La thérapie génique pour soigner le cancer

, Partager

Une technologie expérimentale de thérapie cellulaire a permis la guérison de deux patients atteints de mélanome.
Le groupe de Steven Rosenberg travaille depuis 20 ans dans son laboratoire du National Cancer Institute à Bethesda, Maryland pour vaincre le cancer via des cellules du système immunitaire. Il y a quelques années, les chercheurs de cette équipe avaient prélevés, chez des patients atteints de mélanome, des cellules immunitaires ciblant les tumeurs (cellules T spécifiques) afin de les multiplier en laboratoire. Ils les avaient ensuite réinjectés chez les patients provoquant la régression du mélanome pour la moitié d’entre eux. Cependant seulement la moitié des patients produit ces cellules T spécifiques.
Pour contourner ce problème, les scientifiques ont donc essayé un traitement de thérapie cellulaire sur des patients dépourvus de ce type de cellules T malgré leur mélanome. Ils ont prélevés des cellules T classiques qui circulent avec le flux sanguin. Un gène codant pour un récepteur des cellules T a ensuite été intégré dans le génome de ces cellules grâce à un rétrovirus inoffensif. Il permet de doter la cellule d’un système d’apprentissage efficace pour la reconnaissance et l’activation des cellules du système immunitaire. Les cellules ont alors été réinjectées aux patients.
Sur quinze patients, les cellules injectées représentaient, après quelques semaines, jusqu’à 10% du total des cellules T. Deux hommes qui possédaient des niveaux plus importants ont connu, quant à eux, un rétablissement spectaculaire. 18 mois après le traitement, ils sont désormais en bonne santé. L’un s’est remis de métastases au foie et à l’aisselle tandis que le second a vaincu un cancer de l’intestin.
Le Dr Rosenberg admet que le taux de succès est faible mais il déclare qu’une demi douzaine de tests sont à l’étude afin d’augmenter ces résultats. Il pense aussi avoir à sa disposition des récepteurs de cellules T qui sont présents dans plus de la moitié des cancers pour généraliser sa technique à d’autres cancers.
Le Dr Carl June de l’université de Pennsylvanie pense que la technologie va progresser mais note surtout l’absence d’effets secondaires (réaction immunitaire). Pour Mark Davis, un immunologiste du "Stanford Comprehensive Cancer Center" basé en Californie, cette technique peut entraîner des cancers. En effet, Rosenberg ne maîtrise pas le site d’insertion de son gène ce qui peut provoquer une perte de contrôle de la division cellulaire. Mais cela vaut le coup de prendre le risque puisque le malade est confronté à un cancer dont l’issue est souvent fatale.

Source :


- http://www.nature.com/news/2006/060828/full/060828-4.html
- http://sciencenow.sciencemag.org/cgi/content/full/2006/831/3
- " Cancer regression in patients after transfer of genetically engineered lymphocytes " Morgan R. Science, 31/08/2006, (en cours d’impression).

Pour en savoir plus, contacts :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9rapie_g%C3%A9nique
Code brève
ADIT : 38968

Rédacteur :

Brice Obadia deputy-sdv.mst@ambafrance-us.org - Hedi Haddada attache-sdv.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….