Investissements massifs et croissants du Capital Risque Américain en faveur des énergies vertes : bilan 2007

, Partager

La question écologique est au coeur des préoccupations politiques, médiatiques et sociales. Les limites des ressources naturelles et les risques d’une croissance exponentielle sont aujourd’hui reconnus. Le contexte actuel est propice à un changement de modèle énergétique, un nouveau cycle économique est sur le point de s’enclencher : celui de "l’économie verte" [1]. Dans ce contexte, face à des catastrophes naturelles de plus en plus nombreuses et une volonté de réduire leur dépendance énergétique à l’égard des grands pays pétroliers, les Etats-Unis misent sur des nouvelles solutions énergétiques [2] [3].

On constate un intérêt grandissant et un investissement conséquent de la part du Capital Risque Américain en faveur des technologies vertes. La demande augmente pour le développement de nouvelles technologies dans le secteur des énergies vertes ou "clean énergies". Dans ce marché croissant et de plus en plus compétitif, les compagnies ont besoin du soutien du Capital Risque.

Dans le secteur des énergies vertes, les Etats-Unis sont leader en terme d’investissements. Près de 1,1 milliard ont été investis au cours des 6 premiers mois de l’année 2007. 71 contrats ont été passés avec des compagnies, ce qui représente près de 893 millions de dollars investis. On note une augmentation de plus de 35% par rapport à l’année 2006. La part des investissements dans les énergies vertes a plus que doublé aux Etats-Unis. La part des investissements est passée de 1,4% en 2001 à 5,4% en 2007. L’Europe connaît une croissance similaire avec un passage de 1,6% en 2001 à 4,4% en 2007 [3].

Pour les Etats-Unis, les secteurs les plus attractifs sont les énergies solaires et les carburants alternatifs. Le montant des investissements dans ce secteur a augmenté de 70%. En 2007, 15 à 26 contrats ont été passés représentant une levée de fonds de 305 à 458 million de dollars [3]. En Europe, les investissements se concentrent en particulier sur les énergies solaires et le secteur des éoliennes.

Le secteur des énergies vertes offre de très bonnes opportunités au Capital Risque, avec un contexte économique favorable et un marché mature. Dans la Silicon Valley se développent un nombre de plus en plus important d’entreprises spécialisées dans les énergies vertes. L’augmentation du prix du baril de pétrole, la coupure d’électricité générale en Californie, fin d’année 2001, l’émission de gaz à effet de serre, … conduisent les capitaux risques à orienter de façon massive leurs investissements dans les énergies renouvelables [4]. D’un point de vue plus local, certains états américains comme celui du Massachusetts, renforcent leur soutien pour des projets tel que le développement d’un cluster spécialisé dans les énergies vertes [5]. 16 entreprises ont déjà été crées depuis 2001 dans ce secteur, 68% d’entre elles génèrent des revenus annuels de près de 10 millions de dollars et 41% sont en dessous des 1 million de dollars.

Les investissements dans le secteur des énergies renouvelables promettent d’importants retours sur investissements. Attention cependant à l’euphorie ambiante que génère ce marché, notamment celui lié au changement climatique. Certains évoquent déjà le risque de la formation d’une bulle spéculative, principalement autour des procédés économes en CO2 [6].

Source :


- [1] Dossier spécial "Business of green", International Herald Tribune, Paris, 04/06/2007
- [2] Article "L’effroi et les profits" -Le monde diplomatique, L’Atlas environnemental, analyses et solutions"- Ignacio Ramonet- Hors série Octobre 2007
- [3] Article web site "Global Venture Investments in Clean Technolgy, bilan 2007" : http://www.americanventuremagazine.com/news.php?newsid=3539
- [4] Article extrait de "WIRED- Oct 2007" -The tech Industry loves a trend - Mathew Honan
- [5] MHT - "A Clean Start", 04/01/2008

Pour en savoir plus, contacts :

[6] Le Monde Diplomatique "Faut-il brûler le protocole de Kyoto ?" -Aurélien Bernier- Décembre 2007
Code brève
ADIT : 52658

Rédacteur :

Sandrine Espié, deputy2-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….