Innovation et entrepreneuriat : la politique pragmatique du Massachusetts

, Partager

L’innovation est la pierre angulaire du développement économique de l’état du Massachusetts. Elle est portée au plus haut niveau politique par le Gouverneur Patrick et par le responsable de l’innovation, M. Nakajima. Quelques concepts pragmatiques et efficaces sont mis en oeuvre : (i) favoriser les partenariats transversaux de recherche, (ii) mobiliser l’expertise entrepreneuriale, (iii) faciliter l’accès à la fabrication avancée pour les startups, et (iv) garder la main d’oeuvre qualifiée formée au Massachusetts. Ces concepts pourraient s’appliquer bien au delà de la simple expérience du Commonwealth.


Crédits : master_art


Le Commonwealth du Massachusetts est dans l’ensemble un état en bonne santé. Sur les six derniers mois, son PIB a un taux de croissance annuel de 5% (par rapport à une moyenne nationale d’environ 4%) et environ 50,000 emplois ont été créés [1]. Notons que cela n’a pas toujours été le cas, et le gouvernement du Commonwealth est loin de se reposer sur ses lauriers ; nous avons pu prendre la mesure des efforts réalisés par l’équipe du Gouverneur Deval Patrick lors d’une discussion avec Eric Nakajima, Secrétaire Assistant pour la Politique de l’Innovation à la Direction pour le Logement et le Développement Economique du Massachusetts.

Les trois axes de progrès identifiés par le gouvernement de Deval Patrick sont : l’éducation, les infrastructures, l’innovation. Nous nous concentrerons ici sur le troisième axe, mais Eric Nakajima a clairement insisté sur le fait que ces trois dimensions sont fortement corrélées : une éducation de qualité forme une main d’oeuvre hautement qualifiée qui est à même de porter l’innovation ; des solutions pour le logement, les transports ou encore le haut débit sont indispensables pour que des startups se développent avec l’esprit libre, que les entreprises réalisent leur potentiel.

Nous présentons dans ce bulletin les quatre pistes mises en avant par Eric Nakajima pour soutenir l’économie de l’innovation, qui révèlent une approche "à l’écoute" et pragmatique du gouvernement du Commonwealth, qui se pose en catalyseur plutôt qu’en ordonnateur.

1. Favoriser les partenariats transversaux autour de la R&D

En termes d’innovation, l’approche "traditionnelle", qui était d’investir principalement dans la R&D publique, est actuellement repensée au Massachusetts. Car les acteurs de l’innovation sont nombreux, et les recherches aux interfaces, fructueuses. Cet état voit fleurir de nombreux partenariats regroupant des entités venant de secteurs distincts : recherche publique, recherche privée, acteurs industriels. C’est donc vers des structures faisant intervenir tous les acteurs de la communauté que les efforts du gouvernement sont focalisés.

Citons comme exemple l’alliance entre la Boston University (BU) et le groupe Fraunhofer pour le développement de la robotique , instruments et diagnostics médicaux, partenariat concernant la mise en commun de ressources de R&D dans les locaux de BU pour résoudre des problèmes industriels [2].

Le but du gouvernement du Massachusetts est de promouvoir de telles initiatives "transverses" et dépasser le paradigme "recherche publique / recherche privée". Parmi les investissements du Commonwealth, on trouve ainsi le récent Massachusetts Green High-Performance Computing Center. Il s’agit d’un centre doté d’équipement informatique de pointe et de locaux destinés à accueillir des projets faisant collaborer des équipes des universités les plus dynamiques du Massachusetts en termes de recherche (MIT, Harvard, Northeastern, Boston University, University of Massachusetts) [3]. Ce projet est issu d’une collaboration entre le Commonwealth, des grands groupes (Cisco, EMC), les universités, et l’état fédéral (via le Federal New Markets Tax Credit program) [4].

Le Platform Program du Massachusetts Technology Transfer Center (MTTC) est une autre illustration de ce rôle de catalyseur que revendique le gouvernement : ce programme est une plateforme d’aide à la commercialisation destiné à des startups reposant sur des technologies innovantes ; parmi les 140 entreprises qui ont bénéficié de ce programme, 14 sont mises en avant par le MTTC comme des "anciens élèves qui ont réussi", dont 11 ont été portées par des universités (4 publiques, 7 privées) [5].

