Le changement climatique menace (aussi) la sécurité nationale américaine

, Partager

Une nouvelle étude [1] réalisée par le Conseil National pour la Recherche (National Research Council - NRC) de l’Académie Nationale des Sciences (National Academy of Sciences - NAS) met en évidence des liens très clairs entre le réchauffement climatique et des risques accrus pour la sécurité nationale américaine. Ce rapport a été demandé par la CIA et d’autres agences d’intelligence américaines pour évaluer les liens entre changement climatique et sécurité nationale et identifier des systèmes pour mieux prendre en compte les risques politiques et sociaux liés au changement climatique qui pourraient avoir des conséquences pour la sécurité américaine.

Ironie du sort, la présentation de ce rapport devait avoir lieu le jour où l’ouragan Sandy s’est déclaré et a donc été repoussé d’une dizaine de jour. Selon l’un des auteurs du rapport, l’ouragan Sandy est d’ailleurs un "avant-goût des événements auxquels nous ferons face dans un futur proche [2]".

D’après cette étude, les menaces à la sécurité américaine sont de plusieurs ordres. Les modifications du climat ainsi que l’augmentation des évènements climatiques extrêmes (tempêtes, sécheresses, inondations) en fréquence, en intensité ou en durée risque d’engendrer des crises pour les ressources en eau, en nourriture et en énergie notamment. Les forces armées américaines pourraient donc être amenées à agir plus souvent pour résoudre des crises liées à des tensions pour les ressources naturelles ou pour apporter une aide humanitaire. En effet, les pays touchés risquent de ne pas avoir les capacités pour faire face à ces évènements, en particulier s’il s’agit de zones déjà fragilisées ou dans un contexte politique instable.

Par ailleurs, si plusieurs évènements interviennent simultanément dans différentes régions, en raison de la grande interdépendance des systèmes et des marchés, des instabilités majeures sont à prévoir. Le rapport inclut de nombreux exemples dont la vague de chaleur en Russie et les inondations au Pakistan. Les évènements climatiques extrêmes qui ont eu lieu au cours de cette année illustrent bien ces risques [3].

S’il est difficile de faire des prévisions précises des menaces pour la sécurité américaine liées au changement climatique dans les décennies à venir, en raison du grand nombre de facteurs à prendre en compte et des incertitudes associées (modélisation scientifique du climat, situation économique, politique et sociale, capacité d’adaptation et de résilience des différentes zones notamment), le rapport appelle à davantage de recherches interdisciplinaires pour pouvoir intégrer l’ensemble de ces éléments et anticiper au mieux les risques. Développer des indicateurs d’exposition au risque et de vulnérabilité pourrait permettre de mieux cibler les zones les plus fragiles. L’étude recommande ainsi de procéder à des "stress tests" pour mesurer la capacité des différents pays à gérer des catastrophes climatiques. Certaines régions particulièrement vulnérables sont également identifiées, principalement l’Afrique, l’Asie du Sud et le Moyen-Orient. Le bassin du Nil est une région potentiellement vulnérable puisque trois pays en dépendent pour nourrir leurs populations (soit 300 millions de personnes). Or, la Corée du Sud et l’Arabie Saoudite ont acheté des terres dans cette zone pour nourrir leurs propres populations. En cas de crise, il est à craindre qu’un conflit sur l’appropriation des terres arables émerge.

En parallèle de ces recherches, le rapport insiste également sur la nécessité de coordination accrue entre les agences américaines en lien avec la sécurité nationale pour optimiser les efforts d’adaptation et les réponses en cas de crise. Le Département de la Défense a déjà mis en place de nombreuses initiatives en ce sens, notamment pour améliorer l’efficacité énergétique de sa flotte de véhicules, de bateaux et d’avions.

Ce rapport fait suite à plusieurs rapports réalisés par le Conseil pour l’intelligence nationale [4] (National Intelligence Council), le Pentagone [5] et la Maison Blanche [6] au cours des dernières années ; certains sont classés "secret défense". Un rapport publié par le think-tank American Security Project fin octobre, intitulé Climate Security Report, présentait des résultats similaires. Ce rapport insiste sur les risques accrus de crises liées au changement climatique et à la surpopulation, ainsi que sur l’insuffisance des moyens des Etats, en particulier dans les pays en développement, pour y faire face. L’ASP appelle à une redéfinition de la sécurité nationale qui prenne en compte l’ensemble des risques susceptibles de menacer la sécurité américaine et non pas seulement les menaces directes comme les guerres ou le terrorisme. Signe d’une prise de conscience de l’importance de ce sujet au sein même du corps militaire, plusieurs militaires gradés américains ont participé à la conférence de presse de lancement du rapport de l’ASP et ont publié des appels pour une meilleure prise en compte de la menace que représente le changement climatique pour la sécurité nationale [7].

L’étude du NRC et de la NAS est publiée dans un contexte politiquement difficile pour la mise en oeuvre de mesures de lutte contre le réchauffement climatique. Afin d’éviter une polémique sur la nature anthropique ou non du phénomène, le rapport insiste d’ailleurs sur le fait que l’ensemble de ses recommandations et des liens établis entre changement climatique et sécurité nationale sont valides que le réchauffement climatique soit lié aux activités humaines ou non.

