Le positionnement des nucléosomes au coeur des modifications épigénétiques impliquées dans le développement de tumeurs

, Partager

L’équipe dirigée par le Professeur Peter A. Jones, Directeur du Norris Comprehensive Cancer Center à USC (University of Southern California), un des 39 "comprehensive cancer center" nationaux désignés par le National Cancer Institute, vient de montrer l’implication majeure du positionnement des nucléosomes dans l’extinction de trois sites d’initiation de la transcription du gène MLH1, un gène impliqué dans la réparation de l’ADN, dans des cellules cancéreuses.

La modification épigénétique des gènes suppresseurs de tumeurs peut être à l’origine du développement de cancers. Les modifications épigénétiques sont des modifications transmissibles et réversibles ayant un impact sur l’expression des gènes mais ne s’accompagnant pas de changements des séquences nucléotidiques. Ces modifications impliquent la méthylation des cytosines, des modifications covalentes des histones et la compaction de la chromatine.

Les nucléosomes sont des octamères d’histone dont la fonction est la compaction de la chromatine au sein du noyau des cellules eucaryotes. En outre, ils jouent un rôle important dans la régulation de la transcription des gènes en bloquant l’accès des ARN polymérases sur l’ADN. Si la traduction devient nécessaire, des enzymes peuvent déplacer le nucléosome ou bien le décompacter.

L’équipe du Professeur Jones vient de mettre en évidence la présence de trois nucléosomes, quasiment absents des sites d’initiation de la traduction dans des cellules normales, au niveau des promoteurs des gènes méthylés et silencieux dans les cellules cancéreuses. Ceci suggère que l’extinction épigénétique peut se faire grâce au positionnement de nucléosomes sur des emplacements initialement vacants. Ils ont également pu montrer que, de manière réversible, l’activation du promoteur par un agent déméthylant entraîne l’expulsion d’un nucléosome. Cette étude suggère que la méthylation des cytosines pourrait conduire à terme à l’extinction d’un gène suppresseur de tumeur en permettant l’insertion d’un nucléosome.

Ces travaux pourraient servir de base au développement de nouvelles thérapies anti-cancer, susceptibles de rendre à nouveau fonctionnels des gènes suppresseurs de tumeurs, inactivés.

Source :


- Researchers identify how to switch off cancer cell genes, EurekAlert, 12/11/2007, http://www.eurekalert.org/bysubject/medicine.php
- Cancer Cell Genes Can Be Switched Off, Meghan Lewit, USC News, 11/12/2007, http://www.usc.edu/uscnews/stories/14531.html
- Role Of Nucleosomal Occupancy in the Epigenetic Silencing Of The MLH1 CpG Island, Joy C. Lin et al, Cancer Cell, Vol 12, 13/11/2007, http://www.cancercell.org/content/article/fulltext?uid=PIIS1535610807002991

Pour en savoir plus, contacts :


- Sur Peter A. Jones : http://www.usc.edu/programs/pibbs/site/faculty/jones_p.htm
- Sur les modifications épigénétiques et leurs conséquences : http://en.wikipedia.org/wiki/Epigenetics
- Sur l’extinction des gènes : http://en.wikipedia.org/wiki/Gene_silencing
- Sur les nucléosomes : http://en.wikipedia.org/wiki/Nucleosomes
Code brève
ADIT : 51910

Rédacteur :

Camille Arnaud - deputy-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org, Mireille Guyader - attache-sdv.mst@consulfrance-losangeles.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….