Le Rhode Island : un environnement entrepreneurial et technologique en plein renouveau

, Partager

Le Rhode Island, petit état du sud de la Nouvelle-Angleterre, est un état qui présente un intérêt certain, en particulier d’un point de vue français. En premier lieu, l’économie des technologies de l’Etat est encore faiblement développée, surtout si on la compare à un pôle comme celui de Boston situé à seulement 70 km. Mais, et le paradoxe se trouve là, l’état possède plusieurs universités de grande qualité et de renommée nationale voire internationale. Citons par exemple "Brown University" [1] et la "Rhode Island School of Design" [2]. Comment se fait-t-il donc que le niveau scientifique, académique et technologique de ces établissements n’ait pas de réels prolongements économiques ? Un élément de réponse se trouve sans doute dans le manque d’incitation et de soutien à la commercialisation et à la création d’entreprises.

Mais les choses changent, et vite. Le Rhode Island a mis en place ces dernières années une panoplie de programmes particulièrement intéressants dans le but de favoriser l’entrepreneuriat et l’innovation. La proximité et les fortes interactions entre les communautés scientifiques et artistiques de l’état, particulièrement visibles dans la capitale, Providence, fait également effet de catalyseur sur l’écosystème entrepreneurial de la région. Voici un aperçu des principaux dispositifs qui en quelques années seulement ont permis au R.I. de se développer considérablement dans les secteurs des sciences de la vie et des technologies de l’information :

1- Le "Slater Technology Fund" [3]

Créé en 1997 à l’initiative des autorités locales, le STF se fixe pour objectif de favoriser la création de jeunes pousses technologiques. Le STF est le premier outil local qui a permis l’émergence de la culture entrepreneuriale de l’état. Entièrement financé par le R.I, les 15 millions de dollars investis par le fonds depuis sa création ont amené la centaine d’entreprises sélectionnées à lever quelque 174 millions de dollars provenant de sources privées ou fédérales. Le STF est doté d’un budget annuel de 3 millions de dollars, utilisé uniquement pour soutenir des spin-off universitaires. Les investissements allant de 50.000 à 200.000 dollars sont destinés à aider les jeunes entreprises à franchir le stade critique de leur développement (la "vallée de la mort"). Le programme incite les capitaux-risqueurs à ce rapprocher des entreprises les plus prometteuses en termes de développement technologique et économique. Le fonds finance également un petit hôtel d’entreprise doté d’un laboratoire de recherche.

2- "Beta Spring" [4]

Lancé en 2009 et inspiré largement par le modèle à succès de "Y-combinator" [5] et de "TechStars" [6], BetaSpring est une plateforme de financement pour de jeunes entreprises technologiques en phase précoce de création ou de développement. Le programme apporte aux entrepreneurs un fonds d’amorçage de 10.000 dollars qu’ils peuvent utiliser comme ils l’entendent, ainsi qu’une formation intensive de 12 semaines portant sur la création d’entreprises. Pendant la durée de la formation, ils sont accompagnés de mentors qui les aideront dans le développement de leurs projets de création d’entreprise et de leur produit. Le programme est concluant lorsque la jeune entreprise parvient à créer un produit suffisamment achevé pour le présenter à des capitaux-risqueurs et des investisseurs providentiels à la fin du programme. Les investisseurs qui soutiennent le programme, dont le "Stater Technology Fund", prennent en échange six points de parts, dans les entreprises créées. Le concept de "BetaSpring", plutôt simple de fonctionnement, peut paraître à haut risque pour les investisseurs, mais il a largement démontré son efficacité au travers des programmes déjà mis en place.

3- "Rhode Island Center for Innovation and Entrepreneurship" [7]

Le RI-CIE, lancé au printemps 2009, permet aux étudiants et chercheurs de l’ensemble des universités de la région de développer leurs preuves de concept, leurs prototypes et leurs projets de création d’entreprise. L’établissement est financé par l’agence de développement économique du R.I et par la "Brown University". Le concept du RI-CIE est simplissime : être une porte d’entrée unique pour les créateurs d’entreprise de la région. Ces derniers peuvent y trouver des infrastructures de réunion (dont des salles de vidéoconférences), assister à des séminaires et ateliers, et surtout côtoyer les entrepreneurs "mentors" impliqués dans le programme. Il fait également abondamment appel à l’équipe d’enseignants en entrepreneuriat de Brown University. Le centre ne peut pas être considéré comme un incubateur à proprement dit d’une part parce qu’il ne fournit pas directement de locaux permanents aux entrepreneurs, et d’autre part parce que les projets qu’il soutient se situent en amont de ceux généralement soutenus par les incubateurs américains. Le modèle du RI-CIE est intéressant en cela qu’il se rapproche des incubateurs français. Le RI-CIE n’est en revanche pas favorable à l’incubation permanente des jeunes pousses, à ses yeux trop "protectrices". Ce centre vient cristalliser le renouveau de l’entrepreneuriat au Rhode Island. Il est un beau modèle de collaboration entre les différentes initiatives privées et publiques de support à l’innovation.

Au total, le Rhode Island présente un écosystème entrepreneurial et technologique en plein renouveau. Jeune et plus "normal" que celui émanant des institutions d’élites américaines telles que Stanford, Berkeley ou MIT, cet environnement reste très varié technologiquement tout en s’appuyant sur des institutions de recherche de qualité. Le Rhode Island présente en somme un excellent exemple de développement d’un environnement d’innovation et de création d’entreprise technologique.

[1] Brown University, fondée en 1764, est l’une des 8 universités de la prestigieuse Ivy League.

[2] La Rhode Island School of Design (RISD) est constamment reconnue comme la meilleure école d’art du pays et est notamment à la pointe en matière de design industriel.

Pour en savoir plus, contacts :


- [3] http://www.slaterfund.com
- [4] http://www.betaspring.com
- [5] http://ycombinator.com/
- [6] http://www.techstars.org
- [7] http://www.ri-cie.org
Code brève
ADIT : 59594

Rédacteur :

Yann Le Beux, deputy2-inno.mst@consulfrance-boston.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….