L’émergence d’un Conseil International pour la Science et l’Environnement

, Partager

Le Conseil International pour la Science et l’Environnement (ICSE) a été lancé au mois de juin dernier, lors de la conférence internationale Rio+20. Mais à quoi peut-il servir et comment assurer son succès ? Telles sont les questions auxquelles a répondu vendredi 19 avril Bill Richardson, qui a été élu en janvier dernier président de l’ICSE.

La création de l’ICSE

L’ICSE a été établi dans le but de "renforcer, enrichir et clarifier le dialogue entre sciences et politiques publiques, pour améliorer le fondement scientifique des prises de décisions environnementales et pour promouvoir le développement durable à long terme [1]". Le lancement de l’ICSE a été encouragé par un grand nombre de scientifiques et personnalités renommées. On peut citer notamment, pour l’Amérique du Nord : Maurice Strong, secrétaire général du Sommet de la Terre en 1992, Rita Colwell, ancienne directrice de la National Science Foundation ou encore James Gustave Speth, ancien administrateur du Programme des Nations Unies pour le Développement. Les fondateurs de l’ICSE souhaitent que les scientifiques, les représentants d’ONGs ou d’entreprises et les gouvernements collaborent pour améliorer les processus de prise de décisions. Ils ont appelé au développement d’un réseau d’universités et de scientifiques, prêts à collaborer, d’une part pour produire des synthèses des connaissances et des rapports à destination des décideurs publics et d’autre part pour renforcer la communication sur les enjeux environnementaux à destination du "grand public". Une réunion est prévue en janvier prochain pour rassembler les acteurs de l’ICSE et mettre en oeuvre concrètement ces objectifs.

Le NCSE, un modèle pour l’ICSE ?

Aux Etats-Unis, il existe déjà un Conseil National pour la Science et l’Environnement (le NCSE, National Council for Science and the Environment [2]). Les membres du bureau du NCSE ainsi que son président, Peter Saundry, ont d’ailleurs contribué à la création de l’ICSE et certains d’entre eux étaient même présents lors de son lancement à Rio. Le NCSE permet chaque année, depuis sa création il y a 13 ans, de rassembler, lors d’une conférence annuelle, plusieurs centaines de scientifiques mais également d’experts issus d’ONGs, de fondations ou de think tanks, ainsi que des représentants de l’industrie et du gouvernement américain (des ministres et des conseillers du président ainsi que des parlementaires y interviennent régulièrement). Ces rencontres donnent lieu à des échanges autour d’un thème différent chaque année (quelques exemples au cours des dernières années : les catastrophes naturelles, l’environnement et la sécurité, ou encore les océans) ainsi qu’à la publication d’un ensemble de recommandations destinées aux décideurs publics.

A quoi pourra servir l’ICSE ?

La School of Advanced International Studies de l’université Johns Hopkins (dont le directeur, David Jhirad, est membre du bureau du NCSE) a invité vendredi 19 avril Bill Richardson, le président de l’ICSE, pour discuter du rôle que peut jouer cette institution dans le monde actuel. Bill Richardson a été Ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU, gouverneur du Nouveau Mexique et Secrétaire au département de l’Energie. Elu dans la circonscription du laboratoire national de Los Alamos, qu’il a qualifiée avec humour, de "one of the smartest counties in the country" (l’un des comtés les plus intelligents du pays), Bill Richardson est particulièrement sensible à l’importance des échanges entre scientifiques et décideurs publics.

Il a expliqué comment, tout au long de sa carrière, les connaissances scientifiques avaient été cruciales pour ses prises de décisions. Il a toujours veillé à s’entourer d’un conseiller scientifique et s’est efforcé au cours de ses différents mandats de promouvoir les énergies renouvelables et d’améliorer le système d’éducation publique. Selon lui, les enjeux actuels nécessitent, au plus haut niveau, une prise en compte bien plus importante des connaissances scientifiques pour connaître les limites et les risques auxquels nous devons faire face, aujourd’hui et dans les années à venir. Investir dans la recherche et l’innovation lui semble également prioritaire pour créer les opportunités de demain dans des domaines porteurs comme les énergies renouvelables ou l’efficacité énergétique. Les discussions en cours pour établir des Objectifs du Développement Durable doivent permettre de mettre en oeuvre ce changement pour intégrer les connaissances scientifiques et construire "le futur que nous voulons" (thème de la conférence Rio+20).

Enfin, il a appelé les scientifiques à s’engager dans la vie politique locale, nationale et internationale en partageant leur expertise avec la société civile et les décideurs publiques, mais également en exerçant directement des responsabilités politiques.

Pour en savoir plus, contacts :


- la vidéo du discours de Bill Richardson (en anglais) est disponible en ligne : http://webcast.jhu.edu/Mediasite/Play/49ba4b24b36f40c9b5c25177a43760d51d
- [1] Pour en savoir plus sur le lancement de l’ICSE, voir http://www.ncseonline.org/rio20-launch-international-council-science-and-environment
- [2] Pour en savoir plus sur le NCSE, voir nos précédents articles sur le sujet :
* "Biodiversité : extinction de voix contre voie d’extinction "MAGAUD, Marc - Bulletins Electroniques - 19-12-2008 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57072.htm
* "Océans : recommandations pour la gouvernance côtière" - MAGAUD, Marc - Bulletins Electroniques - 28/01/2011 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/65718.htm
* "Le changement climatique, enjeu majeur pour la sécurité mondiale" - MARTY, Gabriel - Bulletins Electroniques - 27/01/2012 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68928.htm
* "Conférence NCSE : énergie, eau, nourriture, leur sécurité en question" - MARTY, Gabriel - Bulletins Electroniques - 03/02/2012 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/69023.htm
* "Conférence du Conseil National Américain pour la Science et l’Environnement" - RAMSTEIN, Céline - Bulletins Electroniques - 01/02/2013 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/72152.htm
Code brève
ADIT : 72904

Rédacteurs :


- Céline Ramstein, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….