La National Intelligence veut une modernisation de la flotte de satellites d’imagerie

, Partager

Dennis Blair, le directeur de la National Intelligence - qui coordonne les activités de 16 agences fédérales en matière de renseignements - a annoncé mardi 7 avril dernier un plan de modernisation des moyens d’imagerie pour les satellites de reconnaissance américains.

La stratégie consiste à concevoir une gamme de "satellites espions" de nouvelle génération gérés par la NRO (National Reconnaissance Office) qui seraient opérationnels à la fin de la prochaine décennie tout en contrôlant scrupuleusement leur coût et leur temps de développement. Ce programme remplacerait ainsi le projet "Future Imagery Architecture" qui avait dû être annulé en 2005 après d’énormes dépassements de budget et d’échéances. La maîtrise des risques technologiques et la prudence sont donc de mise après cet échec.

En complément de ces satellites de haute technologie, Blair a aussi annoncé que le gouvernement allait faire appel aux entreprises commerciales d’imagerie pour combler le "gap" entre les satellites actuels et la prochaine génération. Ces satellites plus rudimentaires mais disponibles rapidement - d’ici quelques années - permettraient de parer aux besoins à court terme en attendant que les futurs bijoux technologiques de la NRO soient opérationnels. Le gouvernement s’appuie donc sur le secteur privé qui lui offre la flexibilité nécessaire dans sa stratégie de modernisation globale.

Les entreprises GeoEye, basée à Dulles en Virginie et DigitalGlobe, basée dans le Colorado, ont accueilli la nouvelle avec satisfaction puisque cela pourrait apporter à l’une des 2 firmes environ $750 Millions sur les 5 ans à venir. Leurs satellites ont beau être moins complexes que ceux de la NRO, les instruments de GeoEye-1 -lancé en septembre dernier- ont tout de même une résolution de 41cm (cela constitue la meilleure performance pour un satellite commercial et notamment utilisé par Google pour alimenter les services "Google Earth" et "Google Maps" en données).

C’est la National Geospatial-Intelligence Agency, qui dépend du Département de la Défense, qui continuera à assurer l’intégration des moyens de reconnaissance et d’imagerie pour fournir des données aux militaires, aux services de renseignements, aux services de politique étrangère et aux civils. Le Congrès devra cependant approuver ce plan dans les semaines à venir avant qu’il puisse se concrétiser.

Par ailleurs, le directeur de la NRO Scott Large a remis sa démission mercredi dernier au Secrétaire à la Défense Robert Gates, estimant en accord avec ce dernier et avec Dennis Blair qu’un changement de leadership était nécessaire. Ces évènements constituent le début d’une nouvelle ère pour l’agence de reconnaissance américaine, et une rupture par rapport à la politique menée ces dernières années.

Source :


- Communiqué de presse du Directeur de la National Intelligence : http://www.dni.gov/press_releases/20090407_release.pdf
- Aviation Week, 08/04/2009 : http://www.aviationweek.com/aw/generic/story.jsp?id=news/NRO040809.xml&headline=Obama%20Approves%20New%20EO/IR%20Satellite%20Plan&channel=defense
- Washington Post, 09/04/2009 : http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2009/04/08/AR2009040804090.html

Rédacteur :

François Didelot cnes.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….