L’art et la manière d’évaluer l’efficacité du transfert de technologies

, Partager

Evaluer l’efficacité d’un service de transfert de technologies est un problème épineux car il n’existe pas de système de mesure standard et applicable à toutes les institutions.

Une enquête annuelle produite par l’AUTM (Association of Technology Transfer Managers) évalue le transfert de technologies aux Etats-Unis et au Canada de façon globale. (BE104 "Rapport 2006 de l’AUTM : le transfert de technologies aux USA se porte toujours aussi bien"). Cette étude reprend les indicateurs classiques (nombre de brevets, licences, créations d’entreprises) et est destinée à donner un aperçu le plus général possible de l’efficacité de la valorisation de la recherche au niveau du pays.

Cette étude est reconnue et significative pour les professionnels du transfert de technologies mais n’en reste pas moins insuffisante pour évaluer chaque office individuellement. Ceci est dû en grande partie aux divergences d’objectifs qui peuvent exister entre ces structures, à leur taille, leur ancienneté ou encore leur spécialité scientifique.

Pour mieux comprendre cet aspect stratégique de l’efficacité de la valorisation de la recherche, la revue spécialiste du domaine Technology Transfer Tactics a interviewé 4 grands responsables de structures de transfert de technologies aux Etats-Unis : David Allen de l’université du Colorado, David Gulley de l’Université de l’Illinois - Chicago, Joseph Jankowski de Case Western Reserve University et John Fraser de l’université de l’état de Floride.

Pour ces professionnels, la comparaison de leur structure avec les résultats présentés par l’AUTM est indispensable mais doit être relativisée.

- Selon David Allen, les résultats chiffrés doivent être exploités plus profondément. Des ratios plus précis sur les retours sur investissements de la propriété intellectuelle (ex : argent investi/rémunération due aux licences), la durabilité et le devenir des start-ups créées sont utilisés pour apporter de la pertinence à l’évaluation de l’efficacité du transfert de technologies. Ces ratios sont aussi utiles au lissage des résultats afin de pouvoir mieux les comparer dans le temps.

- A l’inverse, selon Joseph Jankowski l’évaluation qualitative est préférable à la rigueur des chiffres. Même si une étude chiffrée est indispensable elle ne doit pas constituer l’essentiel de l’évaluation. Les chiffres doivent être relativisés selon le secteur d’activité, la conjoncture et quasiment toujours au cas par cas.

- Une autre approche intéressante est d’utiliser l’avis des parties prenantes pour évaluer la qualité du transfert de technologies. David Gulley, à l’université de l’Illinois-Chicago conduit chaque année une enquête d’évaluation auprès des inventeurs, des chercheurs et des doyens. Celle-ci évalue leur connaissance de la valorisation de la recherche et leurs interactions avec le service de transfert de technologies.

- Enfin, John Fraser, ancien président de l’AUTM estime qu’il vaut mieux passer du temps à vendre ses compétences plutôt qu’à les mesurer et préfère une mesure de l’efficacité de son service au nombre de coups de téléphone passés aux équipes de recherche, aux visites rendues aux chercheurs et à tous les moyens utilisés pour les maintenir impliqués dans leur mission de transfert des résultats de la recherche vers la société toute entière.

Ces méthodes d’évaluation, malgré leurs différences sont développées dans le même but : améliorer la valorisation de la recherche pratiquée dans leurs offices. Ceci se traduit quantitativement par de meilleurs retours sur investissements et qualitativement par une meilleure communication vis-à-vis des chercheurs. Ce dernier point semble essentiel pour les 4 personnes interviewées. En effet l’efficacité du transfert de technologies passe par une forte interaction entre les chercheurs et les services et une excellente compréhension des attentes de chacun ce qui ne constitue pas une science exacte et mesurable.

Source :

"Tech transfer directors develop custom metrics tied to institutional goals",Technology Transfer Tactics, Vol.1, No.3 (pp 33-48) July 2007 - La revue est payante mais un exemplaire gratuit de juillet 2007 peut être téléchargé sur le site de la revue : http://www.technologytransfertactics.com/

Pour en savoir plus, contacts :

Rapport de l’AUTM : http://autm.net/about/dsp.Detail.cfm?pid=214
Code brève
ADIT : 52659

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….