La fin des Cleantech ? Conférence Verge @GreenBuilt

, Partager

La conférence Verge à San Francisco a rassemblé pendant deux jours (12 et 13 Novembre) des industriels, des entrepreneurs et des représentants de collectivités locales afin d’explorer les opportunités que les technologies de l’information proposent dans la gestion des bâtiments, des transports et des consommations d’énergie. Cette conférence a eu lieu entre deux évènements liés à la gestion intelligente de nos res

sources :

HackCity et greenBuild.

HackCity

Un peu plus d’un an après le premier CleanWeb Hackathon (voir le compte rendu [1]) l’évènement était cette fois-ci organisé en préliminaire de la conférence Verge du 9 au 11 novembre. Un hackathon consiste à réaliser, en une courte durée (24-48 heures), une application ou un site web répondant à une problématique et à le présenter devant un jury. Le CleanWeb Hackathon était le premier à mettre ce concept au service des problèmes environnementaux.

Cette année les sponsors et les challenges étaient nombreux. La ville de San Francisco cherchait à récolter des informations sur les consommations d’énergie des habitants de la ville pour les aider à changer leur comportement. Johnson Controls mettait à disposition sa plate-forme de récolte d’informations Panoptix pour que les développeurs y créent des alertes et des outils pour partager les performances des bâtiments. General Motors cherchait à améliorer la gestion de la charge des Chevrolet Volt grâce à des applications pilotant l’ordinateur de bord OnStar. La ville de San Francisco cherchait également à améliorer les transports et particulièrement la recherche de place de parking grâce à la structure SFPark déjà en place.

Après 30 heures de réflexion et des centaines de lignes de codes les équipes ont présenté leurs solutions devant un jury d’investisseurs et d’entrepreneurs. Les vainqueurs ont présenté des projets très variés. Une équipe s’est intéressée à la gestion globale d’énergie dans un bâtiment, une autre au choix du véhicule électrique ayant un charge la plus adaptée au trajet à parcourir et une dernière à un outil pour choisir ses appareils électroménagers en fonction de leur consommation énergétique pendant leur durée de vie.

La fin des CleanTech ?

Cela fait maintenant plusieurs mois que l’on voit les capital-risqueurs réduire les investissements dans les énergies propres à cause d’un retour sur investissement plus faible qu’escompté. Les chiffres des deuxième et troisième trimestres en témoignaient : chacun avec 1,6 milliards de dollars d’investissement cela représentait une chute de 25% et 30% par rapport au même trimestre de l’année précédente. Ce n’est pas seulement une diminution des investissements mais également une évolution du secteur. Mohr Davidow [2] qui était l’un des plus importants "venture capitalist" dans les énergies propres a décidé de fermer cette activité et de se recentrer sur l’interaction entre Cleantech et technologie de l’information.

Les Cleantechs ont également une image aux Etats-Unis qui a été beaucoup associée à la politique depuis plus de deux ans, dans le mauvais sens du terme. La faillite de Solyndra l’année dernière en était l’exemple le plus marquant et les candidats à l’élection présidentielle n’ont pas oublié d’y faire référence. Certains cherchent donc à se détacher de cette étiquette "cleantech" pour se recentrer sur la valeur ajoutée proposée au client. De plus, l’étiquette Cleantech ne correspond pas forcément à toutes les opportunités d’amélioration qu’il peut y avoir sur le plan énergétique, notamment dans les réseaux électriques et l’industrie pétrolière.

D’après Josh Green, General Partner à Mohr Davidow, "le secteur des Cleantech est mort comme internet l’était en 2000". Les retours sur investissement de ces dernières années n’ont pas été à la hauteur des espérances mais cette période a permis la création de fondation pour l’industrie. C’est sur ces fondations que de nouveaux services vont se créer et dans lesquels de nouveaux investissements vont être réalisés.

Les grands acteurs d’internet concernés par l’efficacité énergétique

La présence de Bill Weihl, responsable de l’efficacité énergétique et du développement durable pour Facebook témoigne d’une véritable tendance. Les grands acteurs visibles d’internet réfléchissent à leur empreinte sur l’environnement et à rendre plus efficace leur consommation d’énergie. Le programme Facebook était le fondateur du projet Open-compute qui a pour but de partager des connaissances sur l’architecture des serveurs et data centers dans le but de limiter les consommations énergétiques. Des grands noms ont rejoint le projet, tels que SalesForce.com, WMware, HP, AMD…Mais Google a décidé de ne pas y participer car l’activité reste stratégique. L’équipe de Bill Weihl réfléchit aussi à rendre l’entreprise plus éco-responsable dans son fonctionnement général.

Un autre aspect du travail de cette équipe est de mettre à profit la plate-forme de Facebook pour rendre les utilisateurs plus éco-responsables. Nous sommes chacun plus influencés par nos proches et par notre communauté que par un inconnu. C’est en partant de ce constat qu’Opower, la start-up d’efficacité énergétique, a décidé d’utiliser la plate-forme pour permettre à ses utilisateurs de comparer leur consommation avec d’autres.

Présentation de start-ups

L’entreprenariat dans le secteur n’est pas mort. Mais le panel de start-ups présentées a confirmé l’idée que les innovations sont plutôt dans les services et la gestion de l’information. Social bicycles, Scoot Networks, RidePal et Liquid proposaient des nouveaux moyens d’accéder à de la mobilité grâce à des vélos et des scooters électriques en libre service, des navettes équipées de wifi ou de la location de vélo entre particuliers. Wegowise s’intéresse à la gestion des consommations de ressources des bâtiments. L’innovation vient également du financement des installations des renouvelables grâce à la plate-forme proposée par Solar Mosaic. La dernière start-up, Geli, présentait son système d’exploitation pour batteries.

Sources :


- [1] 1er CleanWeb Hackathon, The Science Office at the French Consulate in San Francisco, 16/09/2011, http://sf.france-science.org/2011/09/16/1er-cleanweb-hackathon/
- [2] VC Firm Mohr Davidow Narrows Cleantech Practice , Green Tech Media, 13/11/2012, http://www.greentechmedia.com/articles/read/VC-Firm-Mohr-Davidow-Narrows-Cleantech-Practice

Rédacteurs :


- Sébastien ROUIF sebastien.rouif@consulfrance-sanfrancisco.org ;
- Suivre le secteur http://sf.france-science.org/ ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….