La France lance son Concours Mondial d’Innovation

, Read this page in English , Partager

Le 18 avril 2013, le Président de la République a mis en place la Commission Innovation 2030, présidée par Anne Lauvergeon, sous l’égide du Ministre du Redressement productif et de la Ministre déléguée chargée des Petites et Moyennes Entreprises, de l’Innovation et de l’Économie numérique.

Cette Commission s’est appropriée les principaux enjeux du monde de 2030 (hausse démographique, urbanisation, raréfaction de l’eau potable et des matières premières, numérique, allongement de la vie en bonne santé…) et a identifié un nombre limité d’opportunités majeures au potentiel particulièrement fort pour l’économie française (télécharger le rapport de la commission innovation 2030).

Le Président de la République a lancé le lundi 2 décembre dernier le Concours Mondial d’Innovation. Son objectif est de faire émerger les talents et futurs champions de l’économie française en les repérant puis en accompagnant la croissance des entrepreneurs français ou étrangers dont le projet d’innovation présente un potentiel particulièrement fort pour l’économie française. Le Gouvernement souhaite ainsi attirer les talents du monde entier pour qu’ils réalisent leurs projets en France.

JPEG - 123.4 ko
De gauche à droite : Arnaud Montebourg, Ministre du Redressement productif, Anne Lauvergeon, Présidente de la Commission Innovation 2030 et Fleur Pellerin, Ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Économie numérique, pendant le lancement du Concours Mondial d’Innovation le 2 décembre 2013. Credits : AFP

Dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir et en s’appuyant sur Bpifrance (la banque publique d’investissement), l’État va affecter 300 millions d’euros pour co-financer des projets innovants portant les 7 ambitions définies par la Commission.
Avec ce Concours, le Gouvernement installe une véritable politique d’avenir résolument engagée dans le soutien de ceux qui créent, innovent et prennent des risques.

Une sélection en 3 phases

Les porteurs de projets n’ont pas l’obligation de participer à chacune de ces 3 phases. En fonction de la maturité de leur projet, ils peuvent demander un financement dès la phase d’amorçage ou ne soumettre leur projet qu’en deuxième phase.

- Phase 1 - l’amorçage : Cette phase permettra de sélectionner une centaine de projets au stade amont de leur développement et fera l’objet de clôtures intermédiaires au 30 janvier 2014 et au 31 mars 2014. Ces projets pourront recevoir une aide financière sous forme de subventions pouvant atteindre jusqu’à 200 000 € par projet.

- Phase 2 - l’accompagnement : à compter du 1er septembre 2014, elle permettra d’accompagner le développement d’une trentaine de projets prometteurs. Les projets retenus bénéficieront d’une somme pouvant atteindre 2 millions d’euros chacun.

- Phase 3 - le développement : elle permettra en 2016 de soutenir l’industrialisation d’un ou deux projets, parmi les plus innovants, dans chacune des 7 ambitions. Ils recevront jusqu’à 20 millions d’euros chacun.

Les 7 ambitions stratégiques de la Commission 2030

Les projets d’entreprise déposés dans le cadre du Concours mondial d’innovation devront impérativement s’inscrire dans l’une des 7 ambitions suivantes :

1. Le stockage de l’énergie
2. Le recyclage des métaux
3. La valorisation des richesses marines
4. Les protéines végétales et la chimie du végétal
5. La médecine individualisée
6. La silver économie, l’innovation au service de la longévité
7. La valorisation des données massives (Big Data)

Ces sept thématiques déclinent, sur le champ de l’innovation, les trois axes prioritaires définis par le président de la République : la transition écologique et énergétique, les sciences du vivant et la santé, et le numérique.

- Pour plus d’information et pour soumettre un projet : http://www.entreprises.gouv.fr/innovation-2030/accueil-innovation-2030

JPEG - 50.6 ko