L’intelligence artificielle au service de l’interaction entre l’Homme et la Machine

, Partager

La machine comme un outil

Jusque dans les années 1970, l’ordinateur est une machine qui utilise la ligne de commande ou les cartes perforées comme moyen d’interaction, réservant son utilisation à des informaticiens et à des spécialistes. La naissance de l’interface graphique, remplaçant la ligne de commande, dans les années 1970 au Xerox PARC marque le début de la démocratisation de l’informatique personnelle. La mise en œuvre de celle-ci permet la création d’un ordinateur qui peut être utilisé par la plus large population possible. Créée à destination d’employés de bureau, cette nouvelle génération de machines exploite ainsi une métaphore à laquelle les employés sont déjà confrontés dans la réalité : le bureau. Les utilisateurs interagissent alors avec une représentation à laquelle ils sont déjà habitués, manipulant des fichiers, des dossiers, une corbeille ou encore une calculatrice, objets ayant une existante concrète. Cette représentation de la machine permet l’adoption rapide par les utilisateurs tout en réduisant les coûts de formation. Ainsi, l’ordinateur devient l’outil de production, adapté et adaptable à un large public.

L’adoption rapide, et le développement de matériel plus accessible, plus petit et plus puissant, a progressivement transformé le paysage de l’informatique. Les ordinateurs sont devenus omniprésents, allant du supercalculateur à la montre connectée en passant par le smartphone ou encore la tablette. Cette diversité de périphériques constitue un formidable outil, polymorphe et omniprésent, générant des données qui fournissent la matière première de l’intelligence artificielle.

La machine comme force brute de production

Dès les années 1980, les recherches en apprentissage automatique et en logique rendent la machine autonome sur des tâches qui incombaient à des êtres humains par le passé, comme le tri de données par exemple. Dans la lignée du taylorisme, l’ordinateur est utilisé pour réaliser des tâches répétitives en autonomie sous la supervision d’un analyste, posant les premières bases de ce qui deviendra la science des données.

L’intégration progressive de l’intelligence artificielle et de traitements automatiques permet également de traiter des sources de données de plus en plus complexes, telles que le langage naturel ou les images. Ces nouvelles possibilités de détection et d’identification sont alors progressivement intégrées dans des machines personnelles comme le smartphone. Les applications de l’ordinateur le rendent versatile et le positionnent à la fois comme outil de production et comme force de travail au quotidien.

La machine comme un medium

L’omniprésence de l’ordinateur dans la vie quotidienne et la progressive intégration de traitements automatisés, transparents vis-à-vis de l’utilisateur, ont abouti à la création de machines complètes, à la fois forces de traitement et outils. La convergence de leurs fonctionnalités, en conjonction avec le développement de nouveaux moyens d’interaction et de communication, a peu à peu transformé la machine en un médium d’expression, assurant le support de la créativité de ses utilisateurs.

Les nouvelles technologies issues de l’intelligence artificielle utilisant l’apprentissage automatique comme moteur sont également le prérequis de la personnalisation de l’interaction, capables d’apprendre le comportement de l’utilisateur en fonction du contexte.

L’intelligence artificielle, support de nouvelles modalités d’interaction

L’intelligence artificielle n’est plus uniquement exploitée par de très puissantes machines pour identifier des schémas au sein de grands ensembles de données. A plus petite échelle, l’intelligence artificielle fournit une capacité d’apprentissage à des machines plus modestes utilisées au quotidien. En observant continuellement le comportement de l’utilisateur, les algorithmes d’apprentissage permettent, par exemple, d’inférer des comportements pour proposer du contenu ou des actions qui pourraient être pertinentes à l’utilisateur. Cette discipline particulière forme une branche de « l’informatique basée sur l’activité », l’un des points de convergence entre intelligence artificielle et interaction entre l’Homme et la Machine.

D’autres disciplines traditionnelles de l’intelligence artificielle telles que le traitement automatique du langage naturel ainsi que la connaissance du contexte, ont permis de doter la machine de nouvelles modalités d’interaction telles que l’interaction vocale. Le développement de ces technologies, incluses jusque dans les smartphones, représente un véritable enjeu de l’interaction entre l’Homme et la Machine.

Une intelligence ambiante au cœur de l’interaction

Les dispositifs vocaux n’ont pas uniquement été intégrés dans des appareils mobiles. Amazon, Google ou encore Microsoft, produisent ces intelligences ambiantes supportant de multiples formats d’entrée, qu’ils soient tactiles ou vocaux. Ces assistants ont été les stars du récent CES (Consumer Electronic Show, salon mondial de l’innovation technologique grand public) de Las Vegas, mettant en lumière que leur intégration dans de nombreuses applications est l’une des clefs de l’amélioration de l’expérience utilisateur. Les nouveaux modes d’interaction qu’ils proposent, de plus en plus complexes, nécessitent une connaissance accrue de l’utilisateur pour garantir une expérience optimale. Dans le panel « Future of AI » (Futur de l’Intelligence Artificielle) tenu au CES cette année, les représentants de Microsoft, Amazon et IBM ont également indiqué que l’IA doit en apprendre plus sur ses utilisateurs pour s’adapter au mieux à eux et non pas l’inverse. S’adapter au mieux à l’utilisateur révèle aussi la volonté de développer une interaction bilatérale quand aujourd’hui l’interaction vient le plus souvent de l’utilisateur. Rendant l’interaction plus riche, le partenariat entre l’Homme et la Machine en serait renforcé, offrant de nouvelles possibilités d’expression à l’utilisateur.

L’objectif du partenariat Homme-Machine

L’utilisation de la machine comme médium et l’intégration d’une intelligence dans celle-ci introduisent la notion de partenariat entre l’utilisateur et la machine dans la réalisation de tâches complexes. A une époque où le temps de l’utilisateur coûte plus cher que le temps de la machine, l’utilisation de l’intelligence artificielle dans de nombreuses interactions vise également à réduire la durée de chaque interaction. Permettre de déléguer une partie de la complexité de l’interaction à la machine autorise l’utilisateur à consacrer du temps à d’autres tâches non interactionnelles.

En dehors des considérations des techniques d’interaction, qui peuvent tirer parti des possibilités offertes par l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique peut également contribuer à la conception de meilleures interactions en étant à même de détecter des comportements spécifiques de l’utilisateur. L’intégration de l’intelligence artificielle dans l’interaction représente également la voie vers une meilleure interface entre l’Homme et la Machine. Le couplage entre ces deux disciplines nécessite également la formation de développeurs à ces nouveaux procédés. Dans cette optique, les universités américaines ont réagi très tôt, proposant de plus en plus de cursus offrant des formations intensives dans les domaines de l’intelligence artificielle conjointement à celles concernant l’interaction entre l’Homme et la Machine. Les premières promotions de ces formations sont en route, leurs retours d’expérience seront déterminants pour l’avenir de l’industrie du futur.


Rédacteur
- Marc-Emmanuel Perrin, Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, San Francisco, deputy-sf@ambascience-usa.org

Sources
- https://www.forbes.com/sites/jenniferhicks/2017/12/29/the-next-technology-shift-the-internet-of-actions/#5b3558d83227

- https://thenextweb.com/artificial-intelligence/2017/05/10/artificial-intelligence-revolutionizing-human-computer-interaction/

- https://pdfs.semanticscholar.org/e22b/e3642660d6a779e477124cae7cbfdfa5b0a5.pdf

- https://www.itproportal.com/features/6-important-ai-technologies-to-look-out-for-in-2018/

- https://www.campaignlive.com/article/ces-2018-artificial-intelligence-needs-to-know-better/1454371


- https://www.ces.tech