Innovations dans le domaine des écrans "multi-touch"

, Partager

Les écrans "multi-touch" (à contact multiples) sont sur le devant de la scène des interfaces hommes-machines. En effet, leur utilisation par Apple sur ses iPods et ses iPhones, et les démonstrations par Microsoft des appareils de salon de type "Surface" ont montré les nombreuses innovations possibles dans l’univers des logiciels grâce à cette technologie.

En fait, les écrans à contacts multiples sont des écrans qui détectent la présence des doigts ou des objets proche de leur surface. Contrairement aux écrans tactiles classiques, ils peuvent détecter plusieurs entrées, d’où leur nom. Ainsi, on peut déplacer, déformer, modifier ou agrandir des objets virtuels de façon plus intuitive qu’avec un clavier ou une souris. Par exemple, dans les iPod et les iPhone, avec deux doigts, on peut agrandir ou rétrécir une page web, une photo ou d’autres objets. De la même façon, la technologie Surface de Microsoft permet de détecter les objets présents sur son écran, ou d’utiliser la plupart des logiciels sans souris ni crayon.

Cependant, pour intégrer ces nouveaux dispositifs d’entrées, il faut revoir de façon importante les interfaces graphiques de nos ordinateurs. En effet, les interfaces de la plupart des systèmes d’exploitation sont faites pour être actionnées par un pointeur unique, souris ou stylet, qui se déplace dans un espace restreint. Ce pointeur peut être actionné ou non pour générer diverses actions ; le clic de souris servant, la plupart du temps, d’actionneur. Pour répondre à cette tendance, Apple a introduit cette technologie au niveau de son système d’exploitation Leopard. Microsoft, quant à lui, vient de présenter, lors de la conférence "All Things Digital", une démonstration de son prochain système Windows, nommé "Seven", et a mis l’accent sur l’intégration des écrans à contacts multiples.

Du point de vue technique, plusieurs technologies se concurrencent sur ce secteur. Les écrans tactiles multipoints, comme ceux utilisés par Apple, ont été les premiers à ouvrir la voie. Ensuite, la technologie Surface de Microsoft se présente comme une table avec un écran sur le dessus ; à l’intérieur de la table, une caméra traque les mouvements à la surface de l’écran. Cette technologie a plus de possibilités de détection (notamment les formes des objets posés sur la table), mais coûte plus cher à produire et ne s’adapte pas à tous les écrans.

Pour répondre aux limitations actuelles, des chercheurs de Microsoft de l’équipe d’Andy Wilson ont développé une nouvelle solution. Au lieu d’avoir la caméra intégrée dans l’écran, ils positionnent une caméra au dessus de l’écran et deux lasers infrarouges dans deux coins de l’écran. A l’utilisation, la lumière des deux lasers est diffractée et forme un "plan" de lumière infrarouge juste au-dessus de l’écran ; lorsqu’un objet ou une personne "brise" ce plan pour toucher l’écran, la caméra le détecte et renvoie le positionnement à la partie logicielle. Ce système, appelé "LaserTouch", coûte beaucoup moins cher à produire et s’adapte sur la plupart des écrans, même ceux de grandes tailles.

Source :


- A Low-Cost Multitouch Screen http://www.technologyreview.com/Infotech/20827/
- Microsoft shows off multitouch sensor prototype http://news.cnet.com/8301-10784_3-9950674-7.html

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur les recherches de Andy Wilson : http://research.microsoft.com/~awilson/
- Sur Surface : http://www.microsoft.com/surface/
Code brève
ADIT : 54921

Rédacteur :

Jean-Baptiste Kempf, deputy-stic.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….