La chirurgie pour lutter contre l’obésité, rentable quel que soit le degré d’obésité

, Partager

Une nouvelle étude de l’Université de Washington à St. Louis dans le Missouri menée par Su-Hsin Chang [1,2] a démontré que la chirurgie bariatrique dont le but est de perdre du poids (pose d’anneau gastrique ou opération by-pass) est non seulement rentable pour traiter les personnes qui sont massivement obèses dont l’indice de masse corporelle (IMC = Poids / (Taille)2) est supérieur ou égal à 40 mais aussi ceux qui sont modérément obèses (IMC= 30).

Grâce à la chirurgie, les patients sont alors plus susceptibles de perdre du poids au fil du temps et ont moins de problèmes médicaux liés à leur poids. L’analyse montre qu’en plus d’être rentable, la chirurgie bariatrique réduit réellement les soins de santé pour les patients les plus gravement obèses ayant aussi des maladies liées à leur poids comme le diabète, les maladies cardiaques et l’hypertension artérielle.

Quelques jours après la publication de cet article, le National Cancer Institute accordait une bourse d’un montant de 9,2 millions de dollars à l’Université de Washington afin d’étudier le rapport entre l’obésité et le cancer [3].

Grâce à cette bourse, le centre de recherche sur l’énergétique et le cancer (TREC) étudiera :
- les effets de la nutrition sur la prédisposition au cancer chez les souris.
- l’influence de l’activité physique et de l’obésité sur les fonctions urinaire et sexuelle chez les hommes à la suite d’une opération supprimant les cellules cancéreuses de la prostate.
- l’influence du lieu de travail, du voisinage, de la nutrition et de l’environnement social d’une personne sur les risques d’obésité et de cancer.

L’Université de Washington comporte l’un des quatre centres TREC financés par le National Cancer Institute pour étudier le lien entre obésité et cancer, avec l’Université d’Harvard, l’Université de Californie à San Diego et l’Université de Pennsylvanie. Un cinquième centre de coordination à Seattle aidera les chercheurs à partager leurs données et à collaborer sur différents projets. Le financement total de l’ensemble des cinq centres s’élève à 45 million de dollars [3].

Alors que le taux d’adultes obèse en 2010 aux Etats-Unis atteignait 33,8%, contre 17% pour la population âgée de 2 à 19 ans, les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) estiment que l’obésité tue plus de 110.000 américains chaque année [4]. Ce sont aussi 150 milliards de dollars qui sont dépensés annuellement pour des soins de santé liés à l’obésité aux Etats-Unis [5], d’où l’utilité d’études comme celle-ci qui peuvent influencer les décisions des compagnies d’assurances dans la prise en charge des opérations.

Grâce à ses recherches, Su-Hsin Chang, Ph.D., associé de recherche postdoctoral à la Division des sciences de la santé publique et première auteur de l’étude déclare que "Si les frais médicaux sur toute une vie sont comptabilisés, la chirurgie permet d’économiser de grosses sommes d’argent concernant le traitement des patients obèses".

Les lignes directrices publiées par le National Institutes of Health (NIH) indiquent que les candidats à la chirurgie bariatrique devraient avoir un IMC égal à 40 ou plus (environ 45 kilos de trop pour les hommes et 36 kilos pour les femmes) ou un IMC supérieur à 35 s’ils présentent en plus des maladies liées à l’obésité. Ainsi, aux Etats-Unis, plusieurs compagnies d’assurance financent la procédure uniquement lorsque les patients répondent à ces critères.

Chang explique que "Les compagnies d’assurance prennent en charge le traitement des maladies liées à l’obésité, mais une partie de ces coûts pourrait être sauvée si ces assurances financaient la chirurgie bariatrique pour tout patient obèse (IMC = 30)."

Parmi les nombreuses stratégies pour traiter l’obésité, y compris les régimes alimentaires, l’exercice physique et les médicaments, la chirurgie bariatrique a été prouvée comme le seul moyen efficace pour le maintien d’un poids idéal à long terme. Mais la chirurgie est aussi la solution la plus coûteuse : de 20.000$ à 25.000$ pour la chirurgie initiale sans compter les soins de suivi [2].

Aux Etats-Unis, la limite supérieure pour une procédure médicale pour être considérée comme rentable est de 50.000$ par année de vie ajustée par sa qualité (QALY). Un QALY est une mesure de l’utilité perçue par les patients d’une action médicale qui correspond à une année de vie gagnée. Elle vise ainsi à évaluer simultanément l’espérance de vie avec la notion de qualité de vie. Tout montant inférieur à 50.000$ est considéré comme rentable. Chang et ses collègues ont analysé les données de 170 études portant sur l’efficacité de la chirurgie bariatrique.

Sachant que la chirurgie est considérée comme de plus en plus rentable lorsque le QALY diminue :
- les personnes ayant un IMC compris entre 35 et 40 présentent un QALY égal à 3900$ si elles sont en bonne santé et 2400$ si elles ont des maladies liées à l’obésité.
- les personnes ayant un IMC compris entre 40 et 50 présentent un QALY égal à 3800$ si elles sont en bonne santé et 1900$ si elles ont des maladies liées à l’obésité.

Bien que les coûts augmentent pour les patients présentant un IMC plus bas, tous les montants sont bien en dessous du seuil de 50.000$, ce qui prouve que la chirurgie est rentable quelque soit le niveau d’obésité du patient. Chang explique que "d’autres études similaires ont trouvé des coûts plus élevés associés à la chirurgie bariatrique, car ils ne prennent pas les coûts médicaux de la durée de vie des maladies liées à l’obésité en considération".

La chirurgie est en général efficace pour toute personne ayant un IMC supérieur à 35 et elle permet même de réduire les coûts pour les super obèses (IMC = 50) présentant des comorbidités liées à l’obésité. Les résultats suggèrent également que la chirurgie peut être rentable pour les modérément obèses (IMC=30). L’étude conclut que la chirurgie bariatrique devrait donc être universellement disponible pour toute personne obèse, quelle que soit la valeur de son IMC.

Source :


- [1] Su-Hsin Chang, Carolyn R.T. Stoll, Graham A. Colditz. "Cost-effectiveness of bariatric surgery : Should it be universally available ?" Maturitas, 2011 ; Volume 69, Issue 3, Pages 230-238, juillet 2011.
- [2] Julia Evangelou Strait "Weight-loss surgery cost-effective for all obese", Washington University in Saint-Louis, 13 juillet 2011 : http://news.wustl.edu/news/Pages/22497.aspx
- [3] Julia Evangelou Strait "WU studies obesity, cancer link with $9.2 million grant", Washington University in Saint-Louis, 28 juillet 2011 : http://news.wustl.edu/news/Pages/22452.aspx
- [4] Site web des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) dédié à l’obésité : http://www.cdc.gov/obesity/
- [5] Trust for America’s Health / Robert Wood Johnson Foundation "F as in Fat : How Obesity Threatens America’s Future 2011", 2011, 124 pages.

Rédacteur :

Johanna Ferrand, deputy-sdv.at@ambascience-usa.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….