La réintroduction du loup permet le retour du "peuplier tremble" dans le Yellowstone

, Partager

Une équipe de Oregon State University s’est intéressée aux relations qui existent entre trois éléments importants de l’écosystème du Yellowstone (Parc national situé dans le Wyoming) : le loup, le wapiti (cervidé) et le "peuplier tremble" (populus tremula, arbre de la famille des salicacées). D’après leur étude, la réintroduction du loup dans l’écosystème du Yellowstone au milieu des années 1990 a permis au peuplier tremble, un arbre alors sur le déclin, de se re-développer dans la région.

En effet, suite à la disparition du loup de l’écosystème dans les années 1920, la population de wapitis a augmenté de façon significative. Or cette population se nourrit notamment de branche d’arbustes de type peuplier tremble, et, avant la réintroduction du loup, le parc du Yellowstone ne comptait plus que de très jeunes pousses ou des arbres de plus de 70 ans. Le pâturage des wapitis empêchait les plants de peuplier d’arriver à maturité. Il est aujourd’hui possible d’y trouver des arbustes de plus de deux mètres.

Selon les auteurs, deux mécanismes sont à l’origine de ce phénomène. Suite à l’introduction du loup, la population de wapiti a diminué de moitié en dix ans, ce qui a diminué la pression sur la végétation de façon importante. Cette diminution de la population s’est accompagnée également d’une modification du comportement des individus restants. Ceux-ci, en proie à la peur du loup, ont modifié leurs habitudes de pâturage et se sont mis à éviter des zones entières, celles où ils étaient plus vulnérables. Dans ces zones, les plants de peuplier tremble ont pu se développer plus facilement.

Les auteurs n’ont pas encore déterminé lequel des deux mécanismes est le plus significatif, mais ils font tout de même remarquer que la population actuelle de wapitis (idem) est plus importante qu’en 1960 et pourtant le peuplier tremble semble se porter mieux aujourd’hui. Ce retour du peuplier tremble est une bonne nouvelle pour l’ensemble de l’écosystème. En effet, une végétation sur le déclin favorise l’érosion des cours d’eau et par effet de chaîne affecte poissons, insectes, plantes…

Source :


- Communiqué de presse de Oregon State University : http://oregonstate.edu/dept/ncs/newsarch/2007/Jul07/aspenrecovery.html
- W. J. Ripple and R. L. Beschta, Restoring Yellowstone’s aspen with wolves, Biological Conservation, 2007, article in press (abstract) : http://oregonstate.edu/dept/ncs/newsarch/2007/Jul07/aspenrecovery.html

Pour en savoir plus, contacts :


- Page web de Oregon State University sur le projet : http://www.forestry.oregonstate.edu/aspen/
- J. Halofsky, Evidence of a trophic cascade among wolves, elk and aspen in Yellowstone National Park, USA, Dissertation, avril 2007 : http://www.cof.orst.edu/leopold/papers/halofsky_dissertation.pdf
Code brève
ADIT : 50657

Rédacteur :

Elodie Pasco, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….