Le gouvernement fédéral américain apprend de ses erreurs dans la gestion du programme Bioshield

, Partager

Dans les programmes de lutte contre les menaces biologiques sur les populations mis en place par le gouvernement fédéral américain, les industriels ont manifesté un plus grand intérêt dans le domaine des épidémie à grande échelle que dans celui des attaques biologique.
Le ’Department of Health and Human Services’ (HHS), principale agence gouvernementale en charge de distribuer les fonds pour combattre les deux menaces, a été très critiqué dans la gestion du programme Bioshield de bio-défense. Les démêlés associés au contrat entre la société VaxGene et le HHS, lié au développement de 75 millions de doses d’un vaccin d’Antrax, sont emblématiques des difficultés auxquelles fait face tout le programme. Le contrat de 811.5 millions de dollars a manqué d’être annulé suite à un retard dans son exécution. La décision unilatérale du gouvernement de réviser le contrat a inquiété les autres entreprises cherchant à engager des accords similaires avec le HHS.
Les critiques ont aussi noté que trop peu de financements dans le domaine de la bio-défense ont été attribués à des projets de recherche translationnelle. Le gouvernement s’est concentré soit sur des investissements en recherche fondamentale, soit sur des projets de développement de molécules déjà éligibles pour l’obtention du statut IND (Investigational New Drug). Le HHS a aussi été critiqué pour son intervention dans l’identification des types de menaces biologiques à intégrer dans les programmes de recherche, entravant l’habilité des industriels à mesurer les opportunités de recherche et développement. Le programme Bioshield a aussi manqué de supervision : les multiples départements et agences de recherches font face à d’importantes difficultés pour travailler de façon collective.
Pour rectifier le tir, la nouvelle législation sur la bio-défense, introduite au début du printemps par Sen Burr, prévoit plus de 200 millions de dollars pour attirer les industries du médicament au sein du programme.

Source :

Bioworld Today, 30/05/2006

Rédacteur :

Peggy Rematier, deputy-sdv.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….