La science nouvelle priorité de l’exécutif américain ?

, Partager

La proposition budgétaire de l’exécutif américain a été dévoilée ce 6 février. Comme le laissait entrevoir le discours sur l’état de l’union (voir BE 20 Le président veut renforcer le leadership americain en R&D http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/31938.htm), la science est mise en avant comme une des priorités nationales dans ce budget qui couvrira la période octobre 2007 - septembre 2008, sous l’intitulé significatif "Strengthening our Competitiveness" (auquel on peut ajouter "Reducing our Addiction to Foreign Oil" qui couvre la recherche en énergie). Comme annoncé, les priorités que sont la American Competitiveness Initiative et la Advanced Energy Initiative façonnent ce nouveau budget. La première se voit doter de 5,9 milliards pour ce budget 2007, tandis qu’il est annoncé que 136 milliards lui seront consacrés pour les dix ans à venir. La seconde se traduit par un accroissement de 22% des fonds pour la recherché en énergies propres (solaire, éolien, charbon sans émission, batteries et systèmes hybrides, combustible hydrogène, biomasse).
Trois agences voient en conséquence leur budget global augmenter : la NSF, qui passe de 5,581 milliards à 6,020 milliards (+7,9%), l’Office of Science and Technology du DOE, qui passe de 3,597 à 4,102 milliards (+14%) et le NIST, qui après plusieurs années de vaches maigres voit le budget de ses laboratoires (hors constructions) augmenter de 397 à 472 millions de dollars (+19%). Il est annoncé que ces budgets augmenteront en moyenne de 7% durant les dix prochaines années. Un effort significatif est fait pour le programme de cyber infrastructure de la NSF, lequel augmente de 44% à 182 millions. 60 millions sont alloués en 2007 pour ITER.
Le budget de la NASA augmente moins, à +3,2%, avec une très forte priorité sur le programme Vision for Space Exploration, la part science baissant quant à elle en dollars constants (+1,4% en dollars courants, voire -17,7% selon le périmètre retenu par la AAAS).
A l’inverse, le budget des NIH diminue légèrement, en dollars courants, de même que ceux de l’agriculture, de l’éducation, des transports (-20,9%), de l’environnement (-7,2%).
En ce qui concerne les "programmes" interagences, le NITRD et la NNI :
- le premier connaît un accroissement de 9% à 2,783 milliards, avec un accent annoncé sur le calcul à haute performance et sur la sécurité informatique. Le nouveau montant, au lieu des 2 milliards antérieurs, résulte d’une révision radicale des règles d’intégration des activités des laboratoires des armées, ce qui augmente très fortement la participation du DOE pour ces dernières années
- la seconde voit son budget se tasser légèrement en dollars courants (1,277 milliards, -1,8%).
La nouvelle Advanced Energy Initiative fédère un ensemble de programmes préexistants, pour lesquels le financement passe de 1,765 à 2,146 milliards (soit +21,5%) tandis que l’initiative combustible hydrogène (maintenue) passe de 236 à 289 million (+22,5%).
Parmi les autres mesures budgétaires qui peuvent être relevées, 98 millions sont prévus pour le développement d’un satellite successeur de Landsat (et USGEO est commissionné pour produire un plan stratégique de l’observation de la terre). Au titre du développement on peut relever 536 millions au DHS pour créer un Domestic Nuclear Detection Office (l’enveloppe R&D du DHS étant quant à elle en légère baisse).
Dans l’ensemble, le budget fédéral de R&D augmente de 1,9%, à 136,95 milliards, donc baisse légèrement en dollars constants, la part non défense augmentant de 1,7%. La part des développements dans ce budget augmente encore légèrement, de 54,7% à 57%, celle de la recherche diminuant de 42,2% à 40% (ce qui est à relier à un léger accroissement de la part défense dans l’enveloppe globale). La priorité accordée à une part de la recherche de base s’effectue donc par redéploiement au sein d’une enveloppe recherche en tassement (-3,4%).
Cependant, on peut présumer que le processus d’appropriation verra les élus remettre fortement en cause ce budget, ne serait ce qu’en ce qui concerne la suppression des projets ’’earmarked’ (de l’ordre de 2 milliards), voire de l’Advanced Technology Program etc
En parallèle, les initiatives annoncées en matière d’enseignement en sciences et techniques se voient dotées de 640 millions, mais dans un contexte de fort tassement du budget de l’éducation (-18%, en tenant compte de l’ensemble des programmes de bourse), qui revient à son niveau qui revient à son niveau de 2003 ou 2004 (suivant l’enveloppe considérée).

Source :


- Sites de l’exécutif, http://www.whitehouse.gov/infocus/budget/2007/
- http://www.whitehouse.gov/omb/budget/fy2007/budget.html
- http://www.ostp.gov/
- Analyse de l’AAAS, http://www.aaas.org/spp/rd/

Rédacteur :

Jean-Philippe Lagrange, attache-stic.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….