Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) annonce l’ouverture de son premier centre d’innovation à Hong Kong

, Share

Depuis le lancement du premier programme international du MIT en 2001 avec la France – le programme MIT - France, les possibilités offertes aux étudiants du MIT de faire un stage ou une partie de leur cursus à l’étranger se sont considérablement développées. Avec 19 programmes internationaux, 11,7 millions de dollars de financement et plus de 450 partenariats institutionnels, l’Initiative Internationale du MIT pour la Science et la Technologie ou MISTI permet chaque année à plus de 850 étudiants et à de nombreux professeurs d’étudier, faire des stages ou des recherches à l’étranger. Depuis le Mexique jusqu’au Japon en passant par l’Inde, l’Afrique du Sud, l’Israël et la France donc, les programmes proposés permettent aux étudiants d’enrichir leur expérience dans des pays très divers.

En 2007, le MIT se lança dans une première implantation à l’étranger, à Singapour, en partenariat avec l’agence de la recherche NRF pour créer le Singapore-MIT Alliance for Research and Technology (SMART) un campus de recherche permettant d’attirer des chercheurs et ancrer le développement de cet état vers les technologies avancées.

La nouvelle implantation à Hong Kong est créée dans un contexte très différent. Résultat de l’initiative sur l’innovation lancée par le Président Reif en décembre 2014, le MIT a annoncé le 9 novembre dernier la création d’un nouveau centre international à Hong Kong [1]. Ce centre du MIT sera entièrement dédié à l’innovation et à l’entreprenariat pour l’accélération du développement des idées des étudiants [2]. L’Innovation Node sera principalement financé par des alumni du MIT basés à Hong Kong. Les activité du centre seront dirigées par un comité de pilotage composé de l’administration et de membres de la faculté du MIT. La coordination des projets du centre, quant à elle, se fera en intelligence avec les alumni de Hong Kong.

Selon le Président de MIT, Mr. Rafael Reif : « Avec l’établissement de l’Innovation Node, le MIT va accroitre considérablement ses activités à Hong Kong ainsi que dans le Delta de la rivière des Perles. »

En plus d’être un « hub » incontournable d’un point de vue économique et académique, Hong Kong jouit d’une location idéale : située à environ une heure de la capitale du monde de la fabrication industrielle et place forte des industries de hautes technologies, Shenzhen, le MIT espère faciliter le travail de ses innovateurs qu’ils soient à Cambridge ou à Hong Kong grâce à l’accès à la fabrication rapide et de qualité de prototypes ou de petites séries. Selon le Directeur du centre, M. Sodini, « Les fournisseurs à Shenzen sont capables de produire un grand nombre de prototypes en une seule nuit permettant ainsi aux étudiants d’envisager plus rapidement le passage de l’idée au produit. » [3]

Le but :
Le centre, qui ouvrira ses porte en juillet 2016, a pour but de faciliter la dynamique de commercialisation de l’innovation issue de la recherche universitaire en bénéficiant de la proximité de Shenzhen. Quatre objectifs sont fixés à ce pont entre les deux continents : il s’agit de créer :

  1. des opportunités de stage dans dse sociétés de la région pour les étudiants du MIT en permettant d’amplifier le programme MIT -Chine du MIT International Science and Technology Initiative (MISTI),
  2. des programmes de formations afin d’amener les innovateurs des deux continents à travailler ensemble dans un contexte mondial,
  3. des possibilités d’engagement élargies entre les étudiants du MIT et ceux des meilleures écoles de commerce en Chine, à travers le MIT China Lab.
  4. des événements hebdomadaires ou mensuels dédiés, incitant au développement de relations d’innovation pour la communauté du MIT à Hong Kong.

L’avenir :
Le MIT compte ouvrir un « makerspace », un espace permettant de répondre aux besoins d’invention et de prototypage et rassemblant les différents outils nécessaires à son activité, comme celui actuellement en construction sur le campus de Cambridge. Finalement, l’institut souhaite encourager les partenariats d’innovation transcontinentaux par la mise en relation des deux structures de Cambridge et de Hong Kong. Le MIT se prend déjà à rêver du temps où les inventions émanant des différents campus passeront par l’Innovation Node de Hong Kong pour prototypage, puis par un processus d’itération simplifié, seront fabriquées d’abord en petites quantités à Shenzen, puis en de large séries potentiellement ailleurs en Chine. Ce faisant, le MIT entend se placer au coeur des allers et retours, des itérations successives critiques à l’innovation industrielle.

Outre ce centre d’innovation, il existe déjà d’autres incubateurs ou accélérateurs notables à Hong Kong comme Cyberport, CoCoon, et Hong Kong Science and Technology Parks Corporation [4] . Ces organisations sont chargées de la promotion des collaborations entre des institutions aux Etats-Unis et/ou en Europe ainsi que de la mise en relation avec les ressources de capitaux humains et financiers considérables de Hong Kong.

En s’installant à Hong Kong, le MIT entend tirer partie de la dynamique de l’écosystème et ainsi d’affirmer toujours plus sa politique d’internationalisation en ouvrant la porte de la Chine à ses étudiants.


Rédacteurs:
- Ethan Finkelstein, ethan.finkelstein@ambascience-usa.org
- Anne-Cécile Peras, anne-cecile.peras@ambascience-usa.org