L’externalisation de l’innovation chez Pfizer prend la forme d’incubateurs indépendants

, Partager

Début 2007 s’ouvrait à La Jolla, Californie, le premier incubateur issu de Pfizer : The Pfizer Incubator, TPI. Cet incubateur unique en son genre est destiné entre autres à stimuler l’innovation chez Pfizer.

Pfizer est une entreprise pharmaceutique créée en 1849 dont la mission est la recherche et le développement de nouveaux traitements. Comme la plupart des grosses entreprises pharmaceutiques "classiques" elle exploite des brevets relativement anciens sur des molécules principalement issues de la chimie. Ce business model fonctionne bien puisque en 2006 Pfizer a généré plus de 48 milliards de dollars de chiffre d’affaires. Cependant la date d’expiration des brevets leaders de l’entreprise qui se rapproche à grands pas constitue son point faible. Selon une étude de Prudential Equity Group, d’ici 2012, les brevets de Pfizer sur Aricept, Lipitor, Viagra, Detrol, Geodon qui à eux seuls représentent 41% des ventes de la société tomberont dans le domaine public.

C’est pourquoi aujourd’hui plus que jamais Pfizer développe son positionnement sur l’innovation. Jeffrey Kindler, promut CEO de Pfizer Inc. en juillet 2006 a clairement exprimé sa volonté de mettre en place de nouvelles stratégies d’innovation. Ainsi Corey Goodman a été nommé directeur du tout nouveau Biotherapeutics and Bioinnovation Center dont la mission est de créer un consortium de collaborations avec les académiques, les capitaux risqueurs et la communauté biomédicale. C’est de ce centre qu’est née l’idée de la création du TPI.

The Pfizer Incubator est une entité indépendante de Pfizer Inc destinée à héberger et financer des projets de création d’entreprise, chez Pfizer , dans des domaines de recherche tels que les nouvelles classes de molécules thérapeutiques, les nouvelles techniques d’administration, les technologies destinées à prévoir les effets des médicaments, les nouvelles formulations… Le budget de cet incubateur est de 10 millions de dollars par an pendant 5 ans destinés à l’accueil simultané de 5 à 8 start-ups.

Le processus d’incubation se déroule comme suit :
1- Sélection des projets selon les besoins de Pfizer (il existe un système de candidature en ligne)
2- La start-up est hébergée pendant 2 ans et dispose d’un budget d’environ 2 millions de dollars par an.
3- Au bout des 2 ans, si la technologie a atteint un certain degré de maturité et qu’elle correspond bien aux besoins de Pfizer, une négociation est engagée sur les modalités d’attribution d’une licence à Pfizer.
4- Si en revanche il s’avère que la technologie est trop complexe ou trop immature, la start-up sort de l’incubateur et doit rechercher des financements extérieurs. Pfizer garde des parts dans la société et peu même dans certains cas, réinvestir dans le projet même si il s’avère ne pas représenter d’intérêt direct pour Pfizer.

Les modalités sont très flexibles et négociées au cas par cas. En effet le but de Pfizer n’est pas d’agir comme un simple capital risqueur mais bien comme un partenaire financier et technologique. Même si Pfizer prend des parts dans la société, ses dirigeants veulent laisser à la start-up un maximum d’indépendance dans ses travaux de recherche et affirment n’intervenir stratégiquement ou technologiquement qu’à sa demande. Ce point est très important pour Pfizer qui insiste sur le fait que cet incubateur n’est pas destiné à s’approprier les technologies des petites entreprises mais bien à développer une position gagnant/gagnant pour les 2 parties. D’un côté la start-up lève des fonds, bénéficie d’un hébergement et d’un marché potentiel chez Pfizer. De l’autre côté Pfizer bénéficie de travaux de recherche innovants qu’il ne peut pas développer en interne.

Une première start-up s’est déjà installée : Fabrus LLC, qui travaille sur l’identification de nouveaux anticorps fonctionnels. Enfin la société n’attendra pas les premiers résultats de La Jolla pour développer rapidement de nouvelles structures de ce type. Un projet dans le Massachusetts est en cours et des discussions sont ouvertes sur la possibilité d’un TPI en Europe.

Source :

Rencontre avec Patricia Soulard et Alex Polinsky, Pfizer - "Pfizer hatches plan for startups", Catherine Williams, Mass High Tech, 05/10/2007 - http://www.bizjournals.com/masshightech/stories/2007/10/08/story2.html?ana=from_rss

Pour en savoir plus, contacts :


- The Pfizer Incubator à La Jolla : http://www.thepfizerincubator.com/
- "Pfizer plans biotech ’incubator’ ", Penni Crabtree, SignOnSanDiego.com, 01/12/2006 - http://www.signonsandiego.com/news/business/biotech/20061201-9999-1b1incubate.html
- Site de Pfizer : http://www.pfizer.com
- "Big Pharma’s Black Hole", Matthew Herper, Forbes, 22/01/2007 - http://www.forbes.com/2007/01/19/pfizer-pharma-cuts-fda-biz-cz_mh_0122pfizer.html?partner=alerts
- "D’est en ouest, le business développement prend de nouvelles formes", Guillaume Herry, BE Etats-Unis 80, 25/05/2007 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/042/42958.htm
Code brève
ADIT : 52204

Rédacteur :

Aline Charpentier, deputy-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….