L’étude "Framingham" s’associe à un partenaire privé pour étudier les biomarqueurs des maladies cardiaques

, Partager

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité aux Etats-Unis. La "Framingham Heart Study" (FHS) [1], une étude prospective qui s’intéresse aux maladies cardiovasculaires, lance une importante initiative qui permettra à terme d’identifier par de simples analyses sanguines les individus ayant un risque élevé de pathologies cardiaques et d’accident vasculaire cérébral. Un accord a été signé entre le "National Heart, Lung, and Blood Institute"(NHLBI) [2] et la société de biotechnologies "BG Medicine" pour permettre aux chercheurs responsables de l’étude FHS d’utiliser les technologies de pointe développées par cette entreprise du Massachusetts.

"L’étude "Framingham Heart Study", existe depuis soixante ans, et a produit quelques unes des connaissances les plus importantes sur les facteurs de risque cardiovasculaires, tel que l’hypercholestérolémie et l’hypertension, "explique le Dr Elizabeth Nabel, directrice du NHLBI. Les chercheurs du NHLBI, de l’Université de Boston et de "BG Medicine", étudieront environ 1000 biomarqueurs sanguins à partir des échantillons sanguins provenant de milliers de participants de cette cohorte. Les échantillons biologiques congelés, les études d’imagerie médicale, et les résultats d’autres tests diagnostics, collectés depuis des années à partir de plus de 7000 participants, seront analysés pour identifier les biomarqueurs associés aux cardiopathies, au syndrome métabolique [3], et aux facteurs de risque qui leur sont liés. Seuls les échantillons des participants qui ont donné leur consentement pour partager leurs spécimens et données personnelles avec des scientifiques du secteur privé seront utilisés. Les données récoltées seront anonymes afin de protéger l’identité des patients.

Cette recherche sera conduite sous un accord de développement et de recherche coopérative ("cooperative research and development agreement" CRADA) d’une durée de cinq ans. Le CRADA est un type d’accord unique entre un laboratoire fédéral et une compagnie industrielle dans le but de développer des technologies répondant à la fois à des besoins fédéraux et commerciaux. Un accord CRADA présente la particularité de ne permettre aucun flux financier : il s’agit de mise en commun de ressources et non de subvention. C’est la première fois que l’étude "Framingham" collabore avec une compagnie commerciale dans le cadre d’un projet de recherche de ce type.

Une technologie brevetée

"BG Medicine" a développé et breveté une technologie évolutive pour détecter et valider des changements biologiques imperceptibles au niveau macromoléculaire. Cette plateforme technologique polyvalente permet d’identifier de nouveaux biomarqueurs présents dans les fluides corporels, par l’intégration et l’automatisation des mesures d’analyse et de caractérisation des protéines et des petites molécules non-protéiques, ou de leurs métabolites.

"Ce partenariat nous aidera à soutenir de nouvelles découvertes sur les facteurs de risque de maladie cardiaque ", explique le Dr Daniel Levy, directeur du FHS et du Centre pour l’étude des populations du NHLBI, et professeur de médecine à l’école de médecine de l’université de Boston. "Imaginez qu’un simple test sanguin puisse nous dire si un patient a un risque élevé de maladie cardiaque ou d’attaque cérébrale, nous pourrions alors prévenir ou retarder l’apparition de ces maladies mortelles", ajoute le Dr Elizabeth Nabel. .

Cette étude fait partie de l’initiative "Systems Approach to Biomarker Research in Cardiovascular Disease" (SABRe CVD) qui a pour but d’identifier et valider de nouveaux biomarqueurs, telles que les protéines et molécules présentes dans le sang. Les autres projets composant l’initiative SABRe CVD exploreront les biomarqueurs protéiques des maladies cardiovasculaires et les changements d’expression des gènes associés aux biomarqueurs. Les données de ces études seront accessibles à d’autres scientifiques par le biais de la banque de données dbGAP (Database for Genotype and Phenotype).

