La Rapamune, ou comment accepter son greffon

, Partager

Des chercheurs de l’University of California de San Diego, dirigés par Robert Steiner, Professeur en Médecine et Directeur du "Transplant Nephrology", ont montré que la Rapamune, un médicament immunosuppresseur, peut prolonger le bénéfice clinique d’une greffe de rein et le délai de rejet, en particulier chez les patients qui ne prennent pas leur médication de manière régulière.

Lorsque les reins ne fonctionnent plus, un recours à une dialyse ou une transplantation est nécessaire. La transplantation d’un rein consiste en une opération chirurgicale par laquelle un rein provenant d’un donneur est implanté dans l’organisme. Pour être accepté par l’organisme, l’organe greffé, appelé greffon, doit être immunocompatible, c’est-à-dire présenter les mêmes antigènes de transplantation. Les principaux antigènes de transplantation sont les antigènes d’histocompatibilité (HLA), présents à la surface de la quasi-totalité de nos cellules. Si ceux du donneur sont trop différents de ceux du receveur, le système immunitaire de ce dernier va reconnaître le greffon comme étranger et déclencher le processus de défense visant à son élimination : c’est ce que l’on appelle le rejet de greffe. Des traitements immunosuppresseurs bloquant la réponse du système immunitaire sont prescrits pour prévenir le rejet. Si on arrive à facilement contrôler le rejet de greffe pendant la première année qui suit la transplantation, l’efficacité à long terme des traitements actuels est beaucoup moins satisfaisante. Les patients transplantés qui ne prennent pas correctement et régulièrement leur traitement immunosuppresseur s’exposent à un grand risque de rejet du greffon. L’utilisation d’un médicament qui agit dans la durée pourrait aider à y remédier.

Les scientifiques ont étudié l’effet immunosuppresseur de trois traitements couramment prescrits, testés aux doses quotidiennes les plus faibles. Ils utilisent pour cela la technique développée par Cylex (Immuknow/Cylex) qui permet la détection de l’immunité à médiation cellulaire en mesurant la concentration en ATP de cellules CD4+ après stimulation avec la phytohémagglutinine. Le dosage a été réalisé sur des échantillons de sang de 160 patients transplantés en moyenne 6.4 ans auparavant.

Il a été observé que les cellules des patients transplantés et traités avec de faibles doses de sirolimus, molécule commercialisée sous le nom de Rapamune, présentaient une très faible réponse mitogénique, stable au cours du temps, indiquant une meilleure immunosuppression et donc un risque moins élevé de réaction de rejet, en comparaison avec les résultats obtenus pour d’autres immunosupresseurs.

Ces résultats ne font que confirmer ce qui avait été au préalable observé sur le plan clinique : lorsque la dose quotidienne a cessé de faire effet, les patients traités avec du sirolimus sont davantage protégés d’une réaction de rejet que les autres. Le sirolimus a également démontré ses effets bénéfiques dans le cas de greffes cardiaques lorsqu’il est inclus au traitement immunosuppresseur, en améliorant le fonctionnement du rein, selon des résultats récemment obtenus par la Mayo Clinic. Une autre étude, en revanche, semble indiquer un risque accru de diabète chez des patients ayant reçu une greffe de rein, suite au traitement par le sirolimus.

Des études à un niveau plus fondamental sont en cours, notamment au niveau génétique, afin de permettre le développement de nouveaux outils pour le suivi des patients transplantés sur le long terme et la mise au point d’un protocole thérapeutique approprié.

Source :


- Drug May Prolong Organ Life in Non-Compliant Kidney Transplant Patients, Kim Edwards, UC San Diego News Center, May 30, 2008 : http://ucsdnews.ucsd.edu/newsrel/health/05-08NonCompliantKidneyTransplant.asp
- Drug May Prolong Organ Life in Non-Compliant Kidney Transplant Patients, ScienceDaily, May 30, 2008 : http://www.sciencedaily.com/releases/2008/05/080530172624.htm
- Heart Transplant Patients Benefit from new approach to immunosuppression, according to Mayo Clinic, ScienceDaily , April 26, 2007
http://www.sciencedaily.com/releases/2007/04/070426093424.htm
- Anti-rejection Drug may increase risk of diabetes after kidney transplant, ScienceDaily, May 26, 2008
http://www.sciencedaily.com/releases/2008/05/080522121621.htm

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur la Rapamune : http://www.pharmacorama.com/ezine/rapamune.php
- Sur la transplantation de rein : http://www.rein.ca/page.asp?intNodeID=22679
- Sur le rejet de greffe : http://www.ouest-transplant.org/rejet.html
- Sur le UCSD Center for Transplantation (Kidney Transplant) : http://health.ucsd.edu/specialties/transplant/kidney/
Code brève
ADIT : 54924

Rédacteur :

Camille Arnaud, deputy-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org - Mireille Guyader, attache-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….