Après une campagne électorale quasi-silencieuse sur le sujet, l’action du nouveau Congrès et de la nouvelle administration reste incertaine. Le président Barack Obama a déclaré au soir de son élection, le 6 novembre dernier "We want our children to live in an America that (…) isn’t threatened by the destructive power of a warming planet" (nous voulons que nos enfants vivent dans une Amérique qui ne soit pas menacée par le pouvoir destructeur d’une planète qui se réchauffe) et il a répété son intention d’agir davantage pour le climat au cours de son second mandat lors de sa première conférence de presse. Cependant, l’Administration reste pour l’instant assez prudente sur les prochaines mesures envisagées. Du côté des élus républicains, qui s’étaient opposés à la création d’un centre pour le changement climatique et la sécurité nationale au sein de la CIA en 2009 [8], le ton ne semble guère avoir changé. John Boehner, chef de la majorité républicaine à la Chambre des Représentants a estimé que le débat sur le changement climatique qui a débuté il y a dix ans n’était pas près d’être résolu [9].

[Ajouté le 23/11/2012] :
La fermeture du centre pour le changement climatique et la sécurité nationale de la CIA a été confirmée par la CIA le 19 novembre. Selon un porte-parole de l’Agence, Todd Ebitz, il ne s’agit pas d’un manque d’intérêt de la CIA pour la question mais simplement d’une réorganisation : la CIA va continuer à travailler sur ces enjeux non plus dans un centre spécifique mais au sein d’un nouveau bureau qui traite des questions économiques et énergétiques [10]. La mission et les ressources qui y étaient allouées resteraient inchangées. Annie Snider, journaliste à Greenwire, évoque également de potentielles motivations budgétaires (le budget de l’intelligence américaine est passé de 80,1 milliards de dollars en 2010 à 75,4 milliards en 2012) et un manque de soutien à haut niveau pour expliquer la fermeture de ce centre [11]. Il sera donc intéressant de suivre, dans les mois à venir, l’évolution de nouveau bureau et la place qui y est laissée aux enjeux liés au changement climatique.

Sources :


- [1] [En] "Climate and Social Stress : Implications for Security Analysis" - Board on Environmental Change and Society (BECS) - National Academies Press - 2012 - http://www.nap.edu/openbook.php?record_id=14682&page=81
- [2] [En] "Climate Change Report Outlines Perils for U.S. Military" - BRODER John - New York Times - 9/11/2012 - http://www.nytimes.com/2012/11/10/science/earth/climate-change-report-outlines-perils-for-us-military.html
- [3] [En] "2012 : l’année de tous les records climatiques aux Etats-Unis ?" - Bulletins Electroniques Etats-Unis - RAMSTEIN Céline - 05/10/2012 - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/71099.htm
- [4] [En] La liste complète de leurs publications est disponible ici : http://www.dni.gov/index.php/about/organization/national-intelligence-council-nic-publications
- [5] [En] Pour la première fois en 2010, le Department of Defense estimait dans le "Quadrennial Defense Review" que le réchauffement climatique était un facteur de destabilization qui risquait d’affecter les operations militaires. Le rapport complet est disponible ici : http://www.defense.gov/QDR/QDR%20as%20of%2029JAN10%201600.pdf
- [6] [En] "National Security Strategy" - the White House - May 2010 - http://www.whitehouse.gov/sites/default/files/rss_viewer/national_security_strategy.pdf
- [7] [En] Voir notamment cet article, "The reality of climate change can no longer be ignored" - Lieutenant General Daniel Christman, USA (Ret.), Brigadier General Steve Anderson, USA (Ret.) et Brigadier General Stephen Cheney, USMC (Ret.) - Global Post - 10/11/2012 - http://www.globalpost.com/dispatches/globalpost-blogs/commentary/climate-change-global-warming-hurricane-military-generals
- [8] [En] "Barrasso Blasts Administration’s Initiative to Focus CIA Resources on Climate Change" - BARRASSO John - Communiqué de presse - 5/01/2010 - http://barrasso.senate.gov/public/index.cfm?FuseAction=PressOffice.PressReleases&ContentRecord_id=0084acae-9bc7-acc1-00f4-b63b2eda3abb&Region_id=&Issue_id=
- [9] [En] "Boehner sees short-term budget fix" - DAVIS Susan - USA Today - 8/11/2012 - http://www.usatoday.com/story/news/politics/2012/11/08/boehner-outlines-session/1691661/
- [10] [En] "C.I.A. Closes Its Climate Change Office" - BRODER J. - 20/11/2012 - New York Times Green Blog - http://green.blogs.nytimes.com/2012/11/20/c-i-a-closes-its-climate-change-office/
- [11] [En] "Amid budget scrutiny, CIA shutters climate center" - SNIDER A. - Greenwire - 19/11/2012 - http://www.eenews.net/Greenwire/2012/11/19/archive/1?terms=cia (payant)

Rédacteurs :


- Céline Ramstein, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….