Le Dr. Martine Roussel a été élue à l’Académie des Sciences en cette année record pour les femmes

, Partager

Le Dr. Martine Francoise Roussel, membre du département de biologie cellulaire tumorale et codirectrice du programme de biologie du cancer du St. Jude Children’s Research Hospital à Memphis dans le Tennessee, a été intronisée cette année à la National Academy of Sciences (NAS). Elle fait partie des 100 nouveaux membres et des 25 associés étrangers à avoir été reconnus par cette prestigieuse société de chercheurs, cette année, pour leurs avancées majeures et continues sur des travaux de recherche inédits.

Martine Roussel a reçu cet honneur notamment pour sa contribution durable à notre compréhension des fondements moléculaires des tumeurs cérébrales pédiatriques. Le Dr. Roussel a fait des découvertes marquantes en oncologie moléculaire, en contrôle du cycle cellulaire et en développement translationnel de stratégies de traitement du médulloblastome pédiatrique, la tumeur cérébrale maligne la plus courante chez les enfants. Grâce à ces informations, les médecins ont pu faire des découvertes essentielles pour comprendre les origines du médulloblastome, trouver de nouvelles voies thérapeutiques et surtout, mettre au point des thérapies qui maximisent la rémission et minimisent les effets secondaires à long terme. Elle a joué un rôle de pionnière dans l’identification de plusieurs oncogènes importants tels que les oncogènes aviaires rétroviraux Myc, Myb et ErbB. Le Dr. Roussel a obtenu la nationalité Américaine après avoir épousé le scientifique Charles J. Sherr avec qui elle a longtemps collaboré. Elle entretient encore des liens très forts avec la France. En effet, elle occupe la place de Directrice du programme d’échange entre St. Jude et Paris Diderot, financé par l‘American Lebanese-Syrian Associated Charities (ALSAC). Ce programme permet chaque année à 6 étudiants français de passer pendant 5 mois au St. Jude Children’s Research Hospital. Elle est également vice-présidente US de l’organisme Eurocancer Paris.

C’est en 1983 qu’elle a rejoint l’équipe de St. Jude en tant qu’associée de recherche au Département de biologie des cellules tumorales. Elle est membre à part entière et titulaire de la Chaire en oncogenèse moléculaire. Cet Hôpital est un chef de file mondial dans la compréhension, le traitement et la guérison des cancers infantiles et d’autres maladies graves. C’est le seul centre de cancérologie désigné par l’Institut national du cancer et consacré exclusivement aux enfants. Les traitements mis au point à St. Jude ont contribué à accroître le taux global de survie au cancer chez les enfants de 20 % à 80 % depuis l’ouverture de l’hôpital il y a plus de 50 ans. En 2017, elle a été nommée Mentor de l’année à St. Jude et, en 2011, elle a été élue membre de l’American Academy of Arts and Sciences.

L’Académie nationale des sciences est une institution privée à but non lucratif créée en 1863. Elle est constituée de scientifiques élus par leur pairs membres de la NAS pour leurs contributions exceptionnelles en recherche. En association avec la National Academy of Engineering et la National Academy of Medicine, la NAS fournit des conseils en matière de sciences, d’ingénierie et de politique de santé au gouvernement fédéral et à d’autres organismes. La NAS s’est engagée à faire avancer la science aux USA et ses membres contribuent activement à la communauté scientifique internationale. Près de 500 membres de la NAS ont reçu le prix Nobel, et le Proceedings of the National Academy of Sciences, fondé en 1915, est aujourd’hui l’une des principales revues internationales à publier des résultats de recherches originaux.

Cette année 2019 marque un moment historique dans l’histoire de la National Academy of Sciences avec un nombre record de femmes élues à l’Académie. Ce sont 50 femmes qui sont devenues membres de la NAS c’est-à-dire 40% des nouveaux membres cette année. Le record précédent date de 2012 où 30% des personnes intronisées étaient des femmes. D’ailleurs, le Dr. Roussel rédige actuellement un article sur la place des femmes dans le milieu scientifique et a accepté de partager avec nous son point de vue sur la question. Elle a remarqué que malgré ses découvertes et le succès de ses travaux, « [elle] ne reçoit que peu de reconnaissance, en particulier de la part de ses collègues masculins qui ne la considèrent pas comme une partenaire de travail ». Son succès a néanmoins amené de nombreuses femmes à se tourner vers elle pour suivre une formation. Elle essaye au maximum de les aider car pour elle, « les femmes scientifiques devraient plus s’entraider, en particulier celles qui sont plus expérimentées et qui ont réussi ». Enfin elle insiste sur le fait qu’il faut aider les femmes scientifiques à bénéficier d’une visibilité accrue tout au long de leur carrière. « Elles doivent chercher à se mettre en avant en acceptant de faire office d’examinatrices pour les soumissions à des revues scientifiques, de conférencières lors de réunions et d’examinatrices critiques de la littérature scientifique ». En effet, même si les femmes sont plus nombreuses et mieux reconnues pour leurs réalisations professionnelles qu’avant, le monde de la science présente de fortes disparités entre les hommes et les femmes. Aujourd’hui encore, la proportion totale de femmes faisant partie des Académies des sciences dans le monde reste encore très insuffisante avec seulement 12% des membres. Dans le domaine de la santé, à l’échelle mondiale, les femmes représentent 70 % du personnel, alors qu’elles n’occupent que 25 % des postes de direction, ce qui démontre bien l’existence d’un plafond de verre qui persiste encore aujourd’hui.

Rédacteur :
- Pierre Gourjon, Attaché adjoint pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Atlanta, deputy-univ@ambascience-usa.org