La chasse au scarabée rhinocéros est ouverte

, Partager

Une équipe de scientifiques de l’Université de Guam, assistée par un expert américain de la détection acoustique des insectes, a étudié les méthodes de communication des scarabées rhinocéros, présents sur l’île de Guam. Ces insectes font des ravages dans les plantations de cocotiers et de palmiers, et la détection acoustique pourrait améliorer leur élimination. Les résultats de cette recherche ont été publiés dans le journal "Florida Entomologist".

Le scarabée rhinocéros du cocotier, "Oryctes rhinoceros", fait partie de la famille des dynastidae. Il a été détecté pour la première fois sur l’île de Guam [1] en septembre 2007, et représente une sérieuse menace pour les cocotiers (Cocos nucifera L.). Il fait partie de ces espèces invasives introduites accidentellement (voir BE Etats-Unis 142, "Les forêts du Nord Est américain menacées par un coléoptère asiatique"[2]). Le scarabée rhinocéros est responsable du déclin de la population de cocotier de la région du pacifique Ouest, et a un impact économique important sur le commerce du cocotier utilisé en industrie (huile de palme, bois de construction…) et en ornementation.


Ces dégâts pourraient être atténués de façon significative par la détection et le traitement précoces. Les adultes sont difficiles à détecter visuellement, car ils attaquent les cimes des arbres et s’alimentent à l’intérieur des cocotiers avant leur accouplement et leur propagation vers de nouveaux hôtes. Cependant, l’inspection visuelle est la méthode la plus largement utilisée, complétée par des pièges à phéromones.

Cette espèce est le candidat idéal pour la détection acoustique car les animaux sont gros (leur taille varie de 1 à 16 cm de long, cornes comprises), percent le bois et produisent des stridulations au cours de l’accouplement. Aubrey Moore, entomologiste à l’Université de Guam, membre du "Guam Coconut Rhinoceros Beetle Eradication Project" et Richard Mankin, expert mondial de la détection sonore des insectes, ont analysé les structures temporelles et spectrales des stridulations produites par les scarabées rhinocéros. Des enregistrements ont été réalisés sur des larves et des adultes élevés à l’Université, et des enregistrements de terrain ont été effectués grâce à un équipement acoustique attaché sur le tronc des cocotiers, dans la région du pacifique Ouest. Les signaux numériques ont été comparés et analysés avec plusieurs types de logiciels qui ont permis de distinguer les intervalles et les amplitudes des "chirps" (gazouillis). Les stridulations sont ainsi composées de motifs temporels distincts aisément reconnaissables.

Pour Audrey Moore, "cette méthode de détection acoustique permet aux "chasseurs de rhinocéros" de localiser rapidement et efficacement les larves s’alimentant dans un espace censé être dépourvu de scarabée rhinocéros, et à mesure que le rhinocéros étend sa zone, notre approche acoustique de la détection permettrait d’économiser de l’argent et de sauver de nombreux cocotiers". De plus, l’apparition dans l’étude de plusieurs périodes où une série de "chirps" produits par un adulte a été immédiatement suivie par une série produite par d’autres adultes, soutient l’hypothèse de l’utilisation par les scarabées de stridulations pour communiquer avec les autres scarabées dans des environnements cachés.

Finalement, les similitudes entre les perturbations des stridulations chez les larves de Guam et du pacifique Ouest suggèrent que ces similitudes puissent se retrouver également dans les stridulations produites par d’autres larves de la famille dynastidae. Il est probable que les stridulations du scarabée rhinocéros auront un intérêt pour les études fondamentales du comportement de communication des insectes.

Un financement de l’"USDA IPM" [3] a permis à Richard Mankin de voyager sur l’île de Guam pour collaborer avec des scientifiques du "Guam Coconut Rhinoceros Beetle Eradication Project".

[1] L’île de Guam fait partie de l’archipel des îles Mariannes dans l’océan Pacifique. C’est un territoire non-incorporé organisé des Etats-Unis. Elle possède à sa tête un gouverneur élu. L’île fut colonisée par l’Espagne du XVIIe siècle jusqu’à sa cession aux Etats-Unis en 1898.

[3] "USDA IPM" : "United States Department of Agriculture Integrated pest Management". La gestion intégrée des espèces nuisibles du Département de l’Agriculture est la protection des cultures acceptable socialement, responsable d’un point de vue environnemental et pratique économiquement. La feuille de route du "National Integrated Pest Management (IPM) Program" identifie des orientations stratégiques pour la recherche de la gestion intégrées des nuisibles, la mise en oeuvre et le suivi des ravageurs, dans l’ensemble du pays.

Source :


- "Guam rhino beetles got rhythm" - Physorg - 14/04/2009 - http://www.physorg.com/news158926505.html
- "Acoustic Characteristics of Dynastid Beetle Stridulations" - Florida Entomologist - R. W. Mankin et al. - Numéro 92(1), pages 123 à 133 - 2009 - http://www.bioone.org/doi/full/10.1653/024.092.0119
- [2] "Les forêts du Nord Est américain menacées par un coléoptère asiatique" - Agathe Dumas - BE Etats-Unis numéro 142 (14/11/2008) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/56659.htm

Pour en savoir plus, contacts :


- "Le Plan d’éradication du scarabée rhinocéros du cocotier sur l’île de Guam" - http://www.guaminsects.net/uogces/kbwiki/index.php?title=Coconut_Rhinoceros_Beetle_Eradication_Plan
- "Le scarabée rhinocéros sur l’île de Guam" - http://www.guaminsects.net/uogces/kbwiki/index.php?title=Oryctes_rhinoceros
- "Centres régionaux IPM" (Integrated Pest Management) - http://www.ipmcenters.org
Code brève
ADIT : 58770

Rédacteur :

Alexandre Touvat (deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org)

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….