La science du rire

, Partager

Le rire est un antécédent évolutionnaire de la joie humaine, qui aurait évolué chez les chimpanzés et chez les êtres humains pour établir une hiérarchie sociale. Le rire serait un outil de survie, pas nécessairement une réponse intellectuelle à l’humour. Telle est l’hypothèse de plusieurs chercheurs -neuroscientifiques, psychologues sociaux- qui étudient le rire de manière scientifique.

Jaak Panksepp, un neuroscientifique et psychologue à Washington State University, a découvert que les rats émettent un son ultrasonique (inaudible pour les humains sans équipement spécial) quand ils sont chatouillés, son qui pourrait ressembler aux vocalisations émises par les petits enfants qui rient quand ils sont incités à jouer socialement. Le rire provoquerait chez les animaux l’activation de circuits euphoriques, ce qui serait une indication pour l’interaction amicale en exprimant un message rassurant quant à l’intention de jeu et de non agression.

Chez les humains, il semble qu’il y ait des différences dans la fréquence du rire entre hommes et femmes et également que les personnes rient pour "lubrifier la relation sociale". Le Dr Robert Provine, un neuroscientifique de l’Université de Maryland Baltimore County (UMBC) a remarqué, en observant les gens dans la rue, dans les cafés, etc., que les femmes sont plus portés à rire pendant leurs conversations que les hommes, ce qui n’apparaît pas comme dû au fait que la conversation soit plus drôle. Une explication serait que les femmes sont plus sensibles aux interactions sociales.
Par ailleurs une étude norvégienne semble montrer qu’avoir un bon sens de l’humour est directement associé à la longévité.

Selon le Dr Provine et le Dr Panksepp, le rire aide à contribuer au développement d’une hiérarchie sociale et à signaler l’amitié plutôt que l’agression. Le rire est donc un signe social. Le rire serait une réponse automatique, involontaire, et non un stratagème conscient…et chez les humains, celui qui rit n’est pas forcément amusé (l’acte de rire n’est pas toujours un signe d’humour !). De la même façon, la complexité intrinsèque à une personne -comme l’identité culturelle, la personnalité, le milieu sociologique, les expériences vécues- fait qu’une blague peut être drôle pour l’un et pas du tout pour l’autre. Finalement, comme vous le savez sûrement déjà, le rire est aussi une expérience collective ; les humains auraient une tendance à rire plus dans une salle de cinéma pleine qu’en regardant le même film seuls chez eux.

Source :


- E-news
http://www.nytimes.com/2007/03/13/science/13tier.html?em&ex=1173931200&en=4903a79b8cccbd10&ei=5087%0A
- "Laughing" rats and the evolutionary antecedents of human joy ?
Jaak Panksepp, Jeff Burgdorf
http://www.psych.umn.edu/courses/fall06/macdonalda/psy4960/Readings/PankseppRatLaugh_P&B03.pdf
- Etude norvégienne :
http://news.yahoo.com/s/usatoday/20070314/tc_usatoday/studylinkssenseofhumorsurvival

Pour en savoir plus, contacts :


- Dr. Jaak Panksepp
http://www.vetmed.wsu.edu/depts-vcapp/Panksepp-endowed.asp
- Dr. Robert Provine
http://www.umbc.edu/psyc/faculty/provine/research.html
Code brève
ADIT : 41852

Rédacteur :

Elodie Sutton - assistant-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….