Le partage de données entre chercheurs comme levier de l’innovation

, Partager

Les données ont pris une importance fondamentale de nos jours et chaque nouvelle tendance dans le domaine des TIC nous le rappelle. Elles représentent par exemple l’un des enjeux du Cloud Computing, ou encore l’une des bases du Big Data. Et la National Science Foundation (NSF) [1] l’a bien compris puisque cette agence gouvernementale américaine a choisi de subventionner a hauteur de 2,5 millions de dollars l’implication d’acteurs américains dans une nouvelle alliance mondiale, la Research Data Alliance (RDA) [2]. Cette subvention a été attribuée au Rensselaer Polytechnic Institute [3], une université de l’état de New-York spécialisée dans les domaines scientifiques et technologiques. Cette université est par ailleurs très impliquée dans le projet "Open Government Initiative" [4], projet phare de l’administration Obama. Elle aura donc en charge la direction de la participation américaine à la RDA.

La nouvelle alliance a pour but d’accélérer le partage de données scientifiques, ou encore appelées données de la recherche [5], entre chercheurs à travers le monde entier. Cette initiative devrait ainsi aider les chercheurs à utiliser de manière collaborative les données et ainsi produire un levier pour l’innovation. Les retombées de cette initiative pourraient bénéficier à un grand nombre de domaines scientifiques, des villes intelligentes à la recherche biologique en passant par la cybersécurité.

120 acteurs internationaux participent à l’élaboration de l’alliance à l’heure actuelle, dont une majorité d’entités américaines, australiennes ainsi que des institutions européennes ou encore la Commission Européenne elle-même. En France, 3 organisations s’y intéressent : le CNRS, le Centre de Données astronomiques de Strasbourg (CDS) et le Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur (CINES). Le lancement de l’alliance devrait avoir lieu en mars 2013 lors de la première réunion plénière qui se tiendra à Göteborg, en Suède.

Joint par téléphone, M. Olivier Rouchon, responsable du département Archivage et Diffusion du CINES et membre du projet EUDAT [6], précise que cette nouvelle organisation internationale s’est formée autour de la volonté de coordonner les projets existants nord-américains (ndlr : programme DataNet/INTEROP [7]), européens (ndlr : projet EUDAT) et australiens (ndlr : programme NCRIS [8]) : "Tous ces projets concernent des technologies d’accessibilité, de stockage ou encore d’archivage de données. Du côté d’EUDAT, les centres de calculs européens et chercheurs à l’initiative du projet se sont confrontés à la difficulté de sortir des carcans pour trouver des données complémentaires, externes". L’alliance doit ainsi permettre de coordonner les travaux pour éviter la duplication des travaux et accéder à de nouvelles données. "On devrait voir émerger de cette alliance des guides de bonnes pratiques ou encore des standards", ajoute M. Rouchon.

Avec la NSF et Le Service National de Données australien, la Commission Européenne participe elle aussi au financement de l’initiative en allouant une enveloppe de 3,3 millions d’euros sur une période de deux ans grâce au projet FP7 iCordi [9]. Quatorze partenaires de huit états européens devraient pouvoir en bénéficier. Les Etats-Unis, l’Australie et l’Union Européenne sont aussi présentes au niveau du Comité Directeur de la RDA avec à sa tête Francine Berman, de l’Institut Polytechnique Rensselaer.

Au-delà de l’intérêt scientifique intrinsèque d’une participation à la RDA, la NSF a sans aucun doute détecté le fort potentiel d’une telle alliance. En y dédiant un important investissement financier, elle facilite une implication en masse des universités américaines à cette initiative et favorise la présence américaine aux postes stratégiques en plaçant notamment le Rensselaer Polytechnic Institute aux commandes du comité directeur de l’alliance. Rappelons que la donnée devient une matière précieuse pour la recherche et l’innovation, et cela dans tous les domaines scientifiques et techniques.

Sources :


- [2] RDA, site officiel : http://rd-alliance.org/
- [9] ’Fiche iCordi" - e-Infranet - 19/11/2012 - http://e-infranet.eu/wp-content/uploads/2012/10/European-Coordination-Workshop-Barcelona-22102012-Leif-Laaksonen.pdf
- "NSF-Supported Research Data Alliance/U.S. Collaborates with International Partners to Accelerate Data Sharing" - Site Internet de la NSF - 16/11/2012 - http://www.nsf.gov/news/news_summ.jsp?cntn_id=126010
- "Research Data Alliance" - Site Internet de l’Indiana University - 16/11/2012 - http://d2i.indiana.edu/data2012/ResearchDataAlliance

Pour en savoir plus, contacts :


- [1] NSF, site officiel : http://www.nsf.gov/
- [3] RPI, site officiel : http://www.rpi.edu/
- [4] Open Government Initiative : http://www.whitehouse.gov/open
- [5] Données de la recherche ou research data, plus d’information sur le portail du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche : http://www.donneesdelarecherche.fr/
- [6] EUDAT (European Data Infrastructure), projet de recherche européen : http://www.eudat.eu/
- [7] DataNet, programme de recherche nord-américain : http://www.nsf.gov/funding/pgm_summ.jsp?pims_id=503141
- [8] NCRIS, programme de recherche australien : http://ncris.innovation.gov.au/
Code brève
ADIT : 71563

Rédacteurs :


- Thomas Debacker (deputy-ntics@ambascience-usa.org) ;
- Retrouvez toutes nos activités sur http://france-science.org ;
- Suivre le secteur Nouvelles Technologies de l’Information, Communication, Sécurité sur twitter @MST_USA_NTICS.

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….