2. Faire du Massachusetts une plateforme pour l’entrepreneuriat

Ainsi, le Commonwealth est conscient de ses atouts en termes de R&D au sein de ses universités. Mais son succès repose aussi fortement sur l’esprit entrepreneurial qui y règne. Le gouvernement du Massachusetts cherche à réduire les "barrières à l’entrepreneuriat", qui pourraient dissuader les individus de monter leurs entreprises. L’instrument mis en place dans cette optique est la réforme de la régulation, lancée en 2010 par l’administration de Deval Patrick [6], destinée à simplifier les formalités administratives pour monter une entreprise.

Il ne suffit cependant pas de favoriser l’émergence de nouvelles entreprises : encore faut-il assurer leur succès. Cela requiert une forte expertise, mais est très diffuse. Depuis les sept dernières années, on a vu l’émergence d’un système fragmenté et décentralisé, émanant des universités, du secteur financier, de grandes entreprises, de startups…

Parmi les initiatives pour rassembler toute cette expertise, il convient de mentionner Masschallenge, concours et accélérateur de startups qu’il devient inutile de présenter à nos lecteurs réguliers [7] [8]. Eric Nakajima est très satisfait du succès de ce programme, qui est vu comme un puissant outil de développement économique, et affirme à ce sujet que "cinq ans plus tôt, les talents étaient existaient déjà, mais pas la plateforme pour les rassembler".

Pour soutenir les entreprises dans des domaines industriels précis, l’état a mis en place trois agences quasi-publiques qui ont pour mission d’assurer le développement de ces industries. Le Massachusetts Life Science Center soutient les biotechnologies, la pharmacie, les dispositifs médicaux. Il s’appuie pour ce faire sur financement de l’état de 1 milliard de dollars sur 10 ans.

Du côté des technologies propres, le Massachusetts Clean Energy Center (MassCEC) finance de nombreux programmes, pour créer et développer des réseaux, à l’image du tout jeune programme Cleantech Navigate Northeast  : il s’agit de mettre à disposition des ressources pour entrepreneurs sur toute la région du Nord-est des Etats-Unis, en particulier à travers un réseau très dense de spécialistes bien ancrés localement et connaissant les spécificités de leurs territoires (mentors, investisseurs, partenaires au sein de grands groupes, etc.) [9]. Cette agence est financée par une redevance sur les factures d’eau et d’énergie.

Le Massachusetts Technology Collaborative, quant à lui, aidera toutes les autres industries. Se focalisant sur les forces de l’état, il cherche à identifier les besoins de l’industrie, et à supporter les développement dans d’autres industries que les Sciences de la Vie et les Technologies propres. Ces sujets de prédilection seront le développement des réseaus numériques dans l’ensemble de l’état, le développement de l’e-santé et des dossiers numériques pour patients.

La mise en place de ces réseaux bénéficie directement aux entrepreneurs et aux industriels eux-mêmes, mais aussi à l’administration du Commonwealth. En effet, rassembler ces communautés permet pour l’équipe de Deval Patrick d’une part de cerner les besoins des entrepreneurs, et d’autre part d’identifier et de profiter des avantages compétitifs des différents territoires. Leur approche est donc "ascendante", en ce sens qu’ils vont soutenir financièrement les projets qui se montreront les plus prometteurs et qui répondront à une demande. A notre question sur le télé-travail par exemple, un dossier que suit M. Nakajima, les initatives imaginées ne seront lancées que si une ou plusieurs entreprises sont également prêtes à s’investir suffisamment. L’état catalyse des énergies présentes sur les territoires, mais ne sera pas leader d’initiatives dont le succès in fine dépend de leur utilisation par les acteurs industriels.

L’attitude "à l’écoute" du gouvernement du Commonwealth a aisni permis d’identifier une barrière importante pour les entrepreneurs : la difficulté pour les startups d’avoir accès à des moyens de fabrication de leurs premiers produits (prototypes ou versions de test). Ce problème a été jugé suffisamment important pour en faire l’un des axes clés du développement de l’innovation.

3. Favoriser le lien entre le secteur de la fabrication avancée et les startups

Le Gouverneur Deval Patrick a lancé en Novembre 2011 la Collaboration pour l’industrie de fabrication avancée, ou AMC (pour Advanced Manufacturing Collaborative), un groupe transversal composé de représentants de l’industrie, des universités et du gouvernement ayant pour mission de revitaliser le secteur de l’industrie au Massachusetts [10]. Cela répond naturellement à l’annonce en Juin de cette même année du partenariat pour l’industrie de la fabrication avancée par le Président Obama [11].

