Les NIH s’associent avec 11 compagnies biopharmaceutiques pour lancer un nouveau partenariat dans le domaine de l’immunothérapie du cancer

, Partager

Le partenariat, dénommé « Partnership for Accelerating Cancer Therapies (PACT), » s’inscrit dans la continuité de la National Cancer Moonshot Initiative, annoncée fin octobre 2015 par Joe Biden, alors Vice-Président des Etats-Unis.

Une priorité sous l’ère Obama, des moyens financiers à la hauteur des enjeux

A la fin du mois d’octobre 2015, Joe Biden déclarait vouloir faire de la lutte contre le cancer sa priorité de fin de mandat. A la suite de ce discours, le président Obama annonçait officiellement le 12 janvier 2016 la mise en place de l’initiative « Cancer Moonshot », ayant pour but d’accélérer les recherches en cours sur la mise en point de plusieurs thérapies anti-cancer permettant de soigner davantage de patients. Les moyens financiers alloués à l’initiative sont conséquents : $195M ajoutés au financement des NIH pour l’année fiscale 2016, avec un ajout de $755M pour l’année fiscale 2017.

Le PACT, un nouveau partenariat

Le 12 octobre 2017, les NIH ont annoncé la mise en place d’un nouveau partenariat avec 11 entreprises biopharmaceutiques [1]. Le programme, d’une durée de 5 ans, constitue une collaboration entre les secteurs public et privé, avec une dotation de $215M provenant des fonds de la Moonshot Initiative ainsi que de chacune des 11 entreprises partenaires. Chaque compagnie contribuera à hauteur de $1M par an, durant les 5 années du programme. L’objectif de ce partenariat est notamment d’aboutir à la découverte et la validation de biomarqueurs utilisables pour évaluer la progression de la maladie et la réponse aux traitements d’immunothérapie anti cancer, dont les essais cliniques se multiplient ces dernières années. Le PACT s’inscrit donc dans la continuité des initiatives prises par Joe Biden et la Maison Blanche lors du 2ème mandat du président Obama.

Dans l’air du temps…

L’immunothérapie est en train de devenir une méthode de traitement de cancer de premier plan, grâce notamment aux résultats d’essais cliniques très prometteurs. Le 30 août 2017, le Kymriah des laboratoires Novartis obtenait son autorisation de mise sur le marché pour le traitement de certaines formes de leucémie, et marquait du même coup l’arrivée de la thérapie génique aux Etats-Unis. Le 18 octobre 2017, le Yescarta, développé par les laboratoires Gilead Science, a également été approuvé par les autorités de régulation américaines pour le traitement de lymphomes. En mettant en place le PACT, qui vient s’ajouter à la récente labélisation de 4 centres de monitoring et d’analyse immunitaire (CIMACs) et d’un centre commun d’analyse de données immunologiques (CIDC), les NIH entendent aller de plus en plus vite vers une large diffusion des traitements d’immunothérapie anti-cancéreuse.


Rédacteur :
- Raphaël Dubois, Attaché Adjoint pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Los Angeles, deputy-sdv@ambascience-usa.org

Notes

[1Les entreprises partenaires du PACT sont AbbVie, Amgen, Boehringer Ingelheim Pharma GmbH & Co, Bristol-Myers Squibb, Celgene, Genentech, Gilead Sciences, GlaxoSmithKline plc, Janssen Pharmaceutical, Novartis et Pfizer Inc.