L’impression 3D aux Etats-Unis : entre renaissance de l’industrie manufacturière et renforcement des capacités militaires

, Partager

L’administration Trump affiche sa volonté de mettre les nouvelles technologies au service de la domination militaire et de la prospérité économique américaine. L’impression 3D pourrait répondre à ces deux objectifs, en créant des emplois manufacturiers qualifiés et en renforçant les capacités militaires des Etats-Unis. Sous l’ère Obama, le gouvernement fédéral était déjà impliqué dans la promotion des technologies d’impression 3D comme moyen de relocaliser les activités de production sur le territoire national américain et de revitaliser l’industrie manufacturière.

Une volonté de mettre la technologie au service de la prospérité économique et de la supériorité militaire des Etats-Unis

Les priorités de la Maison Blanche en matière de recherche et développement sous Donald Trump ont été présentées dans un mémo datant du 17 août 2017 à destination des responsables des départements et agences fédérales. Ce mémo rappelle que le leadership américain en science et technologie est essentiel à la réalisation des trois plus hautes priorités de l’administration Trump : la sécurité nationale, la croissance économique et la création d’emplois. Le mémo insiste notamment sur la nécessité de concentrer les investissements en recherche et développement dans les technologies émergentes et innovantes porteuses d’un fort potentiel en termes de capacités militaires et de création d’emplois dans de nouveaux secteurs.

Si elles ne sont pas directement citées, les technologies de fabrication additive, communément désignées sous l’appellation « impression 3D », répondent particulièrement aux enjeux exposés dans le mémo par l’Office of Science and Technology Policy et l’Office of Management and Budget de la présidence américaine. En 2016, lors de son deuxième discours officiel de politique étrangère, le candidat Donald Trump citait justement l’impression 3D sous l’angle des capacités militaires. Donald Trump insistait alors sur la nécessité de reconstruire la puissance militaire américaine en développant le meilleur équipement possible. Cette domination militaire devait selon lui s’appuyer sur les domaines de supériorité technologique des Etats-Unis que sont l’intelligence artificielle, la cyber-guerre et l’impression 3D.

Le département de la Défense se saisit déjà des opportunités offertes par l’impression 3D

Ce rapprochement n’est pas étonnant : les progrès de l’impression 3D se sont accompagnés depuis plusieurs années d’une réflexion militaire aux Etats-Unis. Le département de la Défense se montre particulièrement proactif sur le sujet. Les Marines, par exemple, furent le premier service à imprimer en 3D des munitions et des pièces de rechange et ont récemment dévoilé leurs plans pour fabriquer des micro-drones de surveillance.

Le département de la Défense a également apporté un soutien financier de 80 millions de dollars à l’Advanced Regenerative Manufacturing Institute (ARMI), un institut de pointe travaillant à la fabrication de tissus et organes humains pour soigner les patients militaires et civils (BioFabUSA). Premier institut américain à travailler sur la question de la bio-fabrication, l’ARMI, qui compte plusieurs dizaines d’entreprises membres, a commencé ses opérations en 2017. Il a été établi à Manchester dans l’Etat du New Hampshire, autrefois capitale mondiale de l’industrie manufacturière, qui espère ainsi devenir celle de la médecine régénérative.

Revitaliser l’industrie manufacturière américaine grâce à l’impression 3D, un objectif de l’administration Obama

L’ARMI fait partie d’un réseau d’instituts pour l’innovation industrielle, le National Network of Manufacturing Innovation (NNMI), mis en place par le Président Obama afin de renforcer le soutien fédéral à l’innovation industrielle. Ces instituts (les Manufacturing USA Institutes) ont vocation à structurer les clusters dans les secteurs manufacturiers d’avenir via un co-financement public-privé. L’impression 3D était perçue par l’administration Obama comme un moyen de préserver l’industrie manufacturière et les emplois américains en relocalisant les activités de production sur le territoire national, notamment au sein des territoires industriels sinistrés de la Rust Belt.

L’institut pilote du réseau, le National Additive Manufacturing Institute (NAMII, rebaptisé America Makes), a ainsi pour mission d’accélérer l’adoption de l’impression 3D et des technologies associées par l’industrie manufacturière. Regroupant plus de 80 industriels, une trentaine d’universités et des community colleges (établissements de formation professionnelle), il a été établi à Youngstown dans l’Ohio, au cœur de la Rust Belt, grâce à un financement de 30 millions de dollars du département de la Défense et du département de l’Energie. America Makes conduit notamment des programmes de formation et de mentorat dans le domaine de l’impression 3D, y compris auprès de vétérans américains (Additive Manufacturing Bootcamp).

Des initiatives poursuivies par l’administration Trump ?

Si la National Security Strategy de Donald Trump, publiée en décembre 2017, met plutôt l’accent sur la compétition économique, il n’est pas impossible que la nouvelle administration s’appuie sur certaines initiatives de l’administration Obama pour revitaliser l’industrie manufacturière américaine et la mettre au service de la défense. Le document mentionne en effet le besoin de mettre en place des programmes d’apprentissage et de développement de la main-d’œuvre à des fins d’emplois manufacturiers qualifiés. Comme le mémo sur les priorités R&D, la National Security Strategy insiste sur la nécessité pour les Etats-Unis de renforcer leur compétitivité en matière de technologies clés et de capacités manufacturières, notamment appliquées à la défense.

Tim Ryan, le représentant du treizième district de l’Ohio, qui inclut la ville de Youngstown, a ainsi annoncé que la loi de financement de l’Etat fédéral, promulguée par Donald Trump le 23 mars 2018, prévoyait l’octroi d’un budget de 20 millions de dollars pour la mise en place d’une initiative de défense associant l’U.S. Army, America Makes, des universités et des entreprises du secteur de la défense, afin de mettre en place de nouveaux procédés de fabrication permettant de réduire les coûts d’équipement de l’armée américaine.


Rédacteur :
🢒 Clémentine Désigaud, Attachée adjointe pour la Science et la Technologie, Ambassade de France aux Etats-Unis, deputy-ntics@ambascience-usa.org

Sources :
🢒 Memorandum for the Heads of Executive Departments and Agencies on FY 2019 Administration Research and Development Budget Priorities, August 17, 2017 :
https://www.whitehouse.gov/sites/whitehouse.gov/files/omb/memoranda/2017/m-17-30.pdf
🢒 National Security Strategy of the United States of America, December 2017 :
https://www.whitehouse.gov/wp-content/uploads/2017/12/NSS-Final-12-18-2017-0905-2.pdf
🢒 Press Release – Congressman Tim Ryan Secures Funding for Key Priorities in Recently Passed Government Funding Bill, March 22, 2018 :
https://timryan.house.gov/media/press-releases/congressman-tim-ryan-secures-funding-key-priorities-recently-passed-government
🢒 Press Release - We Can’t Wait : Obama Administration Announces New Public-Private Partnership to Support, August 16, 2012 :
https://obamawhitehouse.archives.gov/the-press-office/2012/08/16/we-can-t-wait-obama-administration-announces-new-public-private-partners
🢒 Donald Trump also thinks 3D printing is important, April 29, 2016 :
https://3dprint.com/131927/donald-trump-3d-printing/