Le robot Phoenix aurait découvert de la glace sur Mars d’après les scientifiques

, Partager

Les ingénieurs en charge de Phoenix ont déclaré vendredi que le robot avait observé la sublimation d’échantillons qui devraient être de la glace d’après les scientifiques participant à la mission. En effet, la comparaison de deux clichés d’une zone excavée par le robot prises à quatre jours d’intervalle a mis à découvert une matière brillante dont quelques morceaux de la taille d’un dé ont manifestement disparu et se seraient vaporisés entretemps.

En 2002, la sonde Mars Odyssey Orbiter avait permis d’identifier la présence d’eau juste sous la surface au niveau du pôle nord de la planète. Cette zone a donc été plus particulièrement ciblée dans le cadre de la mission Phoenix. La sonde a déjà fourni des clichés de sa zone d’atterrissage laissant apparaître un sol à fragmentation polygonale de morphologie voisine à celle des zones de permafrost dans certaines régions terrestres.

Le robot est équipé de plusieurs instruments d’analyse en plus de son bras qui lui permet de creuser et d’acheminer des échantillons vers les autres modules expérimentaux. Après quelques difficultés dues à la consistance de la poussière martienne, un échantillon a finalement pu être analysé par le TEGA (Thermal and Evolved-Gas Analyser), un module composé de 8 petits fours -utilisables une fois chacun- capables de chauffer de la matière jusqu’à une température de 1000°C afin d’étudier sa composition chimique. Phoenix est également équipé d’une série de microscopes qui vont permettre d’analyser en détail la forme, la taille, les couleurs et les propriétés magnétiques du sol martien. Il a par exemple réussi à capturer une image d’une particule de poussière de la taille d’un dixième de diamètre de cheveu humain.

La durée de vie du Phoenix s’étend sur 3 mois jusqu’à l’hiver martien. Le cycle climatique de Mars est similaire à celui de la terre, mais la durée des saisons est deux fois plus longue et les températures peuvent varier de -140 à + 20°C sur une période de deux ans.

D’autre part, l’équipe de Lockheed Martin Space Systems basée à Denver prépare un nouveau patch pour l’ordinateur de bord du robot qui devrait lui permettre de stocker des données scientifiques sur plusieurs jours, au lieu de les envoyer à la fin de chaque journée. Phoenix a atterri sur la planète rouge le 25 Mai. Sa mission est pilotée par Peter Smith, de l’Université de l’Arizona tandis que le projet est géré par le Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena. L’entreprise Lockheed Martin est associé à son développement, ainsi que des scientifiques canadiens, suisses, danois, finlandais et allemands.

Source :


- University of Arizona, 19/06/2008 - http://uanews.org/node/20268
- New York Times Article, 20/06/2008 - http://www.nytimes.com/2008/06/20/science/space/20mars.html?_r=1&ref=science&oref=slogin

Pour en savoir plus, contacts :


- http://www.nasa.gov/mission_pages/phoenix/main/index.html
- http://www.jpl.nasa.gov/news/phoenix/main.php
Code brève
ADIT : 55164

Rédacteur :

François Didelot cnes.mst@ambafrance-us.org - Sarah Guillou assistant.cnes@ambafrance-us.org

Voir en ligne : http://www.bulletins-electroniques….