Le développement résidentiel serait moins agressif pour la biodiversité que les plantations d’arbres

, Partager

L’exurbanisation (déplacement des fonctions urbaines vers la périphérie de l’agglomération et au-delà) est perçue comme une menace pour l’environnement, notamment pour la biodiversité. Ainsi tout zone forestière incluant des habitats humains est exclue des statistiques de la couverture forestière. Les plantations d’arbres, au contraire, sont comptabilisées comme forêts. Pourtant leur impact environnemental n’est pas négligeable. En effet, la préparation du terrain nécessite souvent des traitements intensifs (élimination de la végétation présente auparavant) et l’on y pratique souvent la monoculture, ce qui limite la complexité structurelle de l’habitat.

Une équipe de l’University of the South à Sewanee, Tennessee a comparé la diversité de l’avifaune de ces deux types d’écosystèmes et de la forêt native dans la région du plateau de Cumberland (Appalaches). D’après leurs résultats, les plantations de pins de la région présentent une avifaune significativement appauvrie par rapport aux régions exurbaines et aux forêts natives.
En revanche, les régions exurbaines ont, elles, conservé une diversité importante. La complexité de ces habitats, mélanges de forêts, de jardins, et de zones urbaines, promeut cette diversité tant que la densité des habitations reste faible. Malgré tout, les espèces les plus sensibles aux pressions sur leurs habitats sont mieux représentées dans les forêts natives.

D’après les chercheurs les méthodes actuelles d’évaluation de la couverture forestière qui prennent en compte les plantations d’arbres, mais pas les zones forestières habitées sont peu adaptées du point de vue de la protection et du suivi de la biodiversité. Il en est de même des mesures fiscales encourageant la protection des ressources puisque celles-ci sont en général favorables aux plantations et défavorables au développement résidentiel.

Source :


- http://www.terradaily.com/reports/Research_Finds_Urban_Sprawl_Not_So_Bad_For_Wildlife_999.html
- D. G. Haskell et al., Depauperate Avifauna in Plantations Compared to Forests and Exurban Areas, PloS One, 01/12/2006 - http://www.plosone.org/article/fetchArticle.action?articleURI=info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0000063

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur l’effet de l’exurbanisation sur la boidiversité :
A. J. Hansen et al., Effects of exurban development on biodiversity : patterns, mechanisms, and research needs, Ecological Applications, 15(6), 2005 : 1893-1905.
http://www.warnercnr.colostate.edu/class_info/nr120burke/2006/exurban/hansen%20et%20al.pdf
- Sur l’évolution de la couverture forestière :
Global Forest Resources Assessment 2005, Food and Agriculture Organization of the United Nations : http://www.fao.org/docrep/008/a0400e/a0400e00.htm
- P. E. Kauppi et al., Returning forest analyzed with the forest identity, PNAS, 103 (46), 2006, 17574-17579 : http://www.pnas.org/cgi/reprint/103/46/17574
Code brève
ADIT : 40946

Rédacteur :

Elodie Pasco, deputy-envt.mst@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….