La politique spatiale française à l’honneur le 29 avril à Washington

, Read this page in English , Partager

Jean-Yves Le Gall, Président du CNES, était l’invité de la Washington Space Business Roundtable, vendredi 29 avril à Washington, afin d’y présenter la stratégie spatiale française. Le matin même, il avait aussi participé à une réunion dédiée au système de localisation Argos, avec des représentants du Congrès américain.

Jean-Yves Le Gall était l’invité, le vendredi 29 avril de la Washington Space Business Roundtable, un rendez-vous mensuel, qui vise à développer les contacts et favoriser les mises en relation des cadres clés et des leaders d’opinion du domaine spatial américain et international. Il a présenté à cette occasion la stratégie spatiale française et européenne, mise en perspective avec ses enjeux internationaux et les défis auxquels elle est confrontée. En préambule, il est revenu sur le succès de la COP21, tenue en décembre dernier à Paris et qui a conduit à la signature à New York, le 22 avril, d’un Accord sur le climat, engageant 175 nations. Un événement sans précédent qui n’aurait pas été rendu possible sans l’apport des satellites, véritable socle du succès de la COP21 et le seul moyen de s’assurer que les engagements qui y ont été pris seront mis en œuvre. Il a aussi expliqué que l’océanographie spatiale, véritable emblème de la coopération franco-américaine, a permis de témoigner de la montée du niveau des océans et il a rappelé l’importance de la coopération dans la lutte contre le changement climatique, illustrée par les Déclarations de Mexico et de New Delhi, adoptées par les plus grandes agences spatiales.

JPEG - 399 ko
Intervention de Jean-Yves Le Gall, Président du CNES au Washington Space Business Roundtable - Crédit : AFP

C’est ensuite du NewSpace dont a parlé le Président du CNES et plus précisément du « SmartSpace » et de la tendance du secteur à se diriger vers des systèmes spatiaux plus petits, plus modulables, plus flexibles et plus diversifiés, que cela s’applique aux télécommunications, à l’observation de la Terre ou aux sciences. Il a résumé cette tendance en expliquant que le spatial est devenu en peu de temps un produit en tant que tel pour de nombreux acteurs, qui de plus en plus l’exploitent tous azimuts, créant un véritable nouvel écosystème de l’économie mondiale, source d’emplois et de richesse. Il a ensuite rappelé la place du CNES, acteur de premier plan au niveau mondial, compte tenu de ses relations avec l’ESA, avec toutes les puissances spatiales historiques et avec la plupart des nouveaux venus. A cet égard, la nouvelle signature du CNES « Innovation & Inspiration » en résume parfaitement le positionnement.

Jean-Yves Le Gall a aussi profité de ce déplacement pour participer au Congrès, avec plusieurs de ses représentants, la NOAA, les garde-côtes américains et la filiale américaine de CLS, à une réunion autour du programme Argos et de son histoire, symbole historique de la coopération franco-américaine.

A la fin de ses visites, il a déclaré « Une nouvelle fois, le destin de la France et celui des Etats-Unis, sont liés, comme le prouvent notre coopération autour du programme Argos mais aussi les enjeux auxquels nous sommes confrontés, alors que s’ouvre devant nous un deuxième âge spatial, celui du climat, du SmartSpace et de Mars. Ceci est extrêmement porteur d’espoir, si l’on se fie aux réalisations remarquables que nous avons menées jusqu’alors avec les Etats-Unis, notre premier partenaire historique. »