L’impact sur l’économie américaine des inventions faites dans les universités

, Partager

En 1980, le Bayh-Dole Act a permis aux universités américaines de breveter elles-mêmes les résultats des recherches menées avec des fonds publics. Avant sa mise en œuvre, les inventions étaient la propriété du gouvernement fédéral, et il était estimé que très peu des brevets déposés faisaient l’objet de licences commerciales.

Un nouveau rapport, commandé par la Biotechnology Innovation Organization (BIO) et l’Association of University Technology Managers (AUTM), démontre l’impact profond des licences de brevets déposés par les universités, hôpitaux et instituts de recherche sur l’économie américaine. Ce rapport, le 4ème d’une série après ceux de 2009, 2012 et 2015, est basé sur des enquêtes faites auprès de plus de 30 hôpitaux et instituts de recherche et plus de 150 universités. Il suggère qu’entre 1996 et 2015, la vente de licences a contribué pour plus de 1300 milliards de dollars à la production industrielle américaine, pour près de 600 milliards de dollars au PIB américain, et à plus de 4 millions d’emplois.

Plusieurs indicateurs suggèrent la très bonne santé de ce secteur. En effet, le rapport de 2017 met en évidence de façon remarquable que l’impact du secteur sur la production industrielle et sur le PIB a augmenté de plus de 10% par rapport à l’état 2 ans auparavant, cela à une époque où l’économie américaine était dans le marasme. En outre, pendant la période 1996-2015, alors que le PIB américain lui-même n’a progressé que de 55%, la contribution de l’activité de transfert des universités au PIB a augmenté de 340% (à noter qu’en valeur absolue elle ne représente cependant qu’environ 0,2% du PIB).

A titre d’exemple, la dernière enquête de l’AUTM a montré qu’en 2015 plus de 1000 startups avaient été créées, soit une progression de 11% par rapport à 2014. Dans le même temps, près de 16000 brevets ont été déposés et près de 900 nouveaux produits ont été introduits sur le marché.


Rédacteur :
- Jean Rosenbaum, Attaché pour la Science et la Technologie, Los Angeles, attache-sdv.la@ambascience-usa.org