Les « Nanoscale Science Research Centers » du Département de l’Energie : des plates-formes technologiques de classe mondiale à la disposition du monde entier

, Partager

Le « Department of Energy » (DoE) américain opère 16 des 42 « Federally Funded Research and Development Centers » (FFRDC). Les FFRDC sont des structures mixtes publiques-privées dont la finalité est de conduire des travaux de recherche essentiellement, mais de façon intéressante, pas exclusivement, pour les autorités américaines.

Les Centres de Recherche en Nanosciences du Département de l’Energie

Le DoE gère sa recherche et ses plates-formes à travers 6 grands programmes [1] parmi lesquels figure celui des « Nanoscale Science Research Centers » (NSRCs).

Le "Center for Functional Nanomaterials" à Brookhaven

Les plates-formes des NSRCs sont distribuées sur plusieurs sites. Chacune offre un large éventail d’outils et compétences, et chacune a aussi quelques spécificités illustrées ci-dessous.
- Le Centre pour les Nanotechnologies Intégrées (Center for Integrated Nanotechnologies, CINT) est administré de façon conjointe par les laboratoires nationaux de Sandia et de Los Alamos, au Nouveau Mexique. Les locaux totalisent près de 15,000 mètres carrés. On y trouve les outils nécessaires pour aller de la synthèse à l’intégration de nanostructures dans des prototypes. Selon les statistiques publiées par le DoE [2], c’est le seul NSRC utilisé à ce jour par des équipes françaises.
- Le Centre pour Nanomatériaux Fonctionnels (Center for Functional Nanomaterials, CFN) est localisé à Brookhaven dans l’état de New York. Parmi ses spécificités, l’auto-assemblage de nanomatériaux médié par l’ADN.
- Le Centre pour les Sciences des Matériaux en Nanophase (Center for Nanophase Materials Sciences, CNMS) est situé à Oak Ridge dans le Tennessee. Il est possible d’y produire des matériaux marqués par des isotopes stables.
- Le Centre pour les Matériaux Nanoéchelle (Center for Nanoscale Materials, CNM) au Laboratoire National d’Argonne dans l’Illinois, offre des capacités de fabrication de dispositifs nanomécaniques.
- Enfin, la Fonderie Moléculaire (Molecular Foundry), située au Lawrence Berkeley National Laboratory en Californie permet notamment la synthèse de nanostructures biomimétiques.

Une salle de nanofabrication à la "Molecular Foundry"

On peut trouver les caractéristiques détaillées et comparatives des différentes plates-formes ICI.

Comment accéder à ces outils ?

L’accès à ces plates-formes, comme à toutes celles du DoE, se fait via un appel à projets qu’elles publient généralement deux fois par an. Les projets peuvent proposer une recherche en collaboration avec des chercheurs du DoE, ou être complètement indépendants. Les chercheurs dont les projets sont sélectionnés bénéficieront d’un accès gratuit aux plates-formes demandées, ainsi qu’à la plupart des réactifs de base nécessaires au projet. Les voyages et séjours restent à la charge du demandeur.
Même si la France dispose de moyens conséquents dans ce domaine, certains outils restent uniques et un intérêt supplémentaire réside dans l’existence dans chacun des sites du DoE de nombreuses autres plates-formes qui peuvent être utilisées de façon synergique.


Rédacteur :
Jean Rosenbaum, Attaché pour la Science et la Technologie, Consulat Général de France à Los Angeles attache-sdv.la@ambascience-usa.org