[1] La "Framingham Heart Study" (FHS) est une étude prospective initiée en 1948 en collaboration avec l’"Université de Boston", dont l’objectif est d’identifier les facteurs contribuant à l’apparition d’une maladie cardiovasculaire en étudiant une cohorte d’adultes sains sur plusieurs générations. 5200 personnes ont été enrôlées au départ dans le cadre de cette étude. Tous les 2 ans, ces participants sont soumis à un bilan médical détaillé, avec examen physique et prélèvements sanguins. En 1971, les enfants de ces participants et leurs conjoints ont été engagés à leur tour dans cette étude (soit 5200 personnes supplémentaires) et sont soumis aux mêmes analyses. En 2002, le programme Framingham est arrivé dans une nouvelle phase avec l’enrôlement des petits-enfants de la génération de départ.
Cette étude très ambitieuse a donné lieu à plus de 1200 publications, et a permis de mettre en évidence les risques majeurs de maladies cardiovasculaires (hypertension, taux sanguin de cholestérol, tabac, obésité, diabète, manque d’activité physique….). Constituée principalement au départ d’individus de type caucasien, cette étude s’est étendue récemment à d’autres populations afin d’être plus représentative de la société américaine. De nouvelles technologies de diagnostic telles que l’échocardiographie, l’IRM du coeur et du cerveau, les CT scans du coeur et des vaisseaux et les mesures de densitométrie osseuse ont été intégrées aux protocoles d’analyses.
Avec les nouvelles méthodes de génotypage à large échelle (Affymetrix, Lumina…), l’étude "Framingham" va s’étendre à l’analyse des facteurs génétiques impliqués dans le développement de maladies cardiovasculaires. Les données seront envoyées à la base de données dbGAP pour tri et analyses.
La cohorte "Framingham" est également ouverte, après sélection, aux investigateurs extérieurs, et les données (analyses, prélèvements sanguins, ADN….) sont actuellement mises à la disposition de la communauté scientifique sur des projets de recherche en ostéoporose, arthrite, maladies mentales, nutrition, diabètes, troubles de la vision, troubles de l’audition, maladies pulmonaires, profilage génétique de maladies communes…
La FHS est financée par le "National Heart, Lung, and Blood Institute" (NHLBI), qui fait partie des "National Institutes of Health"(NIH), et réalisée en collaboration avec l’Ecole de médecine et l’Ecole de santé publique de l’"Université de Boston" (UB).

[2] Le "National Heart, Lung, and Blood Institute" prépare, conduit, et supporte la recherche liée aux causes, à la prévention, au diagnostic et aux traitements des maladies cardiaques, des vaisseaux sanguins, des poumons et aux troubles du sommeil. L’institut gère également des campagnes d’éducation à la santé.

[3] Le syndrome métabolique fait référence à un groupe de facteurs de risques liés au surpoids et à l’obesité et qui augmentent le risque de maladies cardiaques, de diabètes de type 2, et d’attaques cérébrales. Le syndrome métabolique est diagnostiqué chez les individus qui ont au moins trois facteurs de risque suivants :
- surpoids ou obésité avec une large circonférence abdominale
- hypertension
- taux élevé de triglycerides
- faible taux de HDL
- hyperglycémie.

Source :


- "Framingham Heart Study Launches New Project to Develop Blood Tests for Heart Disease"- NIH News - 12/03/2009- http://www.nih.gov/news/health/mar2009/nhlbi-12.htm
- "Framingham Heart Study" - http://www.framinghamheartstudy.org/index.html
- "BG Medicine" - http://www.bg-medicine.com/content/company/

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur les accords "CRADA" : http://www.france-science.org/spip.php?article564
- Sur le "National Heart, Lung, and Blood Institute" : http://www.nhlbi.nih.gov
- Sur la base de données "dbGaP" (database of Genotypes and Phenotypes) : http://view.ncbi.nlm.nih.gov/dbgap
Code brève
ADIT : 58293

Rédacteur :

Alexandre Touvat (deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org) - Florence Beranger (inserm-usa@ambafrance-us.org)

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….