Le passage de l’analogique au digital : un sujet qui fait débat

, Partager

La première échéance prévue pour le passage aux Etats-Unis de la télévision analogique au numérique était prévue pour le 17 février de cette année, mais cette date sera repoussée. Après le vote du Sénat, la Chambre des Représentants a voté hier (4 février) le report jusqu’au 12 juin, ceci conclut une période de reprise en main du dossier par le Président Obama en personne, avant même son investiture.

Sur le sol américain, 19 millions de personnes reçoivent encore les programmes télévisés via les antennes, les autres étant connectés par le satellite ou par le câble. Une majorité de ces foyers utilisent encore l’analogique mais ceci devrait changer les mois qui viennent. Les programmes seront désormais transmis en numérique et codés selon le nouveau protocole énoncé par l’Advanced Television Systems Committee (ATSC). Celui-ci a été aussi adopté par le Canada, le Mexique et la Corée du Sud. Il doit remplacer le système analogique NTSC actuel. ATSC coexiste avec les normes plus largement répandues comme le DVB et ISDB en cours d’application au Japon [1]. L’utilisation des anciennes télévisions analogiques sera toujours possible, mais il nécessitera l’achat d’un convertisseur, le prix étant compris entre 40 et 80 dollars.

Pourquoi un tel changement et pourquoi aussi rapidement ? En France cette transition est prévue pour novembre 2011. Du point de vue de l’utilisateur, le numérique permet d’obtenir des images de très bonne qualité, parfois meilleure que celles obtenues par le satellite. En effet les fournisseurs d’accès par satellite ont souvent recours à de fortes compressions pour pouvoir transmettre plus de chaînes dans la bande de fréquences qui leur est allouée. Ceci se traduit souvent par une qualité moindre. D’autre part, ces dernières années les fabriquant d’antennes ont effectué d’énormes améliorations dans leurs recherches, notamment avec l’introduction de nouveaux logiciels de conception puissants. Là où il fallait plusieurs jours pour tester les prototypes d’antenne, maintenant il ne faut plus que quelques heures. Ainsi les problèmes liés au mauvais temps (neige, pluie) qui peuvent perturber les communications par satellite ont pu être résolus pour les antennes. Enfin pour les plus exigeants, un accès haute définition (HDTV) sera disponible en numérique pour une qualité encore accrue.

Du point de vue de la FCC, il existe un autre avantage non négligeable : ouvrir de nouvelles fréquences aux opérateurs de la téléphonie. Dans le mode de la télévision analogue, la gamme de fréquence est divisée en 3 : le low-VHF couvre la gamme de 54 à 88 MHz, le high-VHF couvre la gamme 174 à 216 MHz et enfin le UHF couvre la gamme 470 à 806 MHz. Avant la télévision UHF s’étendait jusqu’à 890 Mhz mais une partie du spectre fut donné dans les années 80 aux opérateurs téléphoniques pour la téléphonie mobile. Après la transition vers le numérique, les 2 gammes VHF seront maintenues, mais celle de l’UHF sera une fois de plus réduite, à 698 Mhz, laissant de la place disponible pour les services sans fils , la téléphonie mobile et pour des applications impliquant la sécurité du pays. Le passage au numérique change la répartition du type des stations. Auparavant lorsque l’analogue était plus développé, la majorité des stations étaient VHF. A l’heure actuelle, les données ont changé : 74% sont des stations UHF, 25% high-VHF, et seulement 1% sont low-VHF.

Cependant cette transition initialement prévue pour le 17 février, sera retardée. Depuis le mois de decembre dernier, plusieurs associations de consommateurs, ainsi que John Rockefeller, sénateur démocrate de Virgine Occidentale avaient signale que le budget, de 1,4 milliard de dollars, destiné à permettre aux foyers américains équipés d’anciens téléviseurs d’acheter les boîtiers de conversion pour le passage définitif au numérique, etait deja virtuellement dépense. La liste d’attente devenait importante, on parlerait de plus de 3,2 millions de personnes, et les élus démocrates souhaitaient que soit débloquée une enveloppe supplémentaire de 650 millions de dollars. Le President Obama s’est investi personnellement dans cette affaire depuis debut janvier.

Mais ce délai n’est pas reçu avec enthousiasme par tout le monde à l’image de Qualcomm. En effet, la compagnie a dépensé plus de 500 millions de dollars pour acquérir 8 nouvelles licences dans la gamme libérée afin d’étendre son service mobile MediaFLO USA. Selon une lettre du CEO Paul Jacobs publié dans le "San Diego Union-Tribune" ce délai est "injuste et inapproprié […] Tout délai de la transition pénaliserait 40 millions d’américains, qui ne pourront pas utiliser notre service MediaFLO et pénaliserait Qualcomm pour avoir tenu ses engagement en faisant les investissements nécessaires pour faire la transition dés le 17 février". Toutefois, Verizon et AT&T, principaux concurrents et particulièrement bien servis lors des précédentes attributions de fréquences, semblent s’accommoder fort bien du délai qui les protège quelques mois de plus de l’arrivee probable de nouveaux concurrents.

Source :


- "Antennas for the New Airwaves" : Richard Schneider and John Ross, publié en février - http://www.spectrum.ieee.org/print/7328
- "Les USA cherchent des milliards pour le Net et la TV" : Ariane Beky , 01/16/09 - http://www.neteco.com/251404-usa-milliards-dollars-internet-et-tv-numerique.html
- "La transition vers la TV numérique repoussée aux Etats-Unis" 01/30/09 - http://www.hdnumerique.com/actualite/articles/5213-la-transition-vers-la-tv-numerique-repoussee-aux-etats-unis.html
- "Digital TV delay could cost Qualcomm ’tens of millions’" Jason Ankeny - 01/27/2009 - http://www.fiercemobilecontent.com/story/digital-tv-delay-could-cost-qualcomm-tens-millions/2009-01-27

Pour en savoir plus, contacts :


- Une carte de la répartition des normes est disponible à cette adresse : http://www.digitaaltvkijken.be/dtv/assets/algemeen/img,fr,tel,020,005-image2.jpg
- Le site officiel sur la transition vers la télévision numérique : http://www.dtv.gov/whatisdtv.html
Code brève
ADIT : 57622

Rédacteur :

Arnaud Souillé, deputy-stic.mst@consulfrance-sanfrancisco.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….