Le palmarès américain "des états qui entreprennent" - Partie 1/2 : le nouveau paysage de l’entrepreneuriat américain

, Partager

Commandée par la fondation américaine des chambres de commerce et réalisée par la société de conseil "Praxis Strategy Group", le rapport sur les initiatives des états américains en matière d’entrepreneuriat et de développement économique vient de sortir sous le titre accrocheur de "Enterprising States, Getting Down to Small Business" [1]. Il fait actuellement l’objet d’une large diffusion dans la plupart des cercles économiques, en particulier ceux liés à l’entrepreneuriat et des agences économiques des états. Aux Etats-Unis, ce type de rapport suscite en effet toujours beaucoup d’intérêt parce qu’il établit un classement des états selon plusieurs critères (nous y reviendrons) et qu’il met en exergue la compétence des états fédérés en matière de développement économique. Autre dimension de ce rapport, il vise à susciter l’émulation, sinon la concurrence entre les états, tous à la recherche de recettes pour une sortie de crise rapide. L’objet de cet article est de relater les points saillants de ce rapport. Ils ont essentiellement trait à l’entrepreneuriat et à l’intervention publique des états, certes égaux constitutionnellement mais aussi très différents quant à leur approche de l’innovation et leurs résultats économiques.

La rhétorique entendue de la libre entreprise et de l’économie de marché…sans l’Etat fédéral

On n’y échappe pas, le rapport fonde son propos et ses recommandations sur les valeurs américaines liées à la libre entreprise et à l’économie de marché. Pour les auteurs, c’est en activant les leviers locaux de l’économie de marché et de la libre entreprise que le pays dans son ensemble pourra accrocher un nouveau cycle de croissance économique. De même, la concurrence est-elle un facteur contribuant au dynamisme et à la création d’entreprises. C’est la raison pour laquelle le rapport appelle les autorités publiques des états à davantage oeuvrer dans le sens des intérêts des entreprises : abolition des législations contraires aux affaires, réglementations protectrices, règles, etc.. Selon le rapport, et c’est sans doute son paradoxe, les états ont un plus grand rôle à jouer pour aider localement les PME. Cinq orientations sont suggérées aux états pour les soutenir : susciter la diversité des sources de financement, fournir des infrastructures de soutien (à l’innovation), développer des réseaux locaux structurés (mentors, entreprises, etc.), mettre sur pied un climat local favorable à l’entrepreneuriat et la culture d’entreprise.

La crise a révélé ces besoins, d’où le fait que certains états, qui ont des politiques structurées, ont tendance à plus rapidement que d’autres inscrire leur économie dans la reprise. "Enterprising States" confirme au passage qu’en matière économique il n’y a rien à attendre de la Capitale fédérale qui s’est "laissée entraîner dans ce qui apparaît comme étant une impasse permanente" (sic). En d’autres termes, les états et les acteurs économiques n’ont aucun espoir de recevoir des soutiens des autorités publiques fédérales, qu’elles soient législatives ou exécutives. Nous voilà prévenus !

PME et entrepreneurs : la crise a bouleversé le paysage

Plus intéressants sont les développements de l’étude quant aux caractéristiques actuelles des PME et des entrepreneurs. "Enterprising States" rappelle que les entreprises de moins de 500 entreprises ont toujours été à l’origine des rebonds économiques après les crises, notamment grâce au fait qu’elles créaient les 2/3 des emplois du pays et qu’elles se montraient plus innovantes que les grandes entreprises (on compte 13 fois plus de brevets par employé dans une PME que dans une grande entreprise). Malheureusement, ce schéma appartient au passé : ce qui a été observé après les crises conjoncturelles de 1976 et de 1983 ne vaut plus en 2013, "sixième année après l’enclenchement de la Grande Récession".

Ce qui explique en partie ce phénomène inhabituel, c’est que les entreprises à croissance rapide ("Gazelle Companies") ne jouent plus leur rôle moteur d’antan. Elles n’entraînent dans leur sillage ni création d’emplois ni innovation significative. Résultat : le taux d’emploi dans les PME (de moins de 5 ans d’âge) a reculé de 22 (1982) à moins de 12% (2010). Ces mêmes entreprises représentent désormais moins de 8% du nombre total d’entreprises, contre 12 à 13% au début des années 1980. De même le nombre d’emplois (par 1.000 américains) créés par les jeunes entreprises à baissé de 30% au cours des quatre dernières années, revenant à des niveaux proches de ceux établis lors des époques Clinton et Bush (père et fils). Sont en cause, selon les auteurs, les réglementations tatillonnes de certains états, les obligations liées à la Réforme de la santé ainsi que la baisse du nombre des banques locales, le tout dans un climat d’affaires qui n’a jamais été aussi déplorable.

Sur le terrain local, un autre phénomène se manifeste : les nouvelles sociétés créées le sont par des entrepreneurs sans employé. Désormais 70% des 27 millions de PME américaines n’ont pas de salarié. Les statistiques montrent également que ces auto-entrepreneurs ont un profil différent, dominé par la montée en puissance des femmes (+54% entre 1997 et 2012), des minorités (noire, asiatique, hispanique : + 500%) et des immigrants. En 2010, 29,5% des entreprises créées sont le fait de ces derniers, contre 13,4% en 1996.

Autre caractéristique : les plus de 55 ans occupent une place plus grande dans le paysage de l’entrepreneuriat américain. On retrouve parmi ces entrepreneurs un nombre croissant d’anciens cadres de grandes entreprises disposant d’une technologie ou d’un savoir-faire.



A lire également :

Le palmarès américain "des états qui entreprennent" - Partie 2/2 : le rôle des états
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/73052.htm



[1] Ces états qui entreprennent ou comment se mettre au service des petites entreprises.

Sources :

Enterprising states Getting Down to Small Business, Praxis Strategy Group, avril 2013 - http://www.innovationamerica.us/index.php/innovation-daily/29389-us-chamber-study-shows-how-states-are-promoting-small-business-development-and-free-enterprise-l-cape-fear-business-news-wilmington-nc-business-news-brunswick-county-new-hanover-county-pende?utm_source=innovation-daily---your-daily-newsletter-highlighting-global-innovation-news-and-trends&utm_medium=gazetty&utm_campaign=05-06-2013

Rédacteurs :


- Antoine Mynard, attache-inno@diplomatie.gouv.fr ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….