L’inhibition de la PLA2, vers une nouvelle thérapie contre Alzheimer ?

, Partager

Des scientifiques du Gladstone Institute of Neurological Disease (GIND) et de l’University of California ont trouvé que la suppression partielle ou totale d’une enzyme qui régule le niveau d’acides gras, améliore les déficits cognitifs dans un modèle de souris "Alzheimer".

La maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui provoque une perte progressive des fonctions cognitives et aboutit à la mort du patient. Bien qu’il existe des traitements capables d’atténuer les symptômes, leur efficacité reste faible. De nombreuses protéines ont été impliquées dans le développement de la maladie Alzheimer, mais le rôle potentiel des lipides et des acides gras est encore mal connu.

L’équipe dirigée par Lennart Mucke, directeur du GIND, a utilisé une approche lipodomique à grande échelle pour caractériser les différents types d’acides gras du cerveau de souris normales et les comparer à ceux de souris exprimant la protéine hAPP (human amyloid precursor protein), expression qui entraîne chez la souris le développement de symptômes identiques à ceux de la maladie d’Alzheimer chez l’Homme. Le changement le plus spectaculaire observé est une augmentation, dans le modèle souris "Alzheimer", de la quantité d’acide arachidonique et de ces métabolites dans l’hippocampe, centre de la mémoire affecté de manière précoce au cours de la maladie. C’est la phospholipase A2 (PLA2) qui est responsable de la synthèse de l’acide arachidonique dans le cerveau, et la suppression partielle ou totale de PLA2 par génie génétique conduit à une disparition des déficits de mémoire et des autres symptômes de la maladie chez les souris "Alzheimer".

Ces résultats pourraient avoir des retombées importantes en termes de thérapie et de prévention. D’une part, l’inhibition de l’activité de l’enzyme PLA2 par voie thérapeutique pourrait aider à prévenir les dégâts neurologiques de la maladie d’Alzheimer. D’autre part, l’adoption de régimes alimentaires capables de réguler le niveau d’acides gras dans l’organisme, et notamment d’acide arachidonique, pourrait représenter une approche complémentaire à tout traitement.

Source :


- Role of Fatty Acids in Alzheimer’s Disease Identified, ScienceDaily, 19/10/2008 : http://www.sciencedaily.com/releases/2008/10/081019144618.htm
- Phospholipase A2 reduction ameliorates cognitive deficits in a mouse model of Alzheimer’s disease, Sanchez-Mejia et al, 2008 : http://www.nature.com/neuro/journal/vaop/ncurrent/abs/nn.2213.html

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur la maladie d’Alzheimer : http://fr.wikipedia.org/wiki/Maladie_d’Alzheimer
- Sur l’enzyme PLA2 : http://en.wikipedia.org/wiki/Phospholipase_A2
- Sur Lennart Mucke : http://www.gladstone.ucsf.edu/gladstone/site/mucke/
Code brève
ADIT : 56404

Rédacteur :

Camille Arnaud, deputy-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org - Mireille Guyader, attache-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….