La chambre vire au vert

, Partager

Le chef gestionnaire de la Chambre des Représentants, Daniel Beard, a présenté à Nancy Pelosi, sa présidente, et au représentant du Maryland Steny Hoyer, le rapport "Greening the Capitol Initiative", préparé à leur demande. Le rapport présente une estimation de l’empreinte carbonique de la Chambre réalisée par le Lawrence Berkeley National Laboratory (LBNL) et propose plusieurs recommandations pour la réduire et parvenir à une Chambre des Représentants "carbon neutral".

Selon ce rapport le fonctionnement de la Chambre des Représentants serait à l’origine de l’émission de 91.000 tonnes d’équivalent CO2. La consommation d’électricité représente 63% de ces émissions et le fonctionnement de la centrale électrique du Capitole en représente 33%. Les 4% restant ont pour origine les transports en voiture, l’usage de machinerie lourde…

Que ce soit pour la consommation d’électricité ou le fonctionnement de la centrale, le charbon tient une place importante. En effet 53% de l’électricité consommée par la chambre est produite à partir du charbon. Seul 2% est d’origine renouvelable. La centrale du Capitole ne produit pas d’électricité en soi mais de la vapeur et de l’eau réfrigérée pour chauffer et refroidir les bâtiments du Capitole. 49% de la production de la centrale est généré grâce au charbon.

Afin de réduire ces émissions, le rapport recommande l’achat d’électricité d’origine renouvelable et l’économie d’énergie. L’utilisation de systèmes d’éclairages plus efficaces (tels que les ampoules fluorescentes) et de matériels de bureau à faible consommation d’énergie devrait permettre d’abaisser la consommation d’énergie de la Chambre. Les économies ainsi réalisées seraient reconverties pour l’achat d’énergie d’origine renouvelable. Le rapport recommande également d’autres mesures telles que l’installation de distributeurs de biocarburants pour les véhicules officiels.

Cependant l’ensemble de ces mesures ne suffira pas à éliminer les émissions de gaz à effet de serre dont la Chambre est responsable. L’investissement dans des projets de protection climatique (investissements sur les énergies renouvelables, projets de séquestration de CO2…) afin de compenser ces émissions sera donc nécessaire.

Certains observateurs ont tout de même relevé que le rapport ne proposait pas de modifications claires pour le fonctionnement de la centrale du Capitole. Celle-ci est pourtant l’objet de controverses depuis plusieurs années. C’est en effet l’un des principaux émetteurs de dioxyde de soufre et de dioxyde d’azote de la ville et des contrôles ont mis en évidence qu’elle enfreint les normes du Clean Air Act . Les tentatives pour éliminer le charbon des sources énergétiques ont été abandonnées suite à l’opposition de sénateurs (Robert Byrd, démocrate de Virginie de l’ouest et Mitch McConnel, républicain du Kentucky) dont les Etats sont producteurs de charbon.

Cette centrale devrait faire prochainement l’objet de plus amples recommandations de la part de Daniel Beard. Il faut cependant noter que la gestion de la centrale est partagée entre le Sénat et la Chambre des Représentants, cette dernière ne pourra donc agir sans l’accord du premier.

Source :


- http://www.washingtonpost.com/wpdyn/content/article/2007/04/20/AR2007042002128.html?hpid=topnews
- Daniel Beard, Greening the Capitol Initiative, 2007 :
http://www.house.gov/apps/list/press/fl20_schultz/GreeningCapitol.html

Rédacteur :

Elodie Pasco, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….