Il s’agit d’un secteur fondamental pour l’économie du Massachusetts. Cet état y compte actuellement environ 7500 entreprises, totalisant près de 250.000 emplois [12]. La spécificité de ces entreprises de production est leur aspect "avancé" : ils utilisent des méthodes de pointe, sont pour la plupart certifiés ISO, et emploient une main-d’oeuvre hautement qualifiée. Ainsi, au Massachusetts, il ne s’agit donc pas de "ramener l’industrie de la fabrication avancée" sur le territoire (pour reprendre l’expression "Bring manufacturing back" souvent utilisée pour l’initiative fédérale) mais plutôt de construire sur la base qui existe déjà et qui est compétitive. Par contre, bon nombre de ces entreprises sont basées sur des sites historiques de production, dans tout l’état, loin des universités générant connaissances et start-ups. Comment faire ce rencontrer ces deux mondes ? Des premiers pas ont été effectués pour réduire cet obstacle, comme la cartographie des laboratoires et installations de tests pour les technologies propres réalisée dans le cadre du Cleantech Navigate Northeast [13].

Parmi les initiatives les plus prometteuses, Eric Nakajima a mentionné le concours H3C (Haverhill Hardware Horizons Challenge) lancé en 2012, dont le les prix incluent entre autres une bourse de 10.000 dollars, la fabrication gratuite d’un prototype et des contrats de fabrication avec des entreprises locales [14]. Cette compétition a été conçue en suivant le modèle de Masschallenge.

Outre les accélérateurs, plusieurs incubateurs et laboratoires sont apparus pour permettre aux startups de pouvoir combler leurs besoins d’infrastructures et de matériels. Mentionnons par exemple, pour le domaine médical, LabCentral, que nous avons déjà présenté [15], ou M2D2 (centre pour le développement d’équipements médicaux du Massachusetts) à l’université de Lowell [16].

Du côté des technologies propres, les réseaux permettant de connecter les startups aux moyens de fabrication se forment aussi à l’échelle de la Nouvelle Angleterre à travers le réseau ACTION, association d’incubateurs cleantechs. Le programme ACTIONpass, sponsorisé par le MassCEC, permet aux startups d’accéder aux ressources et réseaux de tous ces incubateurs (douze en Nouvelle Angleterre, dont huit au Massachusetts), incluant les équipements de fabrication et de tests [17]. La diversité des incubateurs membres d’ACTION ouvre un large éventail de possibilités : par exemple, le Newburyport Cleantech Center propose des très grands espaces [18], alors que Northshore Innoventure met à disposition des laboratoires particulièrement bien équipés et une main d’oeuvre qualifiée, pour des projets de moins grande échelle mais requérant des technologies avancées [19].

Ces efforts de l’administration de Deval Patrick pour attirer les entreprises sont complétés par la volonté de garder les étudiants formés au Massachusetts.

4. Garder la main d’oeuvre qualifiée formée au Massachusetts

L’Etat, c’est bien connu, regorge d’universités. Certaines sont les mieux classées au monde : Harvard, MIT, NorthEastern. Au Massachusetts des centaines d’universités accueillent chaque année des centaines de milliers d’étudiants de tous les Etats-Unis et même du monde entier. Eric Nakajima constate que "le Massachusetts importe beaucoup de jeunes de 18 ans et exporte beaucoup de jeunes de 25 ans". Bien évidemment, cela a des aspects positifs, puisque cela contribue à la formation d’un réseau mondial. Cependant, le Massachusetts aimerait arriver à capter une plus grande partie des talents qui y sont formés.

L’état du Massachusetts pousse ainsi les entreprises à embaucher les jeunes diplômés et propose par exemple des avantages fiscaux pour les employeurs [20] ; d’autres initiatives du gouvernement ont pour but de mettre en contact cette jeune main d’oeuvre qualifiée avec les entreprises, comme les programmes de stages des trois agences mentionnées ci-dessus, MLSC, MassCEC, Massachusetts Technology Collaborative. Dans ce cadre, un employeur dans le domaine par exemple des technologies propres peut bénéficier d’un soutien financier considérable et ainsi engager un stagiaire pour dix semaines sans avoir à payer le moindre dollar ! [21]

Le gouverneur Patrick s’est focalisé, depuis le début de son administration en 2007, sur les trois volets de l’éducation, des infrastructures, et de l’innovation pour asseoir le développement économique du Massachusetts. Son administration s’est posée en interlocuteur et partenaire fiable et cohérent pour le secteur privé, ce que confirment nos interlocuteurs. Une nouvelle administration prendra la relève à partir de janvier 2015. Nul doute que le soutien à l’innovation gardera toute sa place au Massachusetts.

