utilisait les mêmes indicateurs que ceux mentionnés plus haut, les performances d’innovation du Massachusetts, du Maryland et du Washington dépasseraient largement ceux de la Suède.

Mais le résultat le plus marquant de cette étude est que la totalité des 39 autres pays sondés a progressé plus rapidement que les Etats-Unis vers la nouvelle économie de la connaissance et de l’innovation. L’évolution des chiffres entre 1999 et 2009 en témoigne : 2,7 points de progression pour les Etats-Unis alors qu’à l’opposé, la Chine gagne elle presque 20 points. Les progrès réalisés par l’Europe des 15 et surtout l’Europe des 10 surpassent ceux des Etats-Unis, avec respectivement 8,5 et 12,3 points de gagnés en dix ans. Au final, si la grande Europe continuait sur une telle lancée, elle dépasserait les performances américaines en matière d’innovation d’ici 2020.

Ces résultats ont d’importantes implications pour les Etats-Unis. D’après les auteurs du rapport, si le pays veut redorer son blason, il doit mettre en place des politiques d’innovation à l’échelle fédérale. D’après l’ITIF, les Etats-Unis restent animés par un esprit libéral prônant la décentralisation ainsi que par un complexe de supériorité quant à leur place de leader en sciences et technologies. Résultats : ils n’ont pas développé de politiques d’innovation volontaristes à l’échelle nationales. Il est vrai qu’une partie des américains continuent de penser [5] que les problématiques d’innovation trouvent une réponse au niveau de chaque état, de chaque ville et de chaque établissement, et non dans les impulsions de Washington. Les grandes universités privés, en tête des classements internationaux, développent même une sorte de défiance vis à vis des initiatives fédérales.

Après tout, et sauf en temps de guerre, les Etats-Unis n’ont jamais eu recours à une telle stratégie. Mais, dans un monde ouvert, la super puissance est davantage exposée surtout si la capacité d’innovation des autres nations augmente plus vite dans le même temps.

La nouvelle Administration semble avoir compris le message. Elle envisage, en autres, de développer les mesures incitatives pour les entreprises innovantes, de faciliter l’accès du pays aux immigrants avec des compétences élevées, de favoriser l’économie numérique et de soutenir les institutions qui jouent un rôle décisif dans l’innovation. Elle envisage également la mise sur pied d’une fondation de l’innovation (la NIF), ainsi qu’une réforme du système national des brevets et de la FDA. Que de chantiers à ouvrir, surtout en ces temps de retournement économique où les moyens du Gouvernement fédéral sont précieux !

Source :

[1] The Atlantic Century, Benchmarking EU & US Innovation and Competitiveness, ITIF, Février 2008
- http://www.itif.org/files/2009-atlantic-century.pdf ou PowerPoint
- http://www.itif.org/files/EABC_Presentation.pdf

Pour en savoir plus, contacts :


- [2] L’ITIF (Information Technology and Innovation Foundation) forme un groupe de réflexion américain apolitique qui promeut l’importance pour l’économie des nouvelles technologies et de la mise en place de politiques pro-innovation à l’échelle internationale, nationale et des états. http://www.itif.org/ . Dit autrement ITIF est un groupe de réflexion plaidant pour une politique d’innovation nationale.
- [3] Transition vers une économie de l’innovation et de l’entreprenariat : quels enjeux pour les Etats de l’Union ? BE Etats-Unis 144, 1/12/2008, http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/56814.htm
- [4] The 2008 State New Economy Index, Robert D. Atkinson and Scott M. Andes, ITIF, novembre 2008. http://www.itif.org/index.php?id=200
- [5] Voir : Congrès 2009 de l’AUTM : bilan et perspectives pour les 10.000 professionnels américains du transfert de technologies, BE Etats-Unis 156, http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/58136.htm
Code brève
ADIT : 58161

Rédacteur :

Yann Le Beux, deputy2-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….