Le renouveau des médicaments amaigrissants

, Partager

Septembre 1997. La Food and Drug Administration (FDA), devant de nouvelles preuves des effets secondaires importants de la Fenfluramine et la Dexfluramine, retire ces deux médicaments amaigrissants du marché [1]. Plus qu’une anecdote, cet évènement marque le début d’un retrait progressif des grandes industries pharmaceutiques qui abandonnent leurs programmes de recherche autour des médicaments amaigrissants.

Pourtant, le potentiel commercial de ces thérapies est énorme : avec plus de 13 % d’adultes obèses dans le monde, le surpoids est devenu le mal du siècle, faisant désormais plus de victimes que la sous-nutrition [2]. Aux Etats-Unis, près de 35 % de la population souffre d’obésité [3]. Mais les entreprises se heurtent à un mur autant scientifique que législatif. La régulation appliquée par la FDA est particulièrement stricte et exige des procédures lourdes et très longues pour valider les résultats prouvant l’efficacité et la sécurité de ces médicaments.

Malgré tout, on assiste aujourd’hui à une recrudescence de la recherche dans ce domaine ; un intérêt qui ne vient pas des Big pharma, mais de petites sociétés et start-ups [4]. Ainsi, quatre nouvelles molécules ont été approuvées depuis 2012, dont Belviq, produite par Arena Pharmaceuticals à San Diego.

Ces médicaments modernes n’agissent plus seulement sur la suppression de l’appétit, mais augmentent également les dépenses énergétiques. Ce type de thérapie combinée (deux composés dans une pilule) est de plus en plus prisé car il permet un effet optimal, plus spécifique et plus efficace. Par ailleurs, certaines entreprises ont recours à une approche différente, en ciblant non pas les régions cérébrales impliquées dans la sensation de satiété mais d’autres voies, comme par exemple des récepteurs dans le foie et les tissus adipeux.

Les mécanismes de l’obésité étant mieux connus, on peut s’attendre, dans un futur proche, à une multiplication de ces traitements amaigrissants.


Rédacteurs :
- Gabrielle Mérite, Attachée adjointe pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Los Angeles, deputy-sdv.la@ambascience-usa.org
- Fabien Agenès, Attaché pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Los Angeles, attache-sdv.la@ambascience-usa.org