Le fructose libre présent dans le sirop de maïs responsable de l’obésité aux Etats Unis ?

, Partager

Le fructose est un sucre que l’on retrouve naturellement dans les fruits et dans le miel. La consommation de fructose aux Etats-Unis a considérablement augmenté ces dernières années : sodas, plats cuisinés, condiments, desserts… En 30 ans, la consommation de sirops riches en fructose libre (HFCS, sirop de maïs à haute teneur en fructose) a augmenté de plus de 1000% alors que celle de sucre de canne et de betterave a chuté de 35%.

Dans les années 70, un américain consommait en moyenne 0,23 kg/personne/an d’HFCS , il en absorbait déjà 29 kg/an en 1997, soit plus du centuple. La consommation de boissons sucrées s’est accrue de 500% en 50 ans, au point de représenter aujourd’hui la principale source de sucre ajouté dans l’alimentation des enfants et des adolescents américains. Le fructose provenant du HFCS représente aujourd’hui plus de 50% des différents types de sucre ajoutés aux boissons et aux aliments.

Le fructose est le seul sucre à avoir une image réellement "diététique" car il est assimilé au "sucre des fruits". Sa présence est mentionnée sur l’étiquetage de nombreux aliments pour diabétiques, car il possède, contrairement aux autres sucres de consommation courante, un index glycémique particulièrement bas et sollicite peu de ce fait, la sécrétion d’insuline. Plusieurs études américaines sur le sujet ont mis en évidence que le fructose pouvait avoir des effets néfastes sur le métabolisme. La consommation régulière d’HFCS, serait un des facteurs responsable de l’obésité et du diabète de type 2.

Les résultats d’une étude clinique effectuée par des chercheurs du Centre de recherche en nutrition humaine de l’Université du Texas à Dallas montrent clairement que la consommation de fructose augmente de près de 40% le taux de triglycérides dans le sang. Contrairement au glucose, le fructose métabolisé au niveau du foie, conduirait à une lipogénèse de novo en stimulant la synthèse de triglycérides.

Par ailleurs, des chercheurs du Département de chimie moléculaire de l’Université de médecine de Baltimore se sont récemment intéressés aux effets de la consommation du fructose au niveau du système nerveux central. Cette étude indique que, contrairement au métabolisme du glucose, le métabolisme du fructose, semble réduire le niveau d’ATP hypothalamique, ce qui entraîne une réduction du taux de malonyl CoA conduisant à une diminution de la sensation de satiété. Les premières étapes du métabolisme rapide du fructose conduiraient donc à une augmentation de la prise alimentaire.

Le départemant de nutrition et des sciences alimentaires de l’université du Rhode Island (Department of Nutrition and Food Sciences), avait déjà suggéré, en 2007, que le fructose présent dans le sirop de maïs pouvait contribuer au gain de poids en agissant sur le taux sanguin de deux hormones, la leptine et la ghréline, directement liées à la sensation de satiété.

Ces études montrent que le fructose issu des HFCS couramment utilisés dans les formulations des aliments et des boissons aux Etats-Unis, serait un des facteurs responsables de l’augmentation des pathologies liées à l’obésité (diabète de type 2, maladies cardiovasculaires et hypertension). Des études précises de compréhension des réactions métaboliques impliquées sont en cours.

Source :


- Proc Natl Acad Sci U S A. 2008 Nov 4 ;105(44):16871-5. Epub 2008 Oct 29 : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18971329
- Parks EJ, Skokan LE et al. Dietary sugars stimulate fatty acid synthesis in adults. J Nutr. 2008 Jun ;138(6):1039-46 : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18492831?ordinalpos=1&itool=EntrezSystem2.PEntrez.Pubmed.Pubmed_ResultsPanel.Pubmed_DefaultReportPanel.Pubmed_RVDocSum
- Miller A, Adeli K. Dietary fructose and the metabolic syndrome. Curr Opin Gastroenterol. 2008 Mar ;24(2):204-9. Review.
- Melanson KJ, Zukley L, Lowndes J, Nguyen V, Angelopoulos TJ, Rippe JM. Effects of high-fructose corn syrup and sucrose consumption on circulating glucose, insulin, leptin, and ghrelin and on appetite in normal-weight women. Nutrition. 2007 Feb ;23(2):103-12.
- Basciano H, Federico L, adeli K. Fructose, Insulin resistance, and metabolic dysplidemia. Nutr Metab (Lond) 2005 ;2:5.
- Elliot SS, keim NL, stern JS, Teff K, Havel PJ. Fructose, weight gain, and the insulin resistance syndrome. Am J Clin Nutr 2002 ;76:911-22.

Rédacteur :

Lila Laborde deputy-agro.mst@consulfrance-chicago.org, Adèle Martial : attache-agro.mst@consulfrance-chicago.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….