Sources :


- [1] "MassBenchmarks - The Current and Leading Indices - December 2013,", 30 Janvier 2014. http://www.massbenchmarks.org/indices/indices.htm.
- [2] Fraunhofer Center for Manufacturing Innovation, "Boston University | Fraunhofer Alliance for Medical Devices, Instrumentation and Diagnostics," 2011. http://www.fhcmi.org/Alliance/.
- [3] MGHPCC, "Massachusetts Green High Performance Computing Center - About," 2013. http://www.mghpcc.org/about/.
- [4] MHPCC, "Massachusetts Green High Performance Computing Center - FAQs," 2013. http://www.mghpcc.org/about/frequently-asked-questions/.
- [5] The Massachusetts Technology Transfer Center, "MTTC Platform Program," 26 septembre 2013. http://www.mattcenter.org/events/platforms-home.html.
- [6] Commonwealth of Massachusetts, "Regulation Reform," 2014. http://www.mass.gov/hed/economic/initiatives/regulation-reform/regulation-reform.html [Accès le 10 avril 2014].
- [7] Ambassade de Frannce aux Etats-Unis, "BE Etats-Unis 308 - Le grand concours MassChallenge : une affaire qui marche," 11 novembre 2012. [En ligne]. Available : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71389.htm.
- [8] Ambassade de France aux Etats-Unis, "BE Etats-Unis 357 - MassChallenge à l’assaut du monde !," 14 février 2014.http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/75179.htm
- [9] K. Plourd, "NECEC Forms Alliance with Cleantech Open Northeast and New Initiative to Accelerate Cleantech Entrepreneurship," 18 février 2014. http://www.cleanenergycouncil.org/blog/2014/02/18/necec-announces-formal-alliance-with-cleantech-open-northeast-and-new-initiative-to-accelerate-region-wide-cleantech-entrepreneurship/
- [10] Commonwealth of Massachusetts, "Governor Patrick launches Advanced Manufacturing Collaborative to support job growth," 28 novembre 2011. http://www.mass.gov/governor/pressoffice/pressreleases/2011/111128-advanced-manufacturing-collaborative.html
- [11] White House, "President Obama Launches Advanced Manufacturing Partnership," 24 juin 2011. http://www.whitehouse.gov/blog/2011/06/24/president-obama-launches-advanced-manufacturing-partnership-0
- [12] The Kitty and Michael Dukakis Center for Urban and Regional Policy at Northeastern University, "Staying Power II - A Report Card on Manufacturing in Massachusetts 2012," Boston, MA, 2012.
- [13] NECEC Institute, "Cleantech Navigate Northeast - Labs and Testing Facilities," 2014. http://cleantechnavigatene.org/resources/.
- [14] Haverhill Hardware Horizons Challenge, "Haverhill Hardware Horizons Challenge (H C) - Overview," 12 juillet 2012. http://lightspeedchallenge.blogspot.com/.
- [15] Ambassade de France aux Etats-Unis, "BE Etats-Unis 353 - LabCentral, tout juste ouvert, déjà un succès," 10 janvier 2014. http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/74818.htm.
- [16] Ambassade de France aux Etats-Unis, "BE Etats-Unis 308 - L’Université du Massachusetts à Lowell : un centre d’innovations en phase émergente," 12 novembre 2012. http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71390.htm.
- [17] ACTION New England, "Be Part of the ACTION ! Become an ACTIONPass Member !," 2014. http://www.actionnewengland.org/actionpass.
- [18] Newburyport Cleantech Center, "Newburyport Cleantech Center," 2014. http://newburyportcleantech.com/.
- [19] Ambassade de France aux Etats-Unis, "BE Etats-Unis 334 - Incubateurs de Boston : "North Shore InnoVentures", une alternative à Kendall Square ?," 7 juin 2013. http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/73217.htm.
- [20] Commonwealth of Massachusetts, "Employer Support & Assistance," 2014. http://www.mass.gov/portal/business/employees/support-assistance/.
- [21] Massachusetts Clean Energy Center, "Massachusetts Clean Energy Internship Program," 2014. http://www.masscec.com/programs/massachusetts-clean-energy-internship-program

Pour en savoir plus, contacts :


- Pour une courte présentation, d’Eric Nakajima, voir http://mehi.masstech.org/eric-nakajima
- Sur les initiatives du gouvernement du Massachusetts en matière d’économie : http://www.mass.gov/hed/economic/initiatives/
- Sur le secteur de la fabrication avancée au Massachusetts : http://www.masstech.org/sites/mtc/files/documents/2012%20Manufacturing%20Report.pdf
Code brève
ADIT : 75658

Rédacteurs :


- Guillaume Decorzent guillaume.decorzent@ambascience-usa.org ;
- Jean-Jacques Yarmoff jean-jacques.yarmoff@ambascience-usa.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….