La Californie, "the place to be" pour les sciences de la vie

, Partager

Los Angeles, San Diego et la baie de San Francisco sont trois bioclusters classés dans les dix plus importants des Etats-Unis selon le rapport publié récemment par le cabinet Jones Lang Lasalle [1]. Ces trois pôles de compétitivité se situent dans un même Etat, la Californie, et font de celui-ci l’un des deux leaders, avec le Massachusetts, dans le domaine des sciences de la vie.

La baie de San Francisco

A proximité de plusieurs grandes universités (Stanford, Berkeley) et instituts de recherche de renommée mondiale, la baie de San Francisco est toujours un lieu d’accueil privilégié pour l’industrie des biotechnologies et des sciences de la vie.

Sa situation géographique, son centre d’affaire et sa renommée en terme d’événements culturels font de San Francisco l’une des villes les plus attractives des Etats-Unis. La Péninsule et la Silicon Valley ont toutes les deux été des régions avant-gardistes dans les domaines de l’innovation et des hautes technologies, attirant les cerveaux du monde entier. Le biocluster de San Francisco classé troisième biocluster des Etats-Unis, arrive numéro un en ce qui concerne le montant de capital-risque soit 1,83 milliards de dollars et troisième pour les fonds reçus par le NIH. En revanche il est classé seulement huitième pour le nombre d’étudiants dans le domaine des sciences.

La compagnie pharmaceutique Genentech, pionnière de l’industrie des biotechnologies et rachetée par le groupe suisse Roche en 2009, occupe à elle seule près de 500 mille mètres carrés à South San Francisco ; elle parraine des programmes universitaires à travers des donations, des bourses scolaires, et des stages offerts aux étudiants. L’entreprise fut fondée en 1976 par Robert Swanson, un jeune investisseur, et par le biochimiste Herbert Boyer, reconnu mondialement pour ses travaux basés sur l’ADN recombinant. Avec son collègue de l’époque, le Dr Cohen, ils firent l’invention d’une technique qui permet le transfert de gènes d’un organisme à un autre. Aujourd’hui, cette technique de clonage est combinée à d’autres techniques mises au point par Genentech en vue de produire des médicaments de très haute technologie [2].

Los Angeles

Le biocluster de Los Angeles apparaît comme le quatrième plus important des Etats-Unis tous critères confondus. Il est notamment quatrième pour les dépenses réalisées par l’état en terme de R&D et cinquième en ce qui concerne les fonds accordés par le NIH. Il occupe la treizième place par rapport au pourcentage d’employés travaillant dans le domaine des sciences de la vie. Les trois universités principales - UCLA, USC et UC Irvine - font figures de centres d’excellence au sein desquels s’opèrent une recherche de pointe et la création d’innovations. De plus ce biocluster est largement soutenu par les efforts et les programmes du Southern California Biomedical Council (SoCalBio), qui aide à créer des partenariats publique-privé pour répondre aux besoins de l’industrie. Le déficit financier de l’Etat pourrait avoir un impact sur le montant des fonds publiques accordés à la recherche en Californie, cependant aucun programme existant n’a vu ses fonds diminués jusque là. Le développement attendu pour 2012 n’est pas très important, ainsi aucun projet d’envergure n’est envisagé.

San Diego

La région de San Diego est l’un des plus important biocluster des Etats-Unis. Elle est le foyer d’institutions de recherche médicale renomées et de nombreux pôles R&D de bio-industries telles que le Scripps Research Insitute, le Sanford-Burnham Medical Research Institute, Synthetic Genomics, Pacira Pharmaceuticals et Althea Technologies. L’émergence des industries des sciences de la vie à San Diego date des années 1960 quand Torrey Pines a été désignée comme une zone dédiée "aux recherches scientifiques et aux activités de développement" limitant la production à "la fabrication de prototypes et/ou la production de produits nécessitant des technologies avancées et des compétences directement reliées à la recherche".

Grâce à des investissements en cours, le nombre d’entreprises implantées et émergentes s’accroît, comme en témoigne l’augmentation moyenne du nombre de start-up et le déploiement de capitaux. Des fusions et des acquisitions sont attendues pour 2012.

Historiquement, les premiers bioclusters se sont établis en Californie et cet Etat a été un modèle pour la construction de bien des pôles de compétitivité aussi bien américains qu’européens. En 2011, la Californie reste une région incontournable pour les bio-industries. Cet Etat qui accueille le troisième, quatrième et septième biocluster des Etats-Unis, à encore de l’avenir devant lui dans le domaine des sciences de la vie !

Sources :


- [1] Jones Lang LaSalle. Global Life Sciences Cluster Report - 2011[en ligne]. Disponible sur : http://www.joneslanglasalle.com/ResearchLevel1/Global_Life%20Sciences%20Cluster%20Report_2011_gb.pdf (accès le 14.12.2011)
- [2] Wikipédia. Genentech [en ligne]. Disponible sur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Genentech (accès le 14.12.2011)

Pour en savoir plus, contacts :

BE Etats-Unis 270 (12.12.2011). Manon Lecomte. Les bioclusters aux Etats-Unis : entre constance et évolution [en ligne]. Disponible sur : http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68478.htm
Code brève
ADIT : 68577

Rédacteurs :

Manon Lecomte, deputy-sdv.la@ambascience-usa.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….