L’enseignement supérieur américain sur une pente glissante ?

, Partager

Le National Center for Public Policy and Higher Education (San José, CA) vient de publier son rapport biennal 2006 sur les performances des institutions d’enseignement supérieur, dont les résultats "surprendront de nombreux américains, particulièrement ceux qui se satisfont de la sagesse populaire selon laquelle notre enseignement supérieur est le meilleur du monde", selon l’avant propos du président et du vice président du centre, deux anciens gouverneurs.
Plusieurs critères de performance sont analysés, notamment : préparation, intégration, coût et réussite des études. Une étude détaillée de chaque Etat de l’Union permet de tirer la sonnette d’alarme sur deux paramètres : l’intégration qui stagne et présente des disparités selon l’origine socio-économique et le coût des études qui devient de plus en plus prohibitif (+350% en 20 ans à comparer à +95% pour l’indice général des prix).
Certaines comparaisons internationales sont inquiétantes : les Etats-Unis sont n°2 mondial selon la proportion de diplômés de l’enseignement supérieur âgés de 35 à 64 ans, avec 39% (n°1 : Canada, 41%, France : n°19, 19%), mais seulement n°7 pour la tranche d’âge 25-34 (n°1 : Canada, 53%, France : n°10, 37%). Le taux de réussite est également préoccupant : pour l’intégration des élèves de l’enseignement secondaire, les USA sont n°5 mondial (n°1 : Corée, 48%, France : n°8, 31%), mais seulement n°15 pour la réussite des études (n°1 : Japon, 26% de la tranche d’âge, France : n°99, 20%).


Selon les auteurs, " il est temps de reconnaître que l’enseignement supérieur américain tel qu’il a évolué au cours du 20ème siècle, était une étape et non un aboutissement ". Il doit trouver un nouveau modèle pour répondre à la nouvelle économie du savoir. " Les résultats des succès passés, infrastructures et facultés sans égales, sont un socle solide, mais uniquement si ce nouveau contexte est clairement identifié ".
Margaret Spellings, secrétaire à l’éducation a salué les résultats " lucides " de cette étude et laissé entendre que le rapport de la commission sur le futur de l’enseignement supérieur, mise en place par l’administration en septembre 2005, partageait largement cette analyse. Une version préliminaire, rendue publique début août 2006, annonçait entre autres mesures une optimisation des coûts opérationnels des universités, afin de les rendre plus accessibles aux classes à revenus faibles à moyens.
En 2005, le gouvernement fédéral et les gouvernements locaux ont consacré 72 milliards de $ à l’enseignement supérieur.


Source :


- E-news : http://insidehighered.com/news/2006/09/07/reportcard
- http://insidehighered.com/news/2006/09/08/measure
- Measuring up 2006 : The National Report Card on Higher Education, National Center for Public Policy and Higher Education : http://measuringup.highereducation.org/_docs/2006/NationalReport_2006.pdf
- Commission on the Future of Higher Education (Department of Education), rapports préliminaires et analyses : http://www.ed.gov/about/bdscomm/list/hiedfuture/reports.html

Rédacteur :

Philippe Jamet, AST, Philippe.Jamet@diplomatie.gouv.fr

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….