Le Clean Energy Investment Center, une nouvelle agence pour booster les cleantech

, Partager

Le Ministère de l’Énergie (DOE) a annoncé début janvier 2016 que Sanjiv Malhotra serait le premier directeur du Clean Energy Investment Center (CEIC).
Avec la création de cette nouvelle agence dans le cadre de la Clean Energy Investment Initiative, il s’agit de répondre au besoin d’investissements privés dans les technologies d’énergies propres.

La Clean Energy Investment Initiative

La Clean Energy Investment Initiative a été lancée par l’administration Obama en février 2015 avec pour objectif d’encourager l’investissement dans les énergies propres pour lutter contre le dérèglement climatique. [1]
L’amélioration des performances et la réduction des coûts sont indispensables pour que les énergies propres puissent jouer pleinement leur rôle. Les progrès réalisés ces dernières années sont déjà significatifs, à l’instar de la baisse du coût de l’énergie solaire d’environ 50% depuis 2010. Mais de nouveaux investissements massifs sont nécessaires et le secteur privé pourrait être le catalyseur de cette transition énergétique.
Pendant le Clean Energy Investment Summit à la Maison Blanche en juin dernier, le vice-président Joe Biden a annoncé 4 milliards de dollars d’engagements indépendants par d’importants organismes et investisseurs institutionnels (exemple : 500 M$ de University of California, 500 M$ de Goldman Sachs) visant à financer des projets technologiques innovants pouvant agir contre le réchauffement. [2] En octobre, le Secrétaire d’Etat John Kerry a organisé un grand rassemblement des investisseurs au Climate and Clean Energy Investment Forum. [3] Par ailleurs le budget fédéral proposé pour l’année 2016 alloue 7,6 milliards de dollars en faveur des énergies propres, soit une augmentation de 15% par rapport à l’année 2015. [4]
C’est dans cette continuité que le CEIC est en cours de création : il s’agit de répondre au besoin d’investissements privés dans les technologies d’énergies propres en améliorant la disponibilité des ressources du DOE pour les investisseurs du secteur privé et les partenaires publiques potentiels.

Le Clean Energy Investment Center

Afin de permettre des prises de décisions éclairées, le CEIC interviendra au sein de l’Office of Technology Transitions (OTT) en tant qu’interlocuteur privilégié des investisseurs souhaitant contacter des experts techniques, acquérir les derniers rapports sur les technologies d’énergies propres et identifier des projets prometteurs. [5]
Cette ligne directrice est spécifiquement détaillée en quatre points :
- Interlocuteur unique pour l’accès à l’information : le CEIC rendra plus compréhensible et accessible les informations sur les programmes du DOE. Il sera le guichet unique pour les investisseurs à la recherche d’experts, des derniers rapports et données, ou encore des listes d’entreprises et projets financés par l’Agence. Cela permettra à ces investisseurs de prendre des décisions éclairées en se basant sur les recherches et analyses du DOE.
- Assistance technique : le centre partagera les recherches et analyses produites par le DOE et ses 17 laboratoires nationaux sur les développements technologiques pertinents en matière d’énergie propre. En outre, il offrira un mécanisme permettant d’identifier les besoins en nouvelles analyses.
- Information sur les projets et entreprises émergents : DOE offre actuellement plusieurs programmes tels que Advanced Research Projects Agency-Energy (ARPA-E), Small Business Innovation Research (SBIR), Small Business Technology Transfer (STTR), qui aident à financer et accélérer les projets technologiques et entreprises à un stade précoce. Le centre regroupera et rendra publique les informations sur les entités actuellement engagées dans des partenariats avec le DOE.
- Connexions aux autres programmes gouvernementaux pertinents : le CEIC n’occultera pas les informations sur les programmes énergétiques et climatiques des autres organismes tels que les Department of Agriculture, Department of Housing and Urban Development, Department of Transportation, Department of Treasury, Environmental Protection Agency, Small Business Administration et la National Science Foundation.

Soutien à la Mission Innovation

Enfin, le CEIC sera un instrument de soutien à la Mission Innovation, une initiative annoncée lors de la COP21 à Paris destinée à accélérer l’innovation publique et privée mondiale dans les énergies propres pour lutter contre le dérèglement climatique, à fournir de l’énergie propre abordable pour les populations y compris dans les pays en voie de développement, et à créer des opportunités commerciales supplémentaires. [6]
A travers cette initiative annoncée par François Hollande et Barack Obama, 20 pays se sont engagés à doubler sur 5 ans le budget alloué à la R&D dans le secteur des énergies propres. Ces pays, incluant les cinq pays les plus peuplés (Chine, Inde, Etats-Unis, Indonésie et Brésil), totalisent actuellement 75% des émissions de CO2 liées à l’énergie électrique et 80% des investissements mondiaux en R&D sur les énergies propres.
A noter que la Mission Innovation est complétée par la Breakthrough Energy Coalition, une initiative parallèle du secteur privé menée par une coalition rassemblant plus de 25 investisseurs influents de 10 pays différents avec Bill Gates en fer de lance, qui annonce des apports de capitaux massifs sans précédent. [7]

Sanjiv Malhotra, premier directeur du CEIC

Le Ministère de l’Énergie (DOE) a annoncé début janvier 2016 que Sanjiv Malhotra serait le premier directeur du CEIC. [8]
Ce diplômé de l’Institut Indien de Technologie titulaire d’un MBA et doctorat de l’Université de l’Iowa était jusqu’à présent consultant pour le Fuel Cells Technologies Office (piles à combustible) du DOE, après avoir été fondateur, président et CEO de Oorja Protonics de 2005 à 2014, un leader dans la conception, le développement et la fabrication de piles à combustible à méthanol (attirant alors plus 32 M$ d’investissements).
« Son expérience unique en tant que scientifique accompli, entrepreneur, et homme d’affaires sera inestimable en tant que premier directeur de la CEIC ", a déclaré le Secrétaire de l’Energie Ernest Moniz.

La création effective du Clean Energy Investment Center est donc un nouveau signal positif pour l’innovation et l’entreprenariat dans le domaine des cleantech aux Etats-Unis : efficacité énergétique, énergies renouvelables et nucléaire, stockage de l’énergie, smart grids, captage et stockage du carbone, systèmes de transport avancé et carburants alternatifs… Reste à savoir comment ces orientations stratégiques seront affectées après l’élection présidentielle approchante.


Rédacteur :
- Jean-Benoit CARIOU - Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Boston - jean-benoit.cariou@ambascience-usa.org