Le digital health, ou e-santé, nouvelle priorité du Massachusetts

, Partager

L’état du Massachusetts ambitionne de devenir le premier pôle d’influence mondial dans les technologies du numérique au service de la santé. Le lancement de la « Massachussetts’ Digital Health Initiative », qui fait partie du Massachusetts Competive Partnership [1] , avait été annoncé par le gouverneur Baker en janvier dernier [2] . Cette initiative est administrée par le Massachusetts eHealth Institute (MeHI) [3] , chargé ainsi de coordonner les partenariats publics privés, et actions en faveur de la promotion et utilisations du digital dans le secteur de la santé.

L’objectif affiché par l’état se veut clair : accélérer la mise sur le marché de technologies numériques permettant d’améliorer le diagnostic, la prise en charge, la communication, le suivi d’un patient ; ainsi que les solutions de traitement des données au service de l’optimisation des services de soins. Le projet a pris de l’ampleur rapidement et compte plus de 250 membres : industriels, institutions, laboratoires de recherches, fonds d’investissement, hôpitaux et centres de soin, et startups recensées géographiquement : http://massdigitalhealth.org/directory.

Concrètement, cette initiative est adossée à un fond de près de 26 millions de dollars [4] , le Massachussetts Innovation Catalyst Fund, qui sera géré par une branche de Leerink Partners. Il aura pour cibles des sociétés basées ou relocalisées au Massachusetts et dont l’activité, également dans l’état, répond aux objectifs du MeHI. La « Massachussetts’ Digital Health Initiative » se matérialise également par la création de documents légaux types de partenariats. Trois matrices sont disponibles : deux spécimens pour la mise en place de licences dans le cadre de transfert de technologies ou de logiciels et un exemple de sponsor de travaux de recherche. Ces modèles sont mis à disposition gratuitement en ligne [5] pour faciliter et accélérer la contractualisation entre les acteurs.

Enfin, cette initiative a permis le lancement d’un nouveau programme d’accélération nommé PULSE [6] , en partenariat avec le principal incubateur de Boston : MassChallenge. Dirigé par Nick Dougherty, entrepreneur à succès et conférencier à la prestigieuse université Boston University, cet accélérateur nouvelle génération a été inauguré au sein des locaux de Hatch Fenway, le 14 Septembre dernier [7] . Dans la logique impulsée par la « Digital Health Initiave » de partenariat multipartite : les institutionnels, les industriels classiques de la santé (pharmaceutiques, hôpitaux) et ceux du numériques et les startups se rencontrent dans un format unique. Des défis relevant des thématiques cibles du MeHI sont proposés sous la forme d’un appel à proposition, ouvert jusqu’au 10 Novembre 2016. Les challenges ont été créés par des leaders du secteur, voir ci-dessous, qui collaboreront ainsi avec l’un des 15 lauréats sélectionnés cet hiver.

Le positionnement de ce nouvel accélérateur de MassChallenge est ainsi différent du concours lancé en 2012 qui a primé 26 des 128 sociétés finalistes à Boston le 2 novembre dernier [8]. Ce nouveau programme favorise une mise sur le marché rapide ; les entreprises candidates doivent être plus matures que les habituels candidats du programme de l’accélérateur MassChallenge, et doivent pouvoir présenter un produit ou service. Les candidatures sont ouvertes aux entreprises du monde entier, ayant levé moins de 5 millions de dollars ou ayant moins de 5 millions de dollars de chiffre d’affaires, des niveaux bien supérieurs aux limites des sociétés accélérées classiquement (US$1M et et US$0,5M respectivement). Les lauréats bénéficieront d’un programme d’accélération de 6 mois au sein de l’espace de 743 mètres carrés aménagés par PULSE à Fenway, des séances de coachings et des sessions de networking avec les leaders du digital health, à partir de janvier 2017. Enfin 250 000 dollars de subventions seront distribuées sous la forme de prix et services, le tout sans prise de participation au capital ! Enfin l’alignement et le coaching des leaders industriels du domaine permettront aux entreprises sélectionnées de se développer dans les meilleures conditions.
Un autre élément clé dans le positionnement du Massachusetts dans le domaine en explosion de la e-santé.

Les organisations proposant des problèmes à résoudre par de jeunes entreprises incubées au sein de MassChallenge Pulse :
-  Vertex appelle les entreprises à trouver des solutions d’analyse des données afin de détecter la progression de maladies.
-  AARP recherche un moyen simple et fiable, pour les familles, de prendre soin et veiller au bien être de leurs proches nécessitant une attention particulière, telles que les personnes âgées.
-  BOSE met à disposition l’ensemble de ses technologies afin qu’elles soient exploiter au maximum de leur potentiel, notamment afin d’identifier des usages d’intérêt de leurs capteurs déjà présents au sein des foyers.
-  Analog device souhaite améliorer l’accompagnement des personnes atteintes de malades chroniques dans leur vie quotidienne.
-  Franciscan Children’s Hospital sollicite les candidats de PULSE pour réfléchir à une solution permettant aux parents d’enfants hospitalisés de rester connectés et pouvoir communiquer plus facilement, particulièrement pendant leurs heures de travail.
-  Beth Israel souhaite partager l’ensemble des développements réalisés au sein de leurs unités de soins, dont la réalisation de dossier numérique pour les patients.
-  Liberty Mutuel réfléchit à la construction d’un pilote qui facilitera le retour au travail en toute sécurité et dans les meilleures conditions suite à une hospitalisation.
-  Microsoft s’intéresse aux solutions d’intelligence artificielle afin de tirer un maximum des données collectées, dans une logique de communication d’informations pertinentes aux différents acteurs de soins et aux patients, afin d’assurer l’engagement des deux parties tout au long du parcours de soins.
-  Pathfinder s’adresse aux jeunes adolescents ayant besoin de conseils et d’informations relatifs aux moyens de contraception. Leur souhait est de pouvoir faciliter la communication entre les parents et leurs enfants sur ses sujets délicats.


Rédacteurs :

- Anne-Sophie MORONI - Attachée adjointe pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Boston - deputy-inno@ambascience-usa.org
- Jean-Jacques YARMOFF - Attaché pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Boston - attache-inno@ambascience-usa.org