La fibre optique en pleine lumière : Optical Fiber Communication Conference and Exhibition à Los Angeles

, Read this page in English , Partager

L’Optical Fiber Communication Conference and Exhibition (OFC) est la plus grande manifestation scientifique et technologique dans le domaine de la communication optique. L’édition 2017 de l’OFC s’est déroulée au Los Angeles Convention Center du 19 au 23 mars. Elle a réuni plus de 14 500 participants et plus de 650 compagnies y exposaient leurs produits. Une délégation française majoritairement issu du milieu industriel y a assisté et y a présenté les avancées françaises innovantes dans ce domaine.

L’importance de cette manifestation se justifie car les communications optiques représentent un marché considérable. A partir du début des années 90, la transition entre l’envoi de signaux électroniques via des câbles vers l’envoi de signaux optiques utilisant des fibres a révolutionné le transfert de données, et partant de là l’Internet, en permettant des vitesses de transfert bien supérieures. Quelques chiffres parlants : les opérateurs de réseau auraient collectivement investi près de 180 milliards de dollars en 2016 ; chacun des 10 principaux opérateurs mondiaux (pas de français dans cette liste) a une valeur marchande de plus de 50 milliards de dollars (280 pour China Mobile, le 1er de la liste) [1].

L’OFC présente l’intérêt de rassembler tous les acteurs du domaine, depuis la recherche fondamentale jusqu’aux applications sur le marché. De très nombreux sujets ont été évoqués avec bien sûr un accent sur des sujets « chauds » comme le développement de la 5G, les innovations sur les réseaux d’accès, les développements concernant les data centers par exemple.

Du côté des présentations scientifiques, la délégation française était essentiellement composée de chercheurs du milieu industriel. Etaient notamment présents plusieurs membres de l’opérateur français Orange qui est un des seuls opérateurs de télécommunication au monde à avoir conservé une activité de recherche en interne. Orange Research Labs emploie plus de 600 chercheurs ou ingénieurs, forme 140 doctorants et dispose d’un conseil scientifique (présidé par Cédric Villani). Plusieurs chercheurs de Nokia-Bell France (ex Alcatel-Lucent, racheté en 2016 par Nokia) assistaient aussi à la conférence. Concernant la recherche plus fondamentale, Laurent Vivien, chercheur CNRS au centre de Nanosciences et Nanotechnologies de l’Université Paris Saclay, était invité à donner une conférence. Son équipe (Silicon photonics group) travaille sur l’utilisation du silicium, matériau traditionnel de l’électronique, pour des applications en photonique. Cette technologie pourrait servir au développement de communications optiques à haute vitesse et à basse puissance consommée sur puce. Il s’agit d’un domaine de recherche très compétitif qui a notamment fait l’objet d’une importante levée de fonds de l’administration Obama [2].

Finalement, quelques entreprises françaises de haute technologie figuraient parmi les exposants : APEX Technologies, BKTEL Photonics, CAILabs, Data-Pixel, Ekinops, IXBlue, Yenista Optics, ainsi que le CEA-LETI. Certaines de ces entreprises sont déjà installées sur le marché américain (EKINOPS, IXBlue, Yenista Optics) ou sont en voie d’installation : CAILabs vient notamment d’être sélectionnée par Business France dans le cadre du programme IMPACT pour faciliter son installation aux Etats-Unis .