L’importance d’une stratégie gouvernementale pour la R&D en nanotechnologies

, Partager

Lors du dernier meeting du Subcommitte on science, technology and innovation à Washington DC, présidé par le Sénateur John Kerry le 25 avril 2008, le débat a porté sur la législation à consolider voire modifier pour contrôler le développement des nanotechnologies. Le compte rendu vidéo est disponible sur le site du Project on Emerging Nanotechnologies (PEN) [1]. Les objectifs principaux du PEN sont la diffusion des connaissances et la sensibilisation du grand public aux risques potentiels et aux impacts sociétaux des nanotechnologies.

Lors de ce meeting, Le directeur du Project on Emerging Nanotechnologies, David Rejeski a apporté un bilan des deux dernières années sur la stratégie du gouvernement pour leur développement, certes en progression mais manquant cruellement de transparence et de contrôle. Le combat du PEN pour arriver à un développement transparent et contrôlé de cette technologie émergente et très prometteuse (selon les dernières estimations, le marché mondial atteindra les quelques 2600 milliards de dollars dans les huit prochaines années), entamé il y a deux ans porte ses fruit mais n’est toujours pas terminé.

Sans une structure gouvernementale améliorée, les bénéfices potentiels des nano pourraient bien ne jamais être réalisés, pour la seule raison de la confiance des consommateurs (voir les BE Etats-Unis 121 [2] et BE Etats-Unis 123 [3]). Pour David Rejeski, cette confiance doit être maximisée en rassemblant les officiels et les meilleurs spécialistes dans une structure gouvernementale dédiée. Le congrès est en pleine discussion sur le contenu des amendements de l’Acte du 21st century Nanotechnology Research&Development, qui permet d’établir la feuille de route de la recherche qui est vitale pour assurer le succès des nanotechnologies.

L’industrie et le gouvernement veulent accélérer la R&D et la commercialisation pour bénéficier le plus rapidement possible des retombées économique et financières, avec bien sûr une volonté de contrôler les impacts sur le public pro activement. Or cette situation, pour les experts réunis autour de John Kerry lors de ce meeting donne une désagréable impression de déjà-vu ; elle est le miroir des situations concernant l’énergie nucléaire dans les années 50 et 60, et les biotechnologies pour l’agriculture dans les années 90. La récurrence des problèmes autour de la gestion des risques, du contrôle, du dialogue avec le public, prouve que ces aspects doivent être traités encore plus en profondeur.

Le gouvernement américain ne semble toujours pas organisé pour faire face efficacement à ces aspects qui, encore une fois, sont le fondement principal du succès de ces technologies, au même titre que le nucléaire, les biotechnologies, ou internet. Pour Rejeski, la solution semble résider à la fois dans la réorganisation de la stratégie gouvernementale de contrôle et dans l’augmentation forte des budgets alloués par la National Nanotechnology Initiative en étude de risques aux agences telles que Food and Drug Administration (FDA), Environmental Protection Agency (EPA), US Department of Agriculture (USDA), consumer produits sagety commission.

Source :

Public Trust Is The ’Dark Horse’ In Nanotechnology’s Future, Project on Emerging Nanotechnology, http://www.nanotechproject.org/news/archive/4-24-08/

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] Compte rendu vidéo sur le site du Project on Emerging Nanotechnologies (PEN) : http://www.nanotechproject.org/news/archive/4-24-08/
- 21st century Nanotechnology Research&development : http://frwebgate.access.gpo.gov/cgi-bin/getdoc.cgi?dbname=108_cong_public_laws&docid=f:publ153.108
- [2] "Le manque de transparence dans la Recherche Fédérale sur les Nano pourrait entraver leur développement" - BE Etats-Unis 121 (25/04/2008) : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54345.htm
- [3] "La croissance de la bulle des nanotechnologies doit être contrôlée" - BE Etats-Unis 123 (13/05/2008) : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54587.htm
Code brève
ADIT : 54919

Rédacteur :

Alban de Lassus, deputy-phys.mst@consulfrance